PAROLES DE CONSULS HONORAIRES - Au service de la France et des Français d'Espagne

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 14/10/2013 à 22:00 | Mis à jour le 14/10/2013 à 18:22

Ils sont plus d'une vingtaine à servir nos compatriotes sur le territoire espagnol, en suppléance des 4 consulats généraux : Madrid, Barcelone, Bilbao et Séville. Un service désintéressé, souvent synonyme de responsabilités lourdes, de grande disponibilité et de mise au service de l'Etat de leurs connaissances et compétences. Un savoir-faire en local, de bons carnets d'adresses et une grande dose d'énergie, sur lesquels la France s'appuie pour assurer la continuité de ses missions, sur l'ensemble du territoire. Sollicités par nos soins pour expliquer leur engagement, ils sont plusieurs à nous avoir répondu par écrit. Extraits avec Élisabeth Serra-Cauchetiez, de Gérone, Pablo Broseta Dupré, de Valence, Georges Sanchez, d'Alicante et Raphaël Emmanuel Ledesma, de Saragosse.

(De gauche à droite et de haut en bas : Pablo Broseta Dupré, Georges Sanchez, Raphaël Emmanuel Ledesma et Élisabeth Serra-Cauchetiez)

Élisabeth Serra-Cauchetiez, 57 ans, comédienne, metteur-en scène et professeur de théâtre.
Consule honoraire de France à Gérone depuis avril 2012.
Si les consuls honoraires sont généralement issus du monde des affaires, voilà l'exception qui confirme la règle. Issue du monde du théâtre, Élisabeth Serra-Cauchetiez aura certes participé aux échanges culturels entre la France et la Catalogne. Mais elle a surtout eu à charge, à peine trois mois après sa nomination, de gérer les incendies de juillet 2012 dans le Haut Ampurdan et d'assister la famille française victime des incendies de Port-