Lundi 12 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Guillaume Rebière, comme une alchimie avec la Birmanie

Par Marie-Sophie Villin | Publié le 03/06/2018 à 20:00 | Mis à jour le 04/06/2018 à 04:16
Jak Bazino 2

Beaucoup le connaissent par sa place de choix dans le monde de l’entreprise française en Birmanie. Guillaume Rebière est en effet directeur de la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Myanmar depuis mai 2015. Mais peu le connaissent comme écrivain, passionné de la Birmanie, dans un roman qui se veut dans la même lignée que ceux d’Henri Loevenbruck : Zawgyi, l’alchimiste de Birmanie.

Son premier contact avec la Birmanie se fait en 1996, alors qu’il se prépare à passer le bac, avec le film Beyond Rangoon de John Boorman. Puis il lit Se libérer de la peur d’Aung San Suu Kyi. "Plus on creuse, plus il y a de choses à apprendre." Celui qui s’intéressait déjà beaucoup à l’Asie se découvre captivé par un pays encore fermé, inconnu en Europe. Diplômé de Sciences Po Bordeaux, Guillaume pose  pour la première fois le pied en Birmanie à l’occasion d’un stage à l’ambassade de France à Yangon en 1998. Il a tout de suite aimé l’accueil des Birmans et l’ambiance à l’opposé de celle de la France. "C’était presque un voyage dans le temps, avec le sentiment d’être un explorateur" se souvient-il. Il enchaîne avec un master au Celsa de Paris (Ecole des hautes études en sciences de l’information et de la communication, ou Centre d’Etudes Littéraires et Scientifiques Appliquées). Il revient à Yangon en 2001 pour différents postes chez FCB, Total et dans l’agence de voyages de sa femme rencontrée en Birmanie lors de son stage. De retour en France en 2006, il ne cesse de continuer à lire sur ce pays. En 2008, il publie Myanmar – Contes et légendes illustrés. En travaillant avec sa femme, Sandar, il a eu l’occasion de voyager à travers la Birmanie et ses coins les plus reculés et d’y prendre des clichés uniques de lieux encore peu explorés, qu’il a ensuite exploités dans son album. Ils y illustrent des contes traditionnels birmans traduits par ses soins.
Intrigué  par les croyances ésotériques et alchimistes liées à la religion et aux traditions en Birmanie, il passe cinq ans à se documenter et à écrire Zawgyi, l’alchimiste de Birmanie, son premier roman publié en 2012 chez Mon Petit Editeur, sous le pseudonyme de Jak Bazino. Il le décrit comme un roman d’aventure, pour "partager ma passion et ma connaissance du pays de manière ludique." Car du savoir sur la Birmanie, Guillaume en a acquis. Il a commencé avec un mémoire sur les relations franco-birmanes durant ses études à Sciences Po Bordeaux. Puis a lu de nombreux livres, d’innombrables pages internet, écumés les sites de la Bibliothèque Nationale de France et de la National Library de Londres. Le sujet est particulier, explique-t-il, avec peu de recherches sur lesquelles s’appuyer et a donc nécessité énormément de recherches personnelles. Ses principales références ? Renoncement et puissance de Guillaume Rozenberg sur les relations entre bouddhisme et pouvoir ; et Les maîtres du bouddhisme obscur : les weikzas birmans de M.E. Mendelson et John Ferguson sur les pratiques occultes et ésotériques dans le bouddhisme birman.

Le roman commence avec deux chapitres situés en 1885 sous le règne du roi Thibaw, lors de la chute de Mandalay, avant de faire un saut dans le temps et de dévoiler son intrigue. Le protagoniste Eric Tamino est témoin d’un meurtre et, intrigué par le tatouage qu’il découvre sur le corps de la victime, entame des recherches à travers le pays qui le conduisent jusqu’à la pierre philosophale, convoitée aussi par les militaires qui le poursuivent. Le tout sur le fond historique de la révolution de safran de 2007. Guillaume se souvient lui-même de cette période qu’il a vécue depuis la France et ressentie comme porteuse de beaucoup d’espoirs et finalement aussi de beaucoup de déceptions. "On ne s’attendait pas au changement démocratique de 2011 après la conclusion de événements de 2007." Dans son livre, les rappels historiques sont fréquents, les descriptions de la Birmanie et les explications de ses faits de société aussi. Car le centre du roman reste "ce jeu d’équilibriste du Bouddhisme Theravada birman entre philosophie de la paix, religion du renoncement et quête du pouvoir," comme il l’explique dans son blog (http://jak-bazino.blogspot.com/). Il a créé ce dernier pour documenter son roman, mieux expliquer certains détails religieux ou traditionnels et dévoiler ses sources, donnant naissance à une vraie mine d’informations sur l’ésotérisme en Birmanie. 
D’autres projets d’écriture ? La réponse est un oui. Mais un oui timide. Son premier roman, il l’a écrit alors qu’il avait un emploi qui lui laissait suffisamment de temps libre, à la chambre de commerce des Vosges. Entre temps, il est revenu en Birmanie et a pris la tête de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Myanmar, fonction à laquelle il se dédie sans répit. "Cela fait trois ans que je n’ai pas repris l’écriture." Il nous parle tout de même d’un livre dans la même lignée que Zawgyi, un roman d’aventure situé en parallèle dans la Birmanie d’aujourd’hui et dans celle de 1942, avec comme passerelle entre les deux époques, l’épave d’un avion abattu pendant la Guerre mondiale au moment de l’invasion japonaise. Une nouvelle histoire nécessitant de grandes recherches en amont.

Un autre projet de conte fantastique pour adulte tourne autour du folklore birman et de son bestiaire surnaturel rassemblant fantômes, ogres, nats et autres êtres imaginaires… Les contes, il les trouve dans les nombreux livres en anglais qui remplissent les étals des marchands de Downtown à Yangon et les traduit en français pour les rendre accessibles à un plus grand nombre de lecteurs.
La patience est de rigueur, impossible de savoir quand l’écriture de ces deux projets avancera. Guillaume semble vouer la même passion à son travail qu’à ses romans ; peut-être reviendra-t-il bientôt à ses recherches puis enfin aux mots que son âme de littéraire affectionne tout particulièrement.
 

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

ENVIRONNEMENT

Green Lotus, pour un Myanmar Vert !

Depuis 2013, l’équipe de Green Lotus a posé ses valises à Yangon pour participer activement à l'action pour un développement réellement soutenable du Myanmar de demain, et pour la promotion des...