Mercredi 17 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

TSL, gouvernement, Bois des Pins…l’actu de la semaine au Liban

Par Rédaction LPJ Beyrouth | Publié le 15/09/2018 à 20:17 | Mis à jour le 16/09/2018 à 20:20
photo_2

L’actualité de ces sept derniers jours a été marquée par l’étape finale du procès Hariri à La Haye, le surplace dans la formation du cabinet et le déboisement d’une parcelle du jardin situé près de la Résidence des Pins.

TSL : la dernière étape d’un long processus juridique
Le procès des accusés de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, le 14 février 2005 à Beyrouth touche à sa fin. Les déclarations finales se sont ouvertes mardi au siège du Tribunal spécial pour le Liban, près de La Haye. Présent sur place, le Premier ministre Saad Hariri, fils de Rafic Hariri, a déclaré qu’il n’aurait « pas recours à la vengeance » contre le Hezbollah, qui considère que ce procès est le fruit d’un complot  « israélo-américain ». Cinq suspects, tous affiliés au parti chiite, sont jugés in absentia. Le « cerveau » présumé de l’opération, Moustafa Badreddine, est mort en Syrie en 2016. Aucun des autres accusés n’a été livré par le parti chiite.

Gouvernement : toujours du surplace
A Strasbourg, Michel Aoun a affirmé que la naissance du cabinet de Saad Hariri n’interviendra que « lorsque la mouture du nouveau gouvernement sera équilibrée ». Les protestations politiques et économiques continuent de croître. Dimanche dernier, le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, fort de ses bons résultats aux dernières législatives, a exhorté le président à accepter l’une des moutures proposées par M. Hariri. Lundi, le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, a insisté sur l’importance  de l’entrée en fonction rapide du gouvernement afin que ce dernier mette en place les réformes nécessaires.

La Sûreté générale interrompt ses travaux au Bois des Pins
Le directeur de la Sureté générale a ordonné vendredi l’arrêt de travaux sur une parcelle du Bois des Pin, le plus grand espace vert de Beyrouth, dont le déboisement a provoqué les protestations des riverains et de plusieurs associations. Affirmant que ces travaux étaient légaux, la SG a toutefois décidé de construire son bâtiment sur un autre emplacement. Le gouverneur de Beyrouth s’est engagé à replanter les arbres arrachés.

Une commission libano-russe pour le retour des réfugiés syriens
Le Liban a nommé jeudi quatre représentants, dont le chef de la diplomatie libanaise Gebran Bassil et le chef de la SG Abbas Ibrahim, à la commission mixte libano-russe pour le retour des réfugiés syriens, dont le but est de coordonner l’action de Beyrouth et Moscou en faveur du rapatriement des déplacés syriens installés au Liban. Le Premier ministre Saad Hariri a réclamé la formation d’une commission libano-syro-russe, alors que la question de la normalisation des relations entre le Liban et la Syrie fait rage.

Un diplomate saoudien dénonce l’emprise du Hezbollah sur le Liban
Un représentant de l’Arabie saoudite à Washington a déclaré mercredi que le Liban était toujours « un otage du terrorisme iranien ». Khaled Ben Salmane ben Abdelaziz a rappelé que les quatre membres du Hezbollah jugés pour l’assassinat de Rafiq Hariri étaient toujours en liberté. Il ajoute que la communauté internationale devait « s’unir contre ceux qui ont commis ce crime contre la souveraineté du Liban ».

Réfugiés syriens : Aoun interpelle l’UE
Le président libanais Michel Aoun a été reçu mardi au siège du Parlement européen à Strasbourg, pour prononcer un discours centré sur la question des plus d’un million de déplacés syriens. Le chef de l’Etat a estimé que « la communauté internationale a failli à ses responsabilités » envers le Liban qui accueille environ 900.000 réfugiés, regrettant l’impact économique et social néfaste de cet afflux massif. M. Aoun a rappelé la position officielle du Liban sur ce dossier, visant à « assurer le retour digne et sûr des déplacés syriens ».

Le Liban s’engage pour le World Cleanup Day
Samedi, plusieurs ONG libanaises se sont mobilisés pour le World Cleanup Day. Ce mouvement citoyen international, dont les Nations Unies sont partenaires, a pour but de rassembler un maximum de volontaires pour des opérations de ramassage des déchets en montagne et le long des plages, alors que le Liban souffre d’une crise des ordures ménagères depuis plusieurs années. Ces opérations se sont notamment déroulées à Beyrouth, Tripoli, Zghorta, Kfaraabida, Maameltein, Damour, Zouk, Saïda, Tyr, Marjeyoun, Faraya, Baalbeck, Wadi Chahrour, Bickfaya, Jeita, Laklouk, Tannourine.

 

 

20604182_1986862718196222_75806932469089064_n

Rédaction LPJ Beyrouth

L'édition de Beyrouth de Lepetitjournal.com, Le média des Français, des francophones et des francophiles dans le monde.
0 Commentaire (s)Réagir

Rubriques partenaires

Logo partnaire Logo partnaire

Actualités

RÉTROSPECTIVE

Gouvernement, Francophonie, An-Nahar… l’actu de la semaine au Liban

L’actualité de ces sept derniers jours a été marquée par le déplacement de Aoun, en Arménie, pour le sommet de la francophonie, l'édition vierge du quotidien An-Nahar, le passage d’IAM à Beyrouth et

Communauté

DISPARITION

Aznavour, au Liban comme chez lui…

L’un des derniers géants de la chanson française, qui s’est éteint dans la nuit de dimanche à lundi, à l'âge de 94 ans, s’est produit une vingtaine de fois au pays du Cèdre.

Que faire à Beyrouth ?

ENVIRONNEMENT

Badaro a aussi son petit marché de quartier

Tous les dimanches de 9h à 14h jusqu'à fin juin, le quartier résidentiel de Beyrouth accueille à l’école Saint Sauveur des petits producteurs locaux dans une ambiance conviviale.