Vendredi 22 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Paroles d’enfants : Ma vie à Bombay

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 08/10/2019 à 20:00 | Mis à jour le 13/10/2019 à 19:48
Enfant expatrie Mumbai Inde

Les enfants ne choisissent pas de partir en expatriation ni même le pays dans lequel ils vont passer quelques années de leur enfance. En même temps, c'est une vraie richesse que leur offre la vie à l'étranger et particulièrement en Inde ! Leur ressenti nous éclaire sur ce que l’on projette de leur vie ici.

Pour en savoir plus, la rédaction a lancé un appel à témoins auprès des enfants d’expatriés vivant à Mumbai. Nous vous livrons ici les impressions de ceux qui ont voulu les partager tout en respectant leur anonymat. 


 

Soleil et accueil des Indiens sont les points forts de Mumbai pour les enfants

Les enfants apprécient beaucoup le temps qu’il fait à Mumbai en dehors de la mousson. G. affirme : “J'aime beaucoup l'Inde parce qu'il fait toujours beau et chaud, je ne regrette pas le temps qu’il y avait dans le pays dans lequel j’habitais avant car il pleuvait souvent.” M. confirme : “Le fait qu'il fait beau me donne l'impression d'être en vacances.

Les enfants se sont sentis bien accueillis en Inde et apprécient la gentillesse des gens. A. nous dit : “Les Indiens t’acceptent très vite : je me suis sentie très bien dans cette ville.” et M. ajoute : “J'aime beaucoup l'Inde parce qu'il fait toujours beau et chaud, que les indiens sont très gentils et très accueillants.

Cependant, les plus petits et leurs parents sont souvent surpris par l'intérêt que leur portent les gens dans la rue. La maman de M. témoigne : “Ce qui reste perturbant pour lui est que les gens le touchent beaucoup, sur la tête notamment, ou lui prennent son pouce pour l’enlever de sa bouche. Il a donc tendance à être plus craintif mais observe néanmoins beaucoup !” La maman de C. confirme : “Nous avons appris à dire non gentiment quand quelqu’un dans la rue essaye de toucher la joue de notre fils.


Mais, ils regrettent de ne pas pouvoir se promener dans la ville et n'apprécient pas le bruit

Tous se plaignent de ne pas pouvoir aller se promener dans un parc ou se déplacer à pied. Les trajets en voiture semblent leur peser. M. déclare : “Dans ce pays, il n'y a pas de parcs où se promener et tout se fait en voiture et non pas à pied ou en vélo.” et A. confirme : “Ce qui me manque c’est de ne pas pouvoir me promener dans la rue et de marcher.

Certains sont gênés par la pollution qu’elle soit atmosphérique ou sonore. En particulier, le bruit dans les rues les jours de festival (qui sont fréquents !) les perturbe beaucoup. L. avoue : “Le plus difficile pour moi c’est le bruit dans la rue à cause des fêtes des Indiens.” et M. enchérit : “Ici, pour pouvoir se frayer un passage dans la circulation de Bombay, les hommes klaxonnent tout le temps, qu'il soit quinze heures ou deux heures du matin, ce qui nous empêche de dormir convenablement. Il y a aussi beaucoup de fêtes Hindoues qui durent jusqu'à pas d'heure le soir.” G. déclare que ce qu’il aime le moins à Bombay est  “Le traffic car il est vraiment soulant et la pollution car du coup on respire mal et le ciel n’est pas non plus très beau.

 

Cependant, G. apprécie de vivre dans une grande ville : “Etre dans une grande ville et d’avoir autant de liberté car Paris est une très grande ville mais j’imagine qu’il n’y a pas autant de choses à faire par rapport à ici.

 

Ce qui les marque : la pauvreté et la saleté 

M. nous confie : “Je trouve, malheureusement, que l'Inde est surpeuplée et qu'il y a énormément de pollution par rapport à la France. Il y a également beaucoup de bidonvilles et donc de pauvres qui mendient aux fenêtres des voitures.” et L. avoue : “Ça me fait peur et souffrir de voir autant de pauvres dans la rue.

A. n’est pas non plus insensible : “Ce que j’aime pas c’est que c’est sale.


La petite taille de la communauté française : un plus et un moins selon les enfants

C’est un plus à l’école car ils apprécient d’être peu dans les classes. M. déclare :  “J'aime également notre école française et je trouve qu'il est plus facile d'y travailler sachant que nous sommes moins de 10 par classe et que les professeurs ne sont pas stricts.” 

Mais, un moins pour l’amitié car il est plus difficile de se faire des amis quand on est peu nombreux et cela prend plus de temps comme L. nous l’avoue : “Ce qui me manque c’est que j’ai pas eu des amis très vite.” M. est d’accord : “Mes amis me manquent beaucoup et il y a beaucoup moins de monde que dans les autres pays donc j'ai moins d'amis.” G. confirme que ce qui lui manque le plus est : “Ma routine du week-end et mes amis”.


Le grand avantage, les voyages qu’ils ont pu faire

Tous les enfants ont témoigné du plaisir de voyager en Inde et dans les pays alentour. Quel que soit leur âge, ils apprécient particulièrement ces opportunités de voir ou faire autre chose. Pour G., c’est :  “Allez voir des tigres dans leur milieu naturel et allez à Matheran pour faire du cheval.” et pour M. : “Mes meilleurs souvenirs de l'Inde sont les nombreux voyages que j'ai fait et le mode de vie des hommes de différentes parties de l'Inde m'a beaucoup touché. Je me suis donc rendu compte de la chance que j'avais de vivre à Bombay.
 

Enfin, que racontent-ils à leur famille et leurs amis ?

M. nous dit : “Mes copains et cousins me posent beaucoup de questions sur mon mode de vie et mes voyages. Ils sont un peu jaloux mais contents de me revoir.” et G. a créé un vlog pour partager ses aventures en Inde avec ses anciens copains et sa famille qui leur parle de : "Comment c'est là-bas et comment je vis. Je raconte aussi toutes mes petites aventures." 

 

lepetitjournal.com Bombay remercie les enfants et leurs parents pour leurs témoignages sur leur vie à Bombay.

N'hésitez pas à faire lire l’article à vos enfants et à le commenter.

 

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Inde

TRAVAIL À L'ÉTRANGER

Volontaires Internationaux : ressource précieuse pour les entreprises

Le dispositif de Volontariat International en Entreprise / Administration représente une véritable aubaine pour les entreprises françaises basées à l’étranger. Business France Mumbai nous en dit plus

Que faire à Bombay ?

Chennai Appercu
DÉCOUVERTE

Traversez Darjeeling et le Sikkim, entre le Népal et le Bouthan

Lepetitjournal donne la parole à Thibaut, passionné de treks partout dans le monde, réalisés avec ou sans sa famille. Il nous raconte aujourd’hui son aventure du côté de Darjeeling et du Sikkim.