Vendredi 14 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Soe Amy Kyaw, entrepreneuse aux mille facettes

Par Mathieu Guilleminot | Publié le 10/12/2017 à 20:00 | Mis à jour le 11/12/2017 à 03:16
Photo portrait 1

Dans une Birmanie où les traditions sont fortes, les femmes ont, pour beaucoup, un rôle bien défini dont il est dur de s'extirper. Certaines tentent cependant de briser les préjugés et faire changer les mentalités. Soe Amy Kyaw, entrepreneuse, fait partie de celles-là. Son parcours est le symbole de cette nouvelle génération de femmes birmanes en quête d'émancipation et d'épanouissement professionnel. 

Une femme d'affaires aguerrie

Née dans une petite ville du sud du pays, d'une mère institutrice, Soe Amy développe, malgré les restrictions gouvernementale, un goût pour la lecture. C'est ainsi grâce aux livres qu'elle découvre le monde. Ce monde qu'elle ne peut voir de ses propres yeux et qu'elle va donc décider d'accueillir en Birmanie. La jeune fille devient guide touristique et continue son apprentissage de l'anglais et du monde extérieur. Son ouverture prend un autre tournant lorsqu'elle rencontre celui qui deviendra son mari. Un français qu'elle suit en France pendant quelques années. Elle y étudie le tourisme et la langue de Molière. Mais en 2002, Soe Amy rentre au pays pour y fonder deux compagnies ; une agence de voyage, Ananda Travel, et  une plantation de café, Ananda Cocoa. C'est cette dernière qui va croître rapidement, installant son entreprise au  premier rang des entreprises exportatrices de café birman vers l'Europe. 

Entrepreneuse dans l'âme, Soe Amy profite du succès de sa compagnie pour la développer et mettre en place la seule et unique plantation de cacao de Birmanie, près de la frontière thaïlandaise, au cours de l'année 2003. A cette époque, l'accès à la plantation est difficile et dangereux. Les routes sont mauvaises, par endroit inexistantes, et les affrontements entre l'armée et les groupes dissidents fréquents. Malgré toutes ces difficultés, Soe Amy garde un bon souvenir de cette période qu'elle considère comme enrichissante. La situation est plus simple désormais avec la paix revenue et l'amélioration des voies de communication, ce qui facilite la gestion des plantations mais également l'organisation avec les villages locaux. Ainsi, tous désormais bénéficient d'un accès à de l'eau potable et un système d'entraide a pu être mis en place, permettant entre autre les échanges de savoir-faire et de techniques agricoles. 

Tous ses projets lui ont permis de remporter plusieurs prix : celui de la femme entrepreneuse décerné par la "Myanmar Women Entrepreneur Association", le "Women Outstanding Award" de la part de la "Myanmar Women Affairs Federation" et le "Women Entrepreneureship Award" décerné par l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN). Mais la femme d'affaires semble considérer ses récompenses comme des encouragements à continuer. Ainsi, Soe Amy collabore également avec Asia Exotica, une agence de voyage basée à Singapour et dirige l'association "Save The Needy" qui vient en aide aux personnes atteintes de la lèpre. 

Une bénévole avertie
Soe Amy est également membre de la Myanmar Women Entrepreneurs Association dont l'objectif est de promouvoir l'unité entre les femmes d'affaires birmanes et de les aider dans leurs projets, notamment en facilitant le partage des connaissances et de savoir-faire. L'association a été fondée il y a près de 22 ans par la professeure et Docteure Ye Ye Mhint à une époque où les birmanes étaient mises à l'écart du monde des affaires. Aujourd'hui la Myanmar Women Entrepreneurs Association diversifie ses moyens d'action. Récemment, l'association s'est lancée dans le micro-financement agricole afin d'aider financièrement des femmes à lancer leur exploitation. L'association a également financé la création d'un village réservé aux entrepreneuses, dans lequel les femmes peuvent partager leurs idées et s'entraider. Un autre exemple de projet mené par l'association est l'aide financière apportée à un village pour développer une école, un hôpital et un monastère.

La Myanmar Women Entrepreneurs Association tente également de lutter contre l'exploitation abusive des femmes grâce à un programme éducatif dédié aux jeunes générations. Ce programme fournit aux jeunes femmes les outils pour se protéger jour après jour, notamment par l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et du calcul.  

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Birmanie

CULTURE

Contes birman: Pourquoi il y tant de pagodes à Bagan?

L’histoire birmane nous a transmis de nombreux contes, issus de tout le pays, qui transmettent une morale au travers d’une courte histoire. Guillaume Rebière, auteur passionné de la Birmanie...