Samedi 17 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Ex-otages militaires de l'EI : Après le deuil national, l'enquête

Par Hélène Boyé | Publié le 13/09/2017 à 10:31 | Mis à jour le 13/09/2017 à 11:04

Après l'hommage rendu aux dix soldats de l'armée libanaise kidnappés par l'EI à Ersal en 2014, l'enquête diligentée sur les circonstances de leur enlèvement et leur mort en captivité relance le débat sur les responsabilités politiques.

                                                                                    Photo tirée du compte Twitter de l'armée libanaise

Qui sont les responsables du rapt des soldats par le groupe Etat islamique et de leur décès ? C'est la question qui agite la classe politique libanaise après l'hommage rendu aux martyrs de l'armée, dont les dépouilles avaient été rendues après l'accord scellé entre le Hezbollah et l'EI à l'issue de l'offensive lancée contre le groupe jihadiste des deux côtés de la frontière libano-syrienne.

Les uns reprochent au pouvoir en place au moment des faits de ne pas avoir lancé l'armée contre les islamistes, considérés comme de simples opposants au régime syrien de Bachar el-Assad, qui s'étaient installés sur les contreforts de la Békaa.

L'opposition reproche aujourd'hui au pouvoir d'avoir privé l'armée d'une victoire totale contre l'EI et laissé le Hezbollah négocier avec l'EI, dont les combattants ont été évacués avec la Syrie, échappant ainsi à la justice.

Les familles des militaires tués, admirablement représentées par Hussein Youssef, le père d'un des soldats, renvoient, elles, dos à dos le gouvernement en 2014 et le Hezbollah.

C'est dans ce contexte que le parquet a diligenté une enquête sur l'ensemble de cette séquence tragique.

Lors des funérailles nationales, le président Michel Aoun avait dénoncé "les positions floues de certains responsables de l'époque", en allusion notamment au gouvernement de l'ex-Premier ministre Tammam Salam, sous le mandat du président Michel Sleiman.

En réaction aux critiques portant sur la mansuétude supposée de M. Salam et de la communauté sunnite à l'époque, son successeur, Saad Hariri, lui a rendu il y a quelques jours une visite médiatisée pour lui apporter son soutien.

Le Liban est censé appliquer une politique de distanciation des conflits dans la région. Difficile de la mettre en oeuvre lorsque les formations proches de Damas et leurs opposants cohabitent au sein du même gouvernement.


La Rédaction  (www.lepetitjournal.com/Beyrouth) mardi 12 septembre 2017

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez nous sur Facebook et sur Twitter 

Hélène Boyé, directrice de la publication de LPJ Beyrouth

Hélène Boyé

Co-fondatrice et directrice de publication LPJ Beyrouth. Expatriée depuis plus de 17 ans au Liban, atteinte de « libanolose », mon seul désir, faire connaitre le Liban sous un autre regard.
0 Commentaire (s)Réagir

Rubriques partenaires

Logo partnaire Logo partnaire