Mercredi 16 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Mathias Coisne : “L’Inde a quelque chose de magique et de mystérieux !

Par Isabelle Bonsignour | Publié le 22/05/2019 à 00:30 | Mis à jour le 03/06/2019 à 19:13
Photo : Mathias Coisne et sa femme Sarah chez eux
Mathias Coisne agent immobilier Bandra

Mathias Coisne est installé en Inde depuis mars 2013 comme agent immobilier spécialisé dans la recherche d’appartements à louer pour la communauté expatriée. Il vit et travaille à Bandra et connait parfaitement ce quartier, mais aussi les quartiers adjacents, Khar, Santacruz, Juhu et Powai et un peu plus loin Worli et Lower Parel. Il a raconté au petitjournal.com Bombay son parcours et sa vision de Bombay. 

 

Mathias a quitté la France à 20 ans pour aller suivre le cursus hôtellerie organisée par l’école française Vatel à l’université Silpakorn de Bangkok. “Je voulais partir à l’étranger et faire mes études d’hôtellerie avec un programme en anglais, quand j’ai entendu parler du diplôme Vatel à Bangkok, je n’ai pas hésité et je n’ai pas été déçu.”, déclare Mathias. 

Le choc culturel entre la Thaïlande et la France surprend Mathias, mais après quelques mois d’adaptation, il apprécie sa nouvelle vie et en profite pleinement. Au cours d’un stage au restaurant de Anne-Sophie Pic à Valence en France, il rencontre Sarah Mehta, une Indienne, qui étudiait à Vatel à Nîmes et qui deviendra sa femme. En 2013, son diplôme en poche, il change à nouveau de vie et part à Mumbai pour créer une société immobilière avec son futur beau-père, Sharp Solutions & Consultancy. “Je voulais découvrir un nouveau pays et l’Inde me paraissait magique !”, avoue-t-il. Il se marie avec Sarah à Bombay en janvier 2016.

Mathias Coisne Agent immobilier Bandra
Mathias et sa femme Sarah

 

Alors qu’il est persuadé que la vie à Bombay doit beaucoup ressembler à celle à Bangkok, il est surpris de découvrir de nombreuses différences culturelles entre les deux pays. Il s’adapte vite, mais se rend compte qu’il ne lui sera pas facile de s’intégrer dans les transactions commerciales effectuées par son beau-père : “Mon beau-père n’est pas vraiment un agent immobilier comme on l’entend en France, il travaille plutôt avec les constructeurs. J’assistais aux réunions au milieu de nombreux indiens pas tous très jeunes et qui parlaient, parlaient … Et je ne voyais pas ce que je pouvais apporter.”, confie-t-il. Il décide alors de se lancer dans la location immobilière pour les expatriés après avoir convaincu son beau-père de l’existence d’un tel marché : “Au début, il me disait : “Il faut faire de la vente”, mais les étrangers n’ont pas le droit d’acheter ici. Comme j’habite  dans la maison de ma belle-famille au cœur de Bandra, j’ai eu assez rapidement des contacts avec les voisins et amis de la famille qui sont propriétaires dans le quartier et cela m’a permis de me créer un carnet d’adresses.”, dit-il.

 

Mathias commence d’abord par trouver des colocations pour des étudiants français tout en se concentrant sur la recherche d’appartements à louer pour se créer un portefeuille de contacts de propriétaires notamment à Bandra : “Comprendre le fonctionnement des propriétaires indiens m’a pris un peu de temps !”, avoue-t-il.

Les négociations sont souvent longues et complexes et le fait d’être en Inde ne facilite pas les choses, mais on y arrive. 

 

Lorsqu’il a démarré en 2013, il existait à Bombay une agence immobilière gérée par une Française qui avait le monopole dans le créneau des expatriés francophones. Pour ne pas rentrer en compétition directe avec elle et se sentant encore neuf sur le marché, il décide de se “faire la main” avec des locataires provenant d’autres pays : “Vu que j’étais nouveau, je ne me sentais pas capable d’aller voir des Français et de me présenter comme parfait connaisseur du marché. Mais, parlant assez bien anglais, j’ai contacté des expatriés non francophones et ça a marché !”, explique-t-il. C’est ainsi qu’en 2015, il réussit sa meilleure transaction en trouvant les nouveaux locaux du consulat de Norvège, mais aussi les appartements du consul et des autres diplomates. Fort de cette référence, il entre en contact avec le consulat de Belgique et trouve 3 appartements pour le personnel. 

Mathias reconnait que le marché n’est pas facile, il travaille surtout avec des propriétaires Sindhis* : “Ce sont de vrais businessmen et chaque roupie est négociée ! Ils ne vont pas être généreux de leur côté, il faut aller chercher le moindre service. A Bandra, 70% des propriétaires sont des “Sindhis”.”, remarque-t-il. 

