Lundi 19 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SCHOOLIES – Un spring break à l’Australienne ?

Par Lepetitjournal Brisbane | Publié le 20/11/2016 à 11:18 | Mis à jour le 20/11/2016 à 21:56

Ce week-end ont commencé les controversées Schoolies australiennes qui réuniront 25,000 lycéens à Surfers Paradise pour célébrer la fin de leurs examens.

Samedi a été donné le coup d'envoi des traditionnelles « Schoolies » australiennes, le moment pour les lycéens récemment libérés du poids des examens de sortir et de faire la fête pendant toute la semaine.

Surfers Paradise et les plages de la Gold Coast sont les lieux de prédilection de cette manifestation annuelle à laquelle 25,000 jeunes participent entre fin novembre et début décembre. Au programme : musique, danse, plage, rire mais également un versant bien plus controversé : la consommation de drogue et d'alcool. Si la première partie de l'alternative semble tout à fait à propos pour des jeunes à peine âgés de 18 ans qui cherchent à décompresser après le stress des examens, la deuxième quant à elle a de quoi nourrir au mieux des inquiétudes et au pire de vives oppositions.

Autant dire que les voix sont nombreuses à s'élever contre ces célébrations qui ne sont pas sans rappeler le tout aussi controversé « spring break » américain (réservé quant à lui aux étudiants d'université).

Les critiques perlent depuis les années 70, date des premières Schoolies, mais surtout depuis leur médiatisation au cours des deux précédentes décennies. Avec une affluence en hausse, les problèmes d'alcool, de violences physiques ou sexuelles, de drogues se sont démultipliés.

Lors de cette première soirée des Shoolies 2016 qui a débuté officiellement samedi, sept jeunes ont été arrêtés en possession de drogue et plus précisément de comprimés de MDMA (plus communément appelé ecstasy) et ont fait l'objet de onze chefs d'inculpation dont des inculpations de détention de drogue et nuisances sonores sur la voie publique.

Malgré cet incident, les autorités ont confié qu'en « règle générale, les officiers sont satisfaits du comportement des lycéens, avec seulement quelques débordements épars qui ont attiré l'attention de la police ».

Tout avait été mis en ?uvre par la municipalité afin que cette édition se passe sans anicroche. Des campagnes de sensibilisation aux dangers de la drogue et de l'alcool ont été dispensées à destination des lycéens en amont mais également pendant la durée de l'évènement ; la présence policière a été accrue, avec notamment des brigades canines, et des patrouilles ciblées.

Il faut ajouter à cela les 1100 bénévoles d'organismes communautaires qui viendront en aide aux jeunes gens venus pour faire la fête.

De son côté, les services Ambulanciers du Queensland ont fait le même constat sur ces Schoolies, décidément bien calmes. En effet, le service chargé de traiter les jeunes fêtards s'est occupé de 41 personnes dont « seulement » deux ont été transportées à l'hôpital à cause de leur état. En conséquence, plus de peur que de mal, en tout cas pour l'instant.

Il ne reste plus qu'à souhaiter une excellente semaine à cette jeunesse australienne en quête d'ivresse, en se gardant bien de la blâmer lorsque quelques années auparavant nos mains serraient les mêmes bières en s'en délectant sans modération.

MP (lepetitjournal.com/brisbane), dimanche 20 novembre 2016.

N'oubliez pas de liker la page Facebook du petitjournal de Brisbane

Lepetitjournal Brisbane

L'édition de Brisbane de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Melbourne Appercu
MANIFESTATION

La crise à Hong Kong s'exporte dans les universités australiennes

La crise entre Hong Kong et le gouvernement chinois s'est exportée au sein des universités australiennes. Un étudiant en Australie dit que sa famille restée en Chine a été menacée.

Expat Mag

FOOT

PSG: la crise de l'été

Le Paris SG fait-il toujours peur à la Ligue 1? Sa défaite à Rennes (2-1) dimanche, la première de la saison dès la 2e journée, a mis en lumière ses problèmes récurrents, autour de trois hommes...

Sur le même sujet