Lundi 25 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

P-E Brusselmans : "L'Inde fait face à de grands défis."

Par Johana Burloux | Publié le 11/03/2020 à 15:30 | Mis à jour le 11/03/2020 à 15:30
Belgique consul diamants Inde

M. Pierre-Emmanuel Brusselmans est devenu Consul général de Belgique pour la circonscription du centre de l’Inde (regroupant Goa, Gujarat, Maharashtra, Madhya Pradesh, Odisha, Chhattisgarh, les territoires Daman et Diu, Dadra et Nagar Haveli) l’été dernier. Lepetitjournal.com Bombay s’adressant à l’ensemble des communautés francophones, nous sommes allés le rencontrer pour échanger sur son parcours, sa mission, les particularités de la présence belge en Inde et sa nouvelle vie indienne.

 

Bonjour Monsieur le Consul-général. Comment êtes-vous arrivé en Inde ? Quel est votre parcours ?

Nous sommes arrivés le 22 août 2019 pour ce premier poste en tant que Consul-général. Précédemment, j’étais conseiller du Vice-Premier ministre et Ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (devenu depuis Commissaire européen pour la Justice et la Protection des consommateurs). En tant que conseiller, je m’occupais plus particulièrement de l’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et des questions de terrorisme. J’avais déjà travaillé au Ministère des Affaires étrangères sur le Moyen-Orient qui est un peu devenu ma spécialité.

J’ai aussi été en poste en Suisse pour la représentation permanente de la Belgique auprès de l’ONU et de l’OMC. Là, j’étais en charge de l’environnement et du commerce.

Avant cela, j’étais le numéro deux à l’Ambassade belge en Arabie Saoudite : le bras droit de l’Ambassadeur… mais aussi son bras gauche, son pied droit et son pied gauche ! Les structures belges étant petites, il faut savoir être polyvalent. 

A Bombay, nous sommes au total 25, dont 15 personnes sous le chapeau fédéral. Les entités régionales, Flamandes et Wallonnes, travaillent en autonomie, même si bien sûr, également en étroite collaboration avec le Consulat.

 

Belgique diamants Inde
Activité de team building au sein de l'équipe du Consulat Général de Belgique

 

Quelles sont la représentation et la présence belge en Inde ?

En Inde, nous avons trois postes fédéraux : l’ambassade à Delhi qui s’occupe du Nord de l’Inde et des pays voisins comme le Bhoutan, le Bangladesh et le Sri Lanka, un Consulat général à Chennai qui s’occupe du Sud de l’Inde et un Consulat général à Mumbai qui s’occupe de la bande centrale.

Il y a entre 450 et 500 belges présents dans le pays, ce qui inclut les familles. La moitié sont des belges d’origine indienne, travaillant dans le commerce du diamant. Dans ma juridiction, environ 350 personnes sont présentes .

  

Pouvez-vous nous éclairer sur les liens entre la Belgique et l’Inde dans le secteur du diamant ?

Cela fait déjà cinq siècles qu’Anvers est une plateforme mondiale du diamant, notamment pour le diamant brut, dont 80 à 85 % transite par Anvers, souvent en provenance des mines d’Afrique, du Canada et de Russie. C’est à Anvers que le commerce se fait.

De l’autre côté, 92 % des diamants (dédiés à la joaillerie) sont taillés en Inde, principalement à Surat dans le Gujarat. Les diamants représentent donc aujourd’hui 80 % des échanges commerciaux entre la Belgique et l’Inde.

On estime toujours la taille belge mais celle-ci se concentre sur les diamants à très hautes valeurs. ! Par exemple, le deuxième plus gros diamant au monde : Sewelo, qui appartient actuellement à Louis Vuitton, sera taillé à Anvers. En Inde, le savoir-faire est réel, mais est aussi meilleur marché.

 

 

 

D’où vient cette expertise indienne en matière de taille du diamant ?

Il y a toujours eu un commerce de bijou ici. Les indiens ont commencé à développer la taille sur place et au fur et à mesure le secteur a grandi. Ce sont souvent des entreprises familiales, qui ne comptent pas leurs heures. En 40-50 ans, ils ont réussi à se "tailler" une réputation.