 

Mathias Coisne agent immobiliet Bandra
Un des appartements loués par Mathias à Bandra

 

Mathias se concentre aujourd’hui sur le développement de son portefeuille d’appartements à louer et de clients expatriés et s’attaque en particulier à la communauté française, sa concurrente ayant quitté l’Inde. Il gère aussi des locations commerciales à BKC et Lower Parel.

 

La vie en Inde selon Mathias Coisne

Mathias voit sa vie en Inde comme une aventure et apprécie le côté imprévisible des choses à Bombay. Il aime beaucoup la possibilité de partir en week-end et de découvrir de nouveaux endroits autour de Bombay. Une de ses destinations favorites est Alibag, de l’autre côté de la baie de Mumbai, non pas pour la plage, mais pour l’ambiance de vacances qui y règne. “Mon endroit préféré à Alibaug est le restaurant authentique de fruits de mer “Sanman” sur Israeli Road. C'est le restaurant le plus recommandé sur trip advisor.”, indique-t-il. 

De plus, c’est un adepte de la cuisine indienne : “J’aime les plats épicés et la variété des goûts de la cuisine indienne”, dit-il. 

Restaurant fruits de mer Alibag Sanman
Un poisson chez Sanman à Alibag

 

Comme tous les étrangers et les Indiens aussi, il n’apprécie pas particulièrement la saison actuelle avant la mousson que les Indiens appellent “été” du fait de la chaleur et de l’humidité croissantes. Il regrette aussi que les produits français soient si chers à Bombay. Cependant, il avoue  “ne pas penser aux côtés négatifs et profiter de ma vie ici !”

 

Alibag Kashid beach
Kashid beach au sud d'Alibag

 

Ses endroits favoris à Bombay :

La plage de Juhu, une vraie plage tropicale pour faire son jogging,

Le restaurant Candies à Pali Hill dans lequel il emmène ses clients, un espace un peu unique pour les jeunes avec des terrasses sur plusieurs niveaux et plein de plantes,

The Bagel Shop aussi à Pali Hill, un café sympa. 

 

Une anecdote dont il se souviendra longtemps :

“Lors de ma première année à Bombay, ma petite soeur est venue me rendre visite et nous avons pris le train ensemble. Je ne connaissais alors pas très bien les lignes et les heures de pointe. Nous avions pris un train au hasard sur la western line au départ de Churchgate pour Bandra. Lorsque le train est entré dans la station suivante, nous avons vu des centaines d'hommes courir et sauter comme des rugbyman dans le wagon pour se jeter sur les places assises. Il y avait tellement de monde et nous avons été bousculés et séparés. Ma soeur a eu très peur et je ne pouvais rien faire. Heureusement, certains hommes ont été très gentils et nous on fait un passage en poussant tout le monde pour que l'on puisse descendre à Bandra. Il vaut mieux être prudent et monter dans le bon wagon !”

 

Son conseil à un nouvel arrivant :

Prendre le temps de comprendre la ville. Il a quelque chose de plus derrière la pauvreté et la saleté. Bombay et l’Inde ont quelque chose de magique et de mystérieux qui peut faire peur, mais si on est patient, on finira par aimer.

 

Mathias Coisne appartement Bandra
Un autre appartement à Bandra du portefeuille de Mathias

 

Pour contacter Mathias Coisne : 

Sharp Solutions & Consultancy www.sharpsolutions.co

Siesta Bungalow, 72 Pali Hill road, Bandra, Mumbai

Email : mathias@sharpsolutions.co

Telephone : +91 9820325841

 


* Les Sindhis (Sindhi, Devanagari: सिन्धी, Sindhī) sont un groupe socio-ethnique originaire du Sindh, une province du Pakistan. Après la partition de l’Inde et du Pakistan en 1947, de nombreux Sindhis de religion hindoue émigrèrent en Inde. Selon le dernier recensement (2011), il y aurait 2,772,264 Sindhis en Inde. Il y a aussi des Sindhis de religion musulmane qui vivent en Inde près de la frontière avec la province du Sindh au Pakistan. (source Wikipedia)


 

 

Nous vous recommandons

isabelle bonsignour

Isabelle Bonsignour

Directrice de la publication et responsable éditoriale. Expatriée au long cours et fervente lectrice du site lepetitjournal.com, elle a rejoint l’équipe en créant l’édition de Bombay.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Chennai Appercu
TÉMOIGNAGES

Ils sont jeunes au pair en Inde et nous racontent

Peut-être n'en entendez–vous pas beaucoup parler et pourtant, nombreux sont les jeunes qui partent à l'étranger pour devenir « au pair » l'espace de quelques mois.

Vivre en Inde

SPORT

Du rugby en Inde ? Oui, cela existe !

En cette période de coupe du monde de rugby, lepetitjournal.com Bombay s’est posé la question de l’existence de ce sport en Inde. Oui, le rugby est pratiqué en Inde et on vous en dit plus.