Mercredi 18 juillet 2018
Brisbane
Brisbane
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le Dr Merrick Ekins rejoint une mission de recherche internationale

Par Lepetitjournal Brisbane | Publié le 12/07/2018 à 10:51 | Mis à jour le 12/07/2018 à 11:15
Le Dr Merrick Ekins rejoint une mission de recherche internationale

L'expert marin du Queensland Museum est le seul Australien à rejoindre l'équipe de recherche internationale dans le Pacifique Sud.

 
Le Dr Merrick Ekins, Directeur des collections d'invertébrés marins sessiles du Queensland Museum, sera le seul expert marin australien à se joindre à six scientifiques du monde entier pour étudier la iodiversité des éponges dans le Pacifique Sud.

Le dimanche 15 juillet, M. Ekins se rendra aux îles de Wallis et Futuna où il embarquera à bord du navire océanographique français de l'IRD (Institut de recherche pour le développement) pour la campagne Wallis 2018.

Cette recherche portera sur la biodiversité et la chimio-diversité des éponges dans le Pacifique Sud - cet archipel est le chaînon manquant entre la Polynésie française et le Pacifique occidental.

Les objectifs de cette mission seront d'enregistrer une partie encore inconnue de la faune marine de l'île de Wallis, en se concentrant principalement sur les éponges, les gorgones et les micro-mollusques.

Pour ce faire, l'équipe de l'IRD, du Queensland Museum et de l'Université de Rome effectuera l'échantillonnage de plongée sous-marine et les premières analyses.

 

Des invertébrés

Les éponges sont des animaux invertébrés, fixés sur les récifs, parmi les plus anciens encore présents de nos jours. Ils ont colonisé tous les milieux marins, de la surface à plus de 3000 m de profondeur, des pôles à l'équateur.

Leur étude à l'échelle du Pacifique Sud permet de mesurer leur capacité de dispersion d'ouest en est, ainsi que leur adaptation spécifique à un tel site ou habitat, pouvant conduire à des espèces endémiques.

Une «carte d'identité» morphologique (taxonomique), génétique et chimique sera ensuite établie, en analysant les coupes histologiques de leurs squelettes, leurs substances naturelles et en séquençant leur génome. D'autre part, les molécules produites par ces organismes montrent souvent des activités biologiques intéressantes qui peuvent être promues dans la santé humaine, l'aquaculture ou d'autres secteurs technologiques.

 

 

Lepetitjournal Brisbane

L'édition de Brisbane de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 CommentairesRéagir

Communauté

VIE PRATIQUE

Comment dire « au revoir » en anglais ?

Un simple « au revoir » peut en dire tellement long ! Il est donc important d'étoffer votre vocabulaire anglais pour faire passer les messages que vous désirez