Lundi 14 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ISCH LIEBEU DICH - Amélie et Jonas, un couple franco-allemand made in Berlin

Par Lepetitjournal Berlin | Publié le 16/03/2015 à 23:00 | Mis à jour le 15/04/2015 à 14:38

Pour notre rubrique mensuelle, Isch liebeu dich, c'est un couple franco-allemand vivant à Berlin qui a décidé de nous en dire un peu plus sur leur rencontre et leur histoire biculturelle, voire multiculturelle. Rencontrés au travers d'un ami en commun, Amélie et Jonas forme un couple uni et complémentaire tout en étant chacun assez indépendant, un vrai couple made in Berlin! 

Quand et comment avez-vous rencontré votre partenaire ?
Amélie - Dans un bar de Kreuzberg dans lequel j'aidais des amis derrière le bar lors d'une fête, il y a bientôt quatre ans.

Jonas - Nous nous sommes rencontrés au mois de mai 2011 dans un bar alors qu'un ami en commun avec Amélie y travaillait. J'ai moi même commencé à y travailler et comme Amélie s'y rendait régulièrement, nous sommes souvent rentrés ensemble mais notre histoire n'a pas commencé avant le mois de juin.

Dans votre vie quotidienne, vos différences culturelles se remarquent-elles et posent-elles parfois problème ?
Jonas ? La seule grande différence que j'ai notée, est l'amour des Allemands pour l'air frais et donc le fait que nous aimons aérer assez souvent. On ne nous appelle pas les « Nazis à l'air frais » pour rien ! Les Français préfèrent eux rester au chaud même si il y a des odeurs de cuisine ou fromage. J'ai remarqué qu'ils ouvraient les fenêtres que dans certains cas.

Amélie - Dans la vie quotidienne, nos différences culturelles se remarquent de manière très épisodique. Mais il faut dire que Jonas n'est pas un Allemand « typique » et ne correspond pas aux clichés qu'on entend sur les Allemands. Je dirais que j'ai réussi à vaincre sur le fameux problème de la couette ? nous en avons une grande à présent plutôt que deux petites, et que c'est lui qui a vaincu (en grande partie) sur le rapport au « frische Luft ». Maintenant en France c'est moi qui fait geler mes amis en ouvrant grand les fenêtres même lorsqu'il fait -10° dehors. Mais de réels problèmes, non, jamais.

Qu'est-ce qui vous a le plus séduit dans la culture de votre partenaire ?
Amélie - J'aime beaucoup le respect et la liberté qui règnent dans la ville de Berlin. Cette impression que tout le monde peut faire ce qu'il veut sans être jugé, mais que d'un autre côté, s'il devait nous arriver un pépin, les gens seraient attentifs et présents. Donc de la bienveillance, sans arrogance. C'est un cliché, mais l'un de ces clichés que je vis et qu'il fait bon vivre. Et je reconnais ces qualités chez Jonas. Il a un sens de l'altruisme et de la tolérance qui m'étonnent encore chaque jour. Je me sens très petit tyran à côté. L'amour du Teewurst sur les tartines, le soir? C'est assez rédhibitoire !

Jonas ? Sans aucun doute, la nourriture ! Bien que je sois plus orienté italien niveau cuisine, la découverte du fois gras, des huîtres ou encore du bon vin ont eu un effet assez redoutable sur moi. Ce que je trouve également intéressant et sympathique, c'est la diversité et la richesse de la culture française, en particulier à Paris. Je trouve que cela manque un peu en Allemagne.

- Et le moins ?
Jonas- Jusque là, j'ai apprécié tout ce que j'ai découvert de la culture française.
-
Amélie - L'amour du Teewurst sur les tartines, le soir? C'est assez rédhibitoire !

Avez-vous rencontré des problèmes d'acceptation ou de compréhension de votre couple mixte dans votre entourage ?
Amélie - Pas du tout. Une fois une amie m'a demandé « et ça te fait rien qu'il soit Allemand ? » J'ai ri, elle aussi, et voilà. Il y a peut-être des gens qui ont une mauvaise image des Allemands, mais c'est difficile de garder cette image une fois qu'on rencontre Jonas, et je pense quand même que nous sommes une génération qui devient de plus en plus européenne, en tout cas j'aime à y croire.

Jonas ? Ma famille et mes amis sont ouverts au monde et aux autres cultures, de ce fait, il n'y a jamais eu de problèmes.

Votre prochain projet à deux ?
Amélie - Nous partons en voyage bientôt, pour quelques semaines. Ce sera trop court, mais j'ai hâte.

Jonas- Être satisfaits et contents jusqu'à la fin de nos jours ensemble.

Votre dernier fou rire à deux ?
Jonas - Nous rigolons beaucoup tous les deux. Très souvent quand un de nous vit une expérience drôle et que chacun se moque de l'autre.

Amélie - Hier, avec des amis, lors d'une soirée qui s'est prolongée, prolongée, prolongée?

Son plus beau cadeau ?
Amélie - Une bague toute simple qu'il m'a faite lui-même dans un atelier. Un simple anneau en argent, mais le fait que ce soit lui qui l'ait faite est très chouette, et je n'en aurais jamais eu l'idée.

Jonas ? Son amour ! Non...c'est un peu trop romantique. Définitivement mon bâteau gonflable « Ms Gaston » ! Nous avons passé de très bons moments dessus, sur le canal à Kreuzberg ou sur d'autres lacs.

Votre lieu préféré à Berlin?
Jonas- Kreuzberg et son atmosphère multiculturelle !

Amélie - Je dirais Kreuzberg, sans doute, avec tout ce que le quartier comporte : les couleurs des façades, les graffitis, le canal, les marchés, le mélange de population, les souvenirs des premiers jours où je découvrais Berlin?

Pourquoi avoir choisi « Mr Gaston » le bâteau gonflable comme symbole de votre relation ?
On l'emmène avec nous sur les lacs, sur les canaux, il y a assez de place pour prendre un ami au passage ou y mettre une bouteille de Prosecco, on peut voyager avec, s'en servir à côté de chez nous comme à la mer baltique etc. Parfois on se fait assaillir par les gamins, l'été, et on se retrouve à deux avec une ribambelle d'enfants inconnus qui se sont pris pour des pirates. C'est assez marrant.  C'est quelque chose qui nous réunit tout en nous gardant ouverts au monde. 

Propos recueillis par Anaïs Gontier (lepetitjournal.com/Berlin) mardi 17 mars 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Berlin

IMMOBILIER

La plus grande remunicipalisation de l’histoire de Berlin est en cours

Le Land de Berlin rachète près de 6 000 appartements au groupe immobilier luxembourgeois Ado Properties. Les appartements et les 70 unités commerciales concernés se situent à Spandau et Reinickendorf.

Expat Mag

TÉMOIGNAGES

Je suis atteint du virus de l’expatriation, c’est grave ?

Rentrer en France ? Pour certains expatriés, cette perspective n’est pas une option, tant ils ont pris goût à la vie à l’étranger et à son lot de découvertes et opportunités professionnelles. 

Sur le même sujet