Lundi 18 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Appel à témoins : Paroles d’enfants sur leur vie à Mumbai

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 28/08/2019 à 19:04 | Mis à jour le 07/09/2019 à 14:49
Enfants vie Mumbai temoignage

Les enfants ne choisissent pas de partir en expatriation ni même le pays dans lequel ils vont passer quelques années de leur enfance. En ces jours proches de la rentrée, lepetitjournal.com Bombay s’intéresse au vécu des enfants d’expatriés à Bombay et à leurs sentiments par rapport à cette ville et cette vie si différente. 

 

Vous avez des enfants petits ou grands et vous êtes d’accord pour jouer le jeu et leur demander de s’exprimer sur leur vie en Inde et à Bombay ?

Voici quelques questions que vous pouvez leur poser :

  • Qu’est ce que tu aimes le plus ici ?
  • Qu’est ce que tu aimes le moins  ? 
  • Qu’est ce qui est mieux que dans le pays dans lequel nous habitions avant ? 
  • Qu’est ce qui est moins bien que dans le pays dans lequel nous habitions avant ?
  • Qu’est ce qui te manque le plus par rapport à avant ?
  • Quel est ton meilleur souvenir de Bombay ou de l’Inde ?
  • Qu’est ce que tu racontes à tes copains / cousins lorsqu’on rentre en France ?

Nous sommes aussi intéressés par les anecdotes que vous pourriez avoir sur la vie à Bombay avec des enfants.

 

Envoyez nous leurs réponses à l’adresse bombay@lepetitjournal.com en indiquant l’âge de l’enfant et son prénom si vous le souhaitez. Le sondage sera clôturé le 15 septembre 2019 à minuit.

 


 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Bombay ?

Chennai Appercu
DÉCOUVERTE

Traversez Darjeeling et le Sikkim, entre le Népal et le Bouthan

Lepetitjournal donne la parole à Thibaut, passionné de treks partout dans le monde, réalisés avec ou sans sa famille. Il nous raconte aujourd’hui son aventure du côté de Darjeeling et du Sikkim.

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles