Mobbing en Espagne: Plus de la moitié des employés témoins préfère fermer les yeux

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 14/06/2022 à 16:45 | Mis à jour le 15/06/2022 à 14:35
Photo : pixabay
une femme pleure devant son ordinateur

Selon Hays Espagne, 54% des professionnels admettent avoir été témoins d'un cas de harcèlement au travail au cours de leur carrière, et seulement 30% d'entre eux l'ont signalé.

 

 

Lorsque les désaccords quotidiens au travail dépassent certaines limites, ils peuvent devenir du harcèlement au travail, communément appelé mobbing. Les entreprises prennent de plus en plus au sérieux ces actes de violence psychologique commis par des supérieurs ou des collègues.

 

Toutefois, selon une enquête récente menée par Hays Espagne auprès de plus de 4.000 professionnels, seuls 8% des cas de mobbing finissent par être résolus.

De plus, les données montrent que 54% des employés affirment avoir été témoins d'un cas de mobbing au cours de leur carrière professionnelle. Dans ce pourcentage, un peu moins de la moitié déclare qu'ils n'ont rien fait et le reste affirme qu'ils l'ont signalé. Enfin, 46% des travailleurs considèrent qu'ils n'ont jamais été témoins de harcèlement au travail.

 

des employés au bureau, devant leur ordinateur
Plus de la moitié des employés témoins de mobbing ne font rien / Unsplash

 

Comme le signale Fernando Calvo, directeur de People & Culture chez Hays Espagne, "il est important de ne pas banaliser le concept de mobbing, car ces mauvaises dynamiques peuvent affecter le bien-être de nos employés et, par conséquent, leurs performances. L'employé doit avoir confiance en l'entreprise et comprendre qu'il peut porter toute situation à son attention, car elle agira de manière équitable et rapide. En fait, en cas de doute, et comme critère d'action, l'entreprise doit prendre le parti de celui qui est dans la situation la plus faible".

En somme, selon M. Calvo, "traiter la question du mobbing est complexe. Il faut parfois faire la différence entre ce qui est réellement une situation de harcèlement au travail et une différence de personnalité et de caractère au sein d'une équipe. C'est pourquoi il est très important d'être clair sur les lignes rouges à ne jamais franchir, comme l'impolitesse, l'utilisation de tons de voix irrespectueux ou la sous-évaluation", affirme-t-il.

 

45% des employés ont été victimes de mobbing

Selon la récente enquête Hays, les données montrent que 45% des employés disent avoir été victimes de harcèlement au travail, un pourcentage très significatif, et signalent en plus que le problème n'a pas été résolu. En revanche, 47% des employés déclarent n'avoir jamais subi ce type de violence.

 

Il est parfois nécessaire de changer les personnes dans les équipes, les managers.

L'expert de Hays Espagne souligne que "la première chose à faire pour une entreprise est de disposer de canaux et de protocoles internes pour détecter ce type de situation. Une fois ces comportements identifiés, il est nécessaire de comprendre ce qui se passe exactement et de savoir pourquoi cette situation se produit : est-ce lié à la performance de l'employé ? Est-ce le niveau de la demande qui génère la situation ? Ce sont des questions qui nous amèneront à différencier certains cas des autres".

En outre, dans ces cas, selon le directeur de People & Culture, "il est important de comprendre le contexte et de jouer un rôle de médiateur entre les deux parties pour essayer d'éliminer ce déséquilibre et de le résoudre, même si parfois il est nécessaire de changer les personnes dans les équipes, les managers, de diminuer les exigences des patrons ou d'essayer d'aider les employés à s'affirmer davantage dans les situations d'infériorité".

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale