TEST: 3548

Démission surprise du gouverneur de la Reserve Bank of India

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 13/12/2018 à 00:30 | Mis à jour le 13/12/2018 à 10:24
banque centrale inde RBI demission

Lundi, la démission pour raisons personnelles du gouverneur de la Banque centrale indienne, Urjit Patel aurait surpris le gouvernement de Narendra Modi, selon plusieurs journaux locaux. Cette annonce survient après plusieurs mois de dissensions entre le ministère des Finances et la banque centrale, plus particulièrement au sujet de l’autonomie de celle-ci et de la politique monétaire.

 

Urjit Patel détient le record du plus court mandat de gouverneur de la Banque centrale (il a été nommé en septembre 2016) et le gouvernement de Narendra Modi serait le premier gouvernement à avoir travaillé avec plus de 2 gouverneurs.

 

Shaktikanta Das remplace Urjit Patel depuis mardi. Le nouveau gouverneur de la Banque centrale était le secrétaire des Affaires économiques lorsque la démonétisation de novembre 2016 a été mise en place. C’est un des fervents soutiens de cette action dont l’un des objectifs était de diminuer l’évasion fiscale et l’argent dissimulé. Deux ans après la démonétisation qui a été brutale, le chaos engendré est encore fortement présent dans les esprits et les critiques sont nombreuses sur son efficacité. Pour la petite histoire, Das est connu, selon les journaux, pour avoir proposé de marquer l’index de ceux qui avaient échangé les anciennes coupures avec de l’encre pour éviter qu’ils ne puissent recommencer. L'encre utilisée étant la même que celle utilisée pendant les élections, lors d'un des votes début 2017, il n'y a plus eu assez d'encre pour indiquer que la personne avait voté ! 

 

Cependant, selon le Indian Express, de nombreux intervenants sur les marchés reconnaissent que c’est une personne plus ouverte que le gouverneur précédent ainsi qu’un grand utilisateur de Twitter et cela devrait permettre plus de transparence et une meilleure communication entre la Banque centrale et le gouvernement. 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale