Samedi 17 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BUCAREST CENTENAIRE - Elvire Popesco, l'accent fait son charme

Par Bucarest/Centenaire | Publié le 11/08/2018 à 00:00 | Mis à jour le 14/08/2018 à 09:47
Photo : Wikimedia Commons
Elvira_Popescu

Ce nom francisé, Elvire Popesco, ne dira sûrement rien au plus jeunes, mais c’est pourtant l’une des figures emblématiques du théâtre roumain mais surtout français (et de la cinématographie française également) de l’entre-deux-guerres ainsi que des années qui suivirent.

 

Elvira est née en 1894, à Colentina, proche de Bucarest, elle est la fille de Iorgu et d’Oprina Popescu, des commerçants aisés. Elle terminera ses études au collège de la capitale, puis entrera au Conservatoire d'Art Dramatique dont le professeur n'est autre que son oncle ; c’est à l’âge de dix-neuf ans qu’elle intègre le Théâtre National de Bucarest et que sa prestigieuse carrière commence.

 

Cependant, ce n’est pas en Roumanie qu’elle connaîtra l’apogée de son succès. En effet, c’est à Paris qu’elle deviendra célèbre, bien qu’elle ait eu un très bon début en Roumanie où elle avait aussi fondé deux théâtres, l'Excelsior (1919) et Teatrul Mic/Le Petit Théâtre (1923) où on jouait des pièces en roumain et en français, car, n’oublions pas que la Roumanie de l’époque était très francophone et encore plus francophile. Elvire est remarquée par l’écrivain Jean Richepin, qui se trouvait de passage à Bucarest, mais dans un entretient accordé à la Radio Roumanie Culturelle, c'est plutôt Robert de Flers qui l’a encouragée à donner ses premières représentations à Paris.  

 

En 1923, alors qu’elle jouait dans Passion rouge de Mikhaïl Sorbul, au Théâtre de l'Œuvre à Paris, pièce qui n’eut pas beaucoup de succès - le dramaturge français Louis Jacques Marie Collin du Bocage, connu sous le pseudonyme artistique, Louis Verneuil, la repère. Quelques mois plus tard, il lui propose de remplacer l’actrice polonaise qui devait jouer le rôle de Maria Oska, et qui avait dû quitter la France inopinément, dans sa dernière pièce Ma Cousine de Varsovie. La pièce connaîtra un succès retentissant dans la capitale française et, comme le hasard fait bien les choses, le dramaturge tombe follement amoureux de l’actrice roumaine avec qui une liaison passionnelle début, encombrée de quelque brouilles telles que les affectionne le Tout-Paris.

 

Exotique et désinvolte, imprévisible et mystérieuse, malicieuse et grande dame, tout en paradoxe et dans la fleur de l'âge, Elvire Popesco s'était imposée très vite comme la reine du théâtre de boulevard et brille de tous les points de vue, comme pour masquer les problèmes qui s'annonçaient sur la France et sur toute l'Europe. Elle était devenue la Parisienne par excellence, bouleversant les cœurs avec son accent roumain délicieusement chantant, qu'elle cultivait avec soin, celui-ci étant devenu un véritable atout. Jusque-là, les personnages étrangers dans les pièces françaises étaient joués par des acteurs parisiens, imitant les accents des pays étrangers de façon caricaturale; Elvire misait sur l’authenticité, usant de son tempérament et de sa beauté pour charmer ses auditeurs avec sa façon exotique de manier la langue de Racine. Paradoxalement, l'accent de l’actrice roumaine, Mariana Ventura, qui avait déclenché l'ironie du comité d'admission à la Comédie Française des années auparavant, était devenu l'allié le plus précieux d'Elvire Popesco.

 

Moins souvent « roumaine » sur la scène qu'héroïne slave ou italienne, elle avait à ses pieds les plus célèbres auteurs du théâtre de Boulevard, interprétant tour à tour, une princesse décadente, une aristocrate folle, une aventurière cosmopolite, une séductrice fatale ou de grands rôles de princesses et de bourgeoises, dont on mentionne : «Paradis perdu» (1939) d’Abel Gance, «Le voile bleu» (1942), «Frédérica» (1942), «Plein soleil» (1959), «Austerlitz» (1959) d'Abel Gance. Parmi les différentes pièces qui ont eu un grand succès, on peut citer : «Feux du Ciel» de Jean Tranchant (1943), «La machine infernale» de Jean Cocteau (1953, avec Jean Marais), «La contessa» de Maurice Druon (1962), «Nina» (1949), «La Mamma» (1957), «La voyante» (1963) et «La locomotive» (1967) d’André Roussin.


De même, sa carrière cinématographique en France n’est pas à négliger, avec une trentaine de films qui reprennent souvent ses succès théâtraux ; là aussi, les exemples sont nombreux : «Une femme chipée» (1934) , «Le roi» (1936) de Pierre Colombier, «L’homme du jour» (1936) de Maurice Chevalier, «L’habit vert» (1937), de De Flers et De Caillavet, «Éducation de prince» de Louis Jouvet, «Mon curé chez les riches» (1938) de Bach.

 

En 1987, elle reçoit le prix Molière, étant considérée comme la meilleure actrice et deux années plus tard, François Mitterrand lui remet (pour la deuxième fois), les insignes de commandeur de la Légion d'honneur.  

 

En outre, les historiens la considèrent comme la faiblesse de la famille royale roumaine : Elvire était une amie proche du couple exilé formé par Carol II et Elena Lupescu, tandis que la Reine Marie appréciait son talent et sa beauté - elle la surnommait friandise, utilisant le mot allemand Leckerbissen. Quant au roi Ferdinand I, on dit qu’il l’a aimée passionnément et ses nombreuses lettres d’amour en sont la preuve.

 

Elvire décède à l'âge de 99 ans, le 11 décembre 1993, dans son appartement de Paris, ses obsèques eurent lieu à l’église orthodoxe roumaine de la capitale et elle fut enterrée au cimetière du Père Lachaise, pas très loin de Louis Verneuil. Sa vie d’actrice en fait un modèle de gloire pour de nombreux acteurs d’aujourd’hui et pour les générations d’artistes à venir.

 

Sources : Adevarul.ro, Encinematheque.fr, Ziarulmetropolis.ro

 

Lucas Causset et Ana Maria Rosca

 

Article réalisé dans le cadre du Programme Culturel București - Centenar avec le soutien de Primăriei Municipiului București à travers Administrația Monumentelor și Patrimoniului Turistic 

 

AMPT-logoPMB-logo

                   

    

 

Bucarest/Centenaire

Bucarest/Centenaire

Toutes les personnalités roumaines qui ont marqué ces 100 dernières années, dans le cadre de la célébration du centenaire de la grande Roumanie, en partenariat avec l'AMPT (Administratia Monumentelor si Patrimoniului Turistic)
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

REVEDEST mar 14/08/2018 - 14:33

Doamna Elvira, je n'étais qu'une petite fille française mais je n'ai jamais oublié comment vous enchantiez les planches, quel bonheur absolu c'était de vous voir et vous entendre!

Répondre