Controverse sur la visite des députés européens dans le Cachemire

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 30/10/2019 à 18:52 | Mis à jour le 31/10/2019 à 06:46
Photo : Le Dal Lake à Srinagar - Credit : Unsplash
deputes europeens Jammu Kashmir

Initialement 27, les députés européens n'étaient plus que 23 lors de leur atterrissage à Srinagar dans le Cachemire mardi 29 octobre, 4 d'entre eux ayant décidé au dernier moment de ne pas y aller pour ne pas alimenter la controverse sur le sujet. Ce sont les premiers étrangers à être autorisés à se rendre dans cette région depuis que le gouvernement Modi a aboli l’article de la constitution indienne accordant un statut spécial à l'Etat du Jammu et Cachemire.

Aucun homme politique indien n'a pu se rendre dans le Cachemire depuis le changement de statut de la région qui a été complètement coupée du monde pendant plusieurs semaines : plus de connexion téléphonique fixe et mobile, ni d'accès à internet, représentants politiques arrêtés, écoles fermées, … Les lignes téléphoniques fixes ont été rétablies depuis quelques semaines et les écoles rouvertes, cependant internet n’est toujours pas accessible partout et les principaux chefs des partis locaux sont toujours en prison.

Les membres de l’opposition se sont insurgés contre cette visite qu’ils qualifient d'opération marketing du gouvernement Modi et ont fait remarquer que la plupart des députés présents appartenaient à des partis conservateurs ou d'extrême droite. Certains journaux ont même qualifié les députés européens de ‘Nazis”.

 

Tweet de Rahul Gandhi, leader du parti du Congre

 

Le déplacement qualifié de privé (il n’a pas été organisé par l’Union Européenne) a été planifié et encadré par l'armée indienne. Mardi, à l'arrivée du convoi de véhicules blindés transportant les députés européens, Srinagar était totalement vide, des affrontements ayant eu lieu en plusieurs points de la ville ainsi que des barrages ayant été organisés par les habitants pour protester.

Tweet de la fille de Mehbooba Mufti, ancienne chief minister de l’ex Etat via le twitter handle de sa mère, en prison depuis le mois d'août

 

Les Européens de leur côté ont affirmé avoir pu rencontrer des Cachemiris et être confiants sur le développement de la région. Thierry Mariani, du Front National français a déclaré : “La visite a été excellente et je suis très satisfait d’avoir pu m’entretenir avec des membres de la société civile locale. Nous n'interfèrerons pas avec la politique interne indienne. Nous n'étions là que pour nous rendre compte de la situation sur place.”

 

Au même moment, cinq ouvriers agricoles originaires du Bengale étaient tués dans un attentat alors qu’ils travaillaient dans un verger de la vallée du Cachemire.

 

 

 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale