Mardi 25 septembre 2018
Beyrouth
Beyrouth
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Gouvernement, déchets, FINUL…l’actu de la semaine au Liban

Par Justine Huc-Lhuillery | Publié le 01/09/2018 à 22:44 | Mis à jour le 01/09/2018 à 22:49
photo_2

L’actualité de ces sept derniers jours a été marquée par le contre-la-montre enclenché pour la formation du prochain gouvernement Hariri, la manifestation à Beyrouth contre les incinérateurs et les nouvelles attaques contre le Tribunal chargé de juger les assassins de Rafic Hariri.

 

Gouvernement : l’échéance de septembre
Le président Michel Aoun a appelé Saad Hariri à former un gouvernement dans le courant du mois de septembre, avant plusieurs événements internationaux. Depuis plus de trois mois, les oppositions entre les différents partis, notamment entre chrétiens et druzes empêche le Premier ministre de former un gouvernement d’union nationale. Ces prochains jours, M. Hariri devrait s’entretenir avec les responsables de plusieurs formations politiques, dont le chef du CPL Gebran Bassil.

 

Mobilisation contre la construction d’incinérateurs à Beyrouth
Des centaines de personnes se sont rassemblées mercredi devant le siège de la municipalité de Beyrouth contre la construction d’incinérateurs. La manifestation, baptisée « Vous nous avez asphyxiés, ça suffit ! » a été initiée par 6 associations de la société civile. La municipalité de Beyrouth considère le projet de construction d’incinérateur comme « la solution applicable la plus optimale à la crise des déchets ». La société civile désapprouve l’option des incinérateurs.

 

Le mandat de la FINUL renouvelé pour un an
Le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé de prolonger d’un an le mandat de la Force intérimaire des Nations unies. La FINUL est présente au Liban-Sud, fief du Hezbollah frontalier d’Israël, depuis 2006. Le Conseil a appelle les acteurs internationaux à renforcer leur soutien à l’armée libanaise et à l’Etat, « seules forces armées légitimes ».

 

Les opposants au TSL se font à nouveau entendre
Les critiques contre le Tribunal spécial pour le Liban se sont intensifiés ces derniers jours à l’approche du rendu du jugement contre les membres du Hezbollah accusés d’avoir exécuté l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri en 2005. Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a mis en garde les parties pariant sur la mise en accusation du parti chiite pour avancer leurs pions. D’autres comme Wi’am Wahhab, l’un des « snipers » pro-Hezbollah, jugent que le TSL sert les intérêts d’Israël.

 

Quatre condamnés à mort pour l’attentat de Bourj el-Brajneh
Quatre individus ont été condamnés à mort pour leur responsabilité dans l’attentat de Bourj el-Brajneh, dans la banlieue sud de Beyrouth, par le tribunal militaire. L’attentat du 13 novembre 2015, revendiqué par le groupe Etat Islamique, avait tué 44 personnes et blessé 240 autres. Sur les 38 personnes jugées mardi, quatre d’entre elles ont été condamnées à mort. La peine de mort existe au Liban, malgré un moratoire sur les exécutions en vigueur depuis 2004. L’attentat est considéré comme l'une des plus grandes attaques terroristes qui ont frappé le Liban.

 

Nous vous recommandons

Justine Huc-Lhuillery

Justine Huc-Lhuillery

Captivée par les trames et les drames de la scène politique, je souhaite en comprendre les mécanismes. Mon enquête commence par le Liban.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Michael K. sam 01/09/2018 - 23:13

Bel article ;-)

Répondre

Rubriques partenaires

Logo partnaire Logo partnaire

Actualités

RÉTROSPECTIVE

Hezbollah, TSL, Rue Badreddine…l’actu de la semaine au Liban

L’actualité de ces sept derniers jours a été marquée par les menaces de Nasrallah contre Israël, les dernières audiences du procès de l’assassinat de Hariri et les tensions entre le PSP et le CPL.