Les indiens sont présents à plusieurs endroits de la chaîne du diamant : dans la taille, dans le négoce, mais pas dans les mines. Les grandes mines appartiennent au groupe De Beers, présent au Botswana, et au groupe russe Alrosa. Ensuite, il y a des petites mines au Canada, en Australie, mais elles diminuent…

Les plus grands marchés pour les diamants sont d’abord les Etats Unis, puis la Chine, viennent ensuite l’Europe puis l’Inde. Cette dernière offre en plus de belles perspectives de croissance, au fur et à mesure que la classe moyenne augmente. Les bijoux font partie de la culture ici : ils sont offerts pour les mariages mais aussi à plein de grands moments de la vie, comme les naissances, des anniversaires ou autres célébrations…

Cette communauté indo-belge est importante pour nous. Certains sont devenus belges parce qu’ils ont vécu 20-30 ans en Belgique. Et beaucoup vivent ici, puisque Mumbai est aussi une grande place commerciale du diamant.

 

belgique inde consul diamants
Umicore - cérémonie d'inauguration

 

Quelles sont les missions de votre consulat ?

Il y a trois principaux piliers.

Le premier est le travail consulaire (état civil, aide aux compatriotes, etc) et le travail de notre section visa. Mumbai est pour la Belgique le troisième poste au monde en termes de délivrance de visa : 20,000 visas en 2019, après Pékin (environ 45,000) et Casablanca (environ 33,000).

Le deuxième pilier est le soutien du secteur économique. Les États du Gujarat et du Maharashtra sont des moteurs économiques très importants du pays. Beaucoup d’entreprises belges sont basées ici. Nous intervenons pour l’ouverture d’une nouvelle usine, une démarche auprès des autorités, une introduction, ouvrir une porte...

Le marché indien est un secteur compliqué où il peut y avoir des règlementations complexes. Nous pouvons être contactés pour éclaircir certains aspects de celles-ci ou parce que des paiements ne suivent pas, dans ce dernier cas on regarde si on ne peut pas faciliter une solution. Bien sûr, nous intervenons que si le problème n’est pas dans une procédure juridique, pour ne pas influencer la justice.

Nous valorisons aussi des expertises. Par notre présence, on aide les entreprises à gagner en visibilité, cela montre aux partenaires indiens que nous en sommes fiers !

Nous avons des entreprises qui sont au top au niveau mondial dans le domaine scientifique ou médical. Par exemple, IBA est une entreprise belge qui produit la moitié des cyclotrons à travers le monde, entre autres pour la recherche nucléaire ou le traitement des personnes qui souffrent d’un cancer. Cette entreprise a débuté l’installation d’un second cyclotron en Inde pour la protonthérapie.

La pétrochimie et la pharmacie sont deux secteurs dans lesquels nous sommes aussi assez actifs avec notamment GSK vaccines (le premier producteur au monde de vaccins de haute qualité qui sont tous produits en Belgique), mais aussi Johnson & Johnson, Solvay, UCB, BASF (entreprise allemande, mais très présente à Anvers) … Parmi les autres entreprises belges présentes en Inde, notons aussi Umicore, dans le recyclage des métaux lourds précieux, Gemini Corporation, dans le commerce circulaire de matière recyclable, ou encore AB InBev, leader mondial du secteur brassicole… la liste est longue !

Pour ce pilier économique, on travaille aussi de façon très proche avec les bureaux régionaux qui ont pour mission la promotion des exportations et l’attraction des investissements : le FIT (Flanders Investment and Trade) l’AWEX (l’Agence wallonne à l'exportation et aux investissements étrangers) et HUB Brussels.

Le troisième pilier est le rapportage vis-à-vis de Bruxelles et la représentation des intérêts belges, même si l’aspect plus politique du travail de diplomate est pris en charge par l’ambassade. Une partie importante du travail d’un diplomate est de rapporter ce qui se passe dans sa juridiction. C’est être en quelque sorte un "journaliste/expert". Les diplomates belges sont souvent envoyés pour une longue période en poste, ce qui est permet d’obtenir une connaissance assez profonde du pays. On se construit un réseau et on ajoute aux faits une analyse et des interprétations.

 

belgique inde consul
Les orateurs de Edelweiss Moulinsart ESC avec le Consul Général et les 4 gagnants

 

Quelle était votre connaissance de l’Inde avant de venir ? Et aujourd’hui ?

