Samedi 6 juin 2020
  Ne manquez plus les
dernieres nouvelles
S'abonner

Histoire et fonctionnement de l'horloge de l'Alexanderplatz

Par Lepetitjournal Berlin | Publié le 12/08/2019 à 07:30 | Mis à jour le 14/08/2019 à 13:43
Photo : © Pixabay
horloge Alexanderplatz Weltzeituhr Berlin

Sur la célèbre Alexanderplatz, en plein coeur de Berlin, se trouve l'horloge universelle Urania, grande structure circulaire en métal qui tourne en permanence et indique l'heure partout dans le monde. Mais comment fonctionne-t-elle ?


Des origines...

La place historique de Berlin, surnommée « Alex » par les Allemands a pour origine un marché à bestiaux qui se tenait devant la Georgentor, à la fin du XVe siècle. Au fil des années, elle a subi beaucoup de transformations et de nouveaux monuments sont apparus.
Au début des années 20, bien avant l'existence de l'horloge universelle, il y avait déjà au milieu de la place, un point de rencontre très apprécié par les berlinois : « la colonne d'Urania ». Il s'agissait d'une colonne équipée d'une horloge de l'usine d'horlogerie Urania. Après la Seconde Guerre mondiale, sous la régime de la RDA ont eu lieu de vastes travaux de transformation de l' Alexanderplatz. Différents concours ont été organisés pour l'aménagement de la place et Erich Horn, un designer industriel a gagné le concours pour une nouvelle conception de la colonne Urania.

Depuis, la tour de télévision toute proche est devenue une des principales attractions de la ville et la « Brunnen der Völkerfreundschaft » ou Fontaine de l'amitié entre les peuples et l'horloge universelle sont toujours des monuments célèbres et des points de rencontre populaires des Berlinois et des touristes.


Une horloge atypique

L'horloge mondiale Urania, se nomme Weltzeituhr en allemand. Inventée par Erich John, elle fût inaugurée le 2 octobre 1969, lors du réaménagement de l'Alexanderplatz. Pour réaliser son projet d'horloge, Erich John a mis neuf mois, de l'esquisse jusqu'à l'achèvement. Pour cela, il coordonnait le travail de 120 camarades de la faculté des arts et de l'usine d'optique de Rathenow. L'horloge a été construite avec la boite de vitesse d'une voiture Trabant et le roulement à bille de l'entreprise Rothe Erde de Dortmund.

Cette horloge pèse 16 tonnes et mesure 10 mètres de haut. Au-dessus d'une mosaïque de pierre en forme de rose des vents, un pilier de 2,70 mètres de haut sur 1,50 de large soutient un large cylindre à vingt-quatre faces. Sur chacun des 24 côtés de l'horloge est gravé un chiffre qui correspond à un fuseau horaire. Ils indiquent l'heure qu'il est au même moment dans plusieurs villes du monde, au total 148, qui sont inscrits juste au dessus ou en dessous de l'heure correspondante. Ainsi à un certain moment de la journée, le chiffre 5 indique qu'il est 5 h du matin à Vancouver, Dawson, San Francisco et Los Angeles. Dans le premier cylindre tourne en effet un autre cylindre qui donne l'heure pour chaque fuseau. Au sommet de l'horloge, une représentation du système solaire avec les planètes et leurs trajectoires tourne une fois par minute sur elle-même.

En 1997, l'horloge fut rénovée, car certaines villes se trouvaient dans le mauvais fuseau horaire : on ajouta ainsi vingt nouvelles villes. L'horloge est aussi illuminée la nuit, permettant aux joyeux fêtards de se renseigner sur l'heure et aux nostalgiques rentrant chez eux de penser à leurs amis ou à la famille de l'autre bout du monde.


Marie Salaün

Réédition du 24 juillet 2014

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter
Suivez-nous sur facebook
Suivez-nous sur twitter

 

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Francfort Appercu
DIPLOMATIE

Frédéric Petit : Il faut reprogrammer les retrouvailles de l’été 2020

Frédéric Petit, député de la 7ème circonscription des Français établis à l’étranger, a tenu une conférence publique sur l’Assemblée parlementaire franco-allemande et l'ouverture des frontières

Expat Mag

New York Appercu
Black lives Matter

#blacklivesmatter : les New-Yorkais protestent pacifiquement

Les protestations contre les violences policières et le racisme ont continué cette semaine aux États-Unis après le meurtre de George Floyd commis par un officier de police.

Sur le même sujet