Mardi 25 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

« Élysée 2.0.19 » : Comment renouveler le traité de l’Élysée ?

Par Adrien Filoche | Publié le 25/07/2018 à 17:30 | Mis à jour le 25/07/2018 à 17:30
Photo : image d'archive de la signature du Traité de l'Elysée, le 22 janvier 1963
élysée 2.0. 19, nouveau traité de l’Élysée

C’est l’objectif que se sont fixé, Philip Wegmann, Emilie Aubry, Sophia Braun et Grégory Jourdain-Sivet, jeunes ou anciens jeunes ambassadeurs de l’Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ) avec une campagne intitulée « Élysée 2.0.19 »

 

L’équipe est doublement paritaire : deux Français, deux Allemands, deux hommes, deux femmes. Galvanisés par le discours à la Sorbonne en septembre dernier d’Emmanuel Macron lors duquel le président de la République française a évoqué l’idée d’un ‘’nouveau traité de l'Élysée’’, Philip Wegmann, Emilie Aubry, Sophia Braun et Grégory Jourdain-Sivet ont lancé en mai leur projet « Élysée 2.0. 19 »

 

Faire dialoguer les jeunes 

La campagne « Élysée 2.0. 19 » propose d’organiser des évènements dédiés à la réflexion sur le renouvellement du Traité de l’Élysée par la jeunesse franco-allemande dans l’ensemble des régions de France et d’Allemagne. ‘’Cela serait dommage si un tel projet s’était seulement cantonné à Paris et Berlin. Le réseau des ambassadeurs de l’OFAJ s’est donc mobilisé afin d’organiser des événements à échelle locale,’’ explique Grégory. 

Philip poursuit : ‘’Cela peut prendre la forme de débats, de soirées cinématographiques, de rencontres avec des acteurs européens, ou encore d’interventions dans des écoles. Notre objectif est de donner la parole aux jeunes et de récolter autant de propositions que possible pour ensuite les envoyer aux gouvernements français et allemand en septembre’’. 

La campagne s’est construite sur ce double objectif : faire dialoguer les jeunes mais aussi les sensibiliser sur les complexités des relations franco-allemandes, et plus largement européennes. En plus de l’aspect événementiel, un site web a été créé afin d’offrir à chacun -jeune ou moins jeune- la chance de soumettre sa proposition. 

 

Point à améliorer : l'enseignement des langues

Parmi les idées déjà recueillies, certains conseillent de construire davantage de lycées franco-allemands. Pour d’autres, la priorité est d’offrir une meilleure mobilité entre les frontières franco-allemandes, avec notamment un système de transports en commun. Autre point largement évoqué : insister sur l’enseignement des langues. ‘’En Allemagne, l’espagnol devient de plus en tendance, au détriment du français’’, fustige Grégory. ‘’Dès la 10e classe [NDLR : équivalent en France de la seconde], des écoles proposent de supprimer le français des enseignements.’’ Même phénomène en France, où l’apprentissage de l’allemand est souvent mis sous le tapis, encore une fois au profit de l’espagnol. 

 

Promouvoir les relations franco-allemandes

‘’Avec son discours à la Sorbonne, Emmanuel Macron a affiché une réelle volonté d’avancer sur le plan européen. Avant, c’était l’Allemagne qui voulait accélérer, tandis que la France était plus réticente. Maintenant, c’est l’inverse, l’Allemagne est plus méfiante et reste fragilisée par son instabilité politique. On se cherche !’’, analyse Grégory. 

À l’heure où les frontières européennes se referment, il apparaît urgent de continuer les échanges entre la France et l’Allemagne. ‘’Nous sommes très conscients du fait que nous avons une responsabilité dans l’avancée des relations franco-allemandes. Elles sont fortes et nous disposons d’une base solide pour assurer leur pérennité’’, conclut l’ancien jeune ambassadeur. 

Plus d’informations sur le site de la campagne ou sur le Facebook de la campagne 

292fc5e8-11b1-47f3-af45-881519adf045

Adrien Filoche

Étudiant en Mastère de Journalisme spécialisation Internationale à Nice, je suis depuis janvier 2018 au sein de la rédaction de Paris du petitjournal.com
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Berlin

Francfort Appercu
ART

ARTS - Le Bauhaus n’a pas pris une ride

100 ans après la création du Bauhaus par Walter Gropius, c’est toute l’Allemagne qui célèbre ce mouvement qui a marqué l’Allemagne puis le monde entier. Qu’en reste-t-il ?

Sur le même sujet