Lundi 24 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Escobar et le pape: marketing du bien et du mal en Colombie

Par Lepetitjournal Bogota | Publié le 10/09/2017 à 08:59 | Mis à jour le 10/09/2017 à 18:35
ac8aaa46f7b272a9dc3815926df5f3431d7673b8

Dimanche 10 Septembre 2017, Santiago TORRADO - Agence France-Presse à Medellin, Colombie

                                Photo : Raul Arboleda

"Chaplin" était un bon nom pour la boutique de Yamile Zapata, mais "El Patron" attire davantage. L'image de Pablo Escobar, baron de la drogue et "saint patron" d'un quartier pauvre de la catholique Medellin, fait même plus recette que le pape.

Ces jours-ci, "tout le monde veut un souvenir du pape" François, mais "Pablo vend mieux", assure Yamile, 34 ans. Coiffeuse dans ce quartier construit par Escobar au cours des années 80, elle vend aussi des souvenirs de celui qui fut le gangster le plus craint de Colombie.

Des tasses, des T-shirts, des livres consacrés au chef de l'ancien cartel de Medellin, qui dans sa lutte contre l'Etat a même recouru à des attentats qui ont tué des centaines de Colombiens.

Plus de vingt ans ont passé depuis qu'Escobar a été abattu par la police le 2 décembre 1993 et qu'ont été décimés les grands cartels de narco-trafiquants dirigés par "el capo" et ses adversaires de Cali. Et dix mois depuis que la Colombie a signé la paix avec la guérilla la plus puissante du continent, qui se finançait par le trafic de drogue.

- Connaître l'histoire d'Escobar -

Mais le pays, où François est arrivé mercredi pour promouvoir la paix, le pardon et la réconciliation pendant cinq jours, reste le premier producteur de feuille de coca, composant de base de la cocaïne, et le premier exportateur de poudre blanche.

Ce pape qui a qualifié de trafic de drogue de cancer qui a fait des "métastases" a inclus Medellin dans sa visite.

Cette ville moderne de près de deux millions d'habitants, qui compte le plus grand nombre d'églises du pays, peine à faire oublier son passé de capitale mondiale des narcos.

La figure de Pablo Escobar, le "Patron", continue d'attirer des millions d'amateurs de feuilletons, séries et livres qui promettent de révéler des facettes méconnues du truand.

"Les gens ne cherchent rien de morbide ou de mal, ils veulent seulement connaître l'histoire de Pablo", affirme à l'AFP Yamile Zapata.

En ouvrant son commerce, elle l'avait appelé "Chaplin", mais elle en a changé le nom en février et le modeste salon "El Patron" attire deux fois plus de clients. >> Lire la suite sur notre édition internationale

© 2017 Agence France-Presse

logofbbogota

Lepetitjournal Bogota

Le média des francophones et francophiles de Bogotá : actualité, culture, sorties, bons plans, petites annonces. Tout sur Bogotá et la Colombie en français !
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Bogota ?

CULTURE

Septembre Jazz à Bogota

C’est dans la capitale colombienne que les principales figures de la scène Jazz colombienne et internationale se rencontreront pour offrir au public des dizaines de concerts gratuits

Vivre à Bogota

EXPATRIATION - Les meilleurs pays

Les destinations préférées des expatriés ? Bahreïn, Taiwan et l'Équateur. La France n’est qu’en 34ee position du classement Expat Insider 2018. Le Mexique, Singapour, le Portugal, le Costa Rica, l'Es