Mardi 25 septembre 2018
Birmanie
Birmanie
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Conférence de presse pour expliquer la situation dans le Rakhine

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 18/03/2018 à 20:00 | Mis à jour le 18/03/2018 à 20:00
Conference de presse du gouvernement

Le 14 mars a eu lieu à Naypyidaw une conférence de presse organisée par le gouvernement national afin d'expliquer la situation dans l'État Rakhine. En guise d'introduction, U Aung Hla Tun, ministre adjoint à l'Information a rappelé le but de la conférence, à savoir : “garder la communauté internationale informée des préparatifs pour le rapatriement de ceux qui ont fui au Bangladesh.” Mais avant d'aborder ce sujet, le politique a tenu à rappeler les causes de cet “exode de masse”: “Selon des sources sûres sur le terrain, la plupart de ceux qui sont partis en panique, juste après l'opération militaire en réponse aux attaques terroristes, l'ont fait par peur d'être arrêtés pour leur implication ou par suspicion. La deuxième raison était les menaces de l'ARSA (Arakan Rohingya Salvation Army) et de ses supporters. La troisième raison était que beaucoup d'entre eux ont été convaincus de fuir par des attentes, comme celle de se réinstaller dans un autre pays ou de trouver de meilleures conditions de vie dans des camps au Bangladesh.”  Le politique a ensuite expliqué l'accord de rapatriement, rappelant que celui-ci est le même que celui signé en 1993 ainsi qu'un point important de cet accord qui est le fait que ce seront: “ceux qui peuvent fournir une preuve de résidence en Birmanie qui seront rapatriés.” Ajoutant : “Autant que je comprenne, les 'preuves de résidence' sont assez libres. Elles peuvent être des cartes d'identité citoyenne, des cartes d'enregistrement national, des cartes d'enregistrement temporaire, des documents de propriétés d'entreprises, des certificats de présence d'école aussi bien que le nom du village, etc." Expliquant la situation des Rohingyas ayant trouvé refuge dans la zone de non-droit entre les deux frontières de la Birmanie et du Bangladesh, U Myint Thu, le secrétaire permanent du ministère des Affaires Etrangères, a déclaré : “Nous avons expliqué à ces personnes qu'elles ne peuvent pas, légalement, rester là.” Ajoutant que l'endroit va devenir très dangereux dû aux velléités d'ARSA de prendre le contrôle de la zone.  U Aung Hla Tun est ensuite entré plus en détail dans la bonne foi et volonté du gouvernement birman à commencer le rapatriement le plus vite possible malgré les problèmes de documentation envoyée par le Bangladesh. Il a demandé au Bangladesh de suivre l'exemple birman et à la presse internationale de donner une couverture médiatique raisonnable aux activités du gouvernement et à la situation dans le Rakhine. Le politique a ainsi annoncé en plus des discussions en cours avec UNHCR et UNDP concernant le rapatriement, l'organisation, par le gouvernement, d'excursions dans le Rakhine pour les médias: “Une toutes les deux semaines pour le moment. Puisque nos ressources et installations sont limitées et que nous avons de sérieuses préoccupations quant à la sécurité, nous devons limiter le nombre de participants ainsi que les zones visitées.” Le politique a ensuite conclu sa mise au point par un appel à la communauté internationale ainsi qu'à la presse à aider le gouvernement à faire du rapatriement un succès.

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

PORTRAIT

Rencontre avec Patrick Périé, le nouveau chef du Strand

Depuis mars 2018, le restaurant du mythique hôtel Strand de Yangon accueille un nouveau chef. Il s’appelle Patrick Périé, est Français et a plus de 40 ans d’expérience dans de grands hôtels...

Vivre en Birmanie

SOCIÉTÉ

La boulangerie française à Yangon!

Yangon est une ville très cosmopolite. Nous y rencontrons des gens qui viennent des quatre coins du monde. Ainsi, il est notamment possible de croiser le chemin d’anglais, d’allemands, d’australiens..