On devient diplomate pour l’aventure et pour la découverte de cultures et de nouveaux styles de vie ! Ma connaissance de l’Inde n’était pas très étendue, par contre j’ai toujours eu une affinité avec la diplomatie économique. Comme je commençais à avoir une spécialité dans le Moyen-Orient, j’ai demandé à ce que mon prochain poste soit en dehors de cette zone géographique et de ma zone de confort ! Je souhaitais aussi renouer avec la diplomatie bilatérale et la diplomatie économique.  

Je suis servi ici à Mumbai ! C’est un siège économique, et même si la croissance est un peu en berne, elle reste très importante. La taille du marché promet de belles perspectives. C’est aussi un marché difficile, donc les entreprises ont effectivement besoin de soutien, plus que dans les pays européens où les règles européennes ont effacé beaucoup d’incertitudes… L’Inde attire les acteurs économiques, les envies, les convoitises, mais soulève aussi les craintes ou les incertitudes… Et là, le Consulat peut aider !

Pour l’instant, c’est très stimulant parce que très dynamique. Les gens sont très accueillants. L’hospitalité est une notion importante. On a accès à une belle brochette d’acteurs économiques indiens et une vie culturelle riche.

La mégalopole offre beaucoup de contraste ce qui rend aussi l’expérience intéressante. L’Inde fait face à de grands défis pour répondre aux attentes d’une population croissante et des nouveaux actifs qui entrent sur le marché du travail.

Dans le contexte global, nous sommes aussi à une époque charnière où l’on va voir si l’on retourne à une économie plus contrôlée, avec des politiques protectionnistes, ou au contraire, arrivera-t-on à créer des zones de marchés ouverts, qui, nous le pensons, serait dans l’intérêt de tous et irait de pair avec une société de liberté.  

Nous sommes dans un grand pays qui, dans les options qu’il prend, pourrait avoir un impact important sur l’Histoire. Il est aussi intéressant d’en être le témoin privilégié.

 

Belgique consul diamants Inde
La famille de Pierre-Emmanuel Brusselmans aux festivités de Republic Day

 

Vous êtes venus ici à 5. Comment se déroule votre vie en Inde en famille ?

Pour nous, l’aventure diplomatique a toujours été une aventure familiale. Pour l’instant, nous sommes ravis que les enfants soient heureux à l’école. Nous avons fait le choix de l’école française (LFIM) ce qui impliquait pour nos filles de passer d’une scolarité en néerlandais (en Belgique) à une scolarité pour moitié en français, l’autre langue nationale (l’autre moitié étant en anglais). En tant que belges, nous sommes heureux de pouvoir faire suivre l’éducation de nos enfants dans l’une de nos langues nationales. Cela permet une meilleure intégration, de même que la perspective d’un retour au pays facilité.

Entre les activités professionnelles, culturelles et sociales, notre agenda est bien rempli ! Nous avons aussi commencé à découvrir le pays au-delà de Bombay, nous avons déjà été à Ellora et Ajanta, à Goa et dans le Karnataka : nous avons vu des temples magnifiques, des réserves d’éléphants, des plantations de café et avons beaucoup aimé. Nous allons bientôt partir dans le Tamil Nadu et le Kerala, et nos envies de voyage dans ce pays pour les prochaines années ne s’arrêtent pas là ! Nous avons envie d’en faire une expérience riche sur le plan culturel et humain.

 

 

Suivez Pierre-Emmanuel Brusselmans sur son compte Twitter.

 

 

Nous vous recommandons

Johana Burloux

Johana Burloux

Diplômée de Sciences Politiques, professionnelle de l’information, rédactrice dans des publications généralistes, sportives et culturelles, co-fondatrice d’une start-up à Hong Kong, Johana est passionnée de l’écrit, de musique et de palak paneer.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Inde

LITTERATURE

Club de lecture 4 : cinq ouvrages pour découvrir l’Inde

La rédaction présente la quatrième édition du Club de lecture. Tous les quinze jours, nous publions une liste de cinq ouvrages traduits en français sur l’Inde et de style varié : romans indiens, nouve

Expat Mag

Les 10 apprentissages de la crise pour les expatriés

Si la crise est loin d’être finie, quels sont ses enseignements ? Entre prise de conscience et changements radicaux, lepetitjournal.com fait le point sur ce que la Covid-19 nous a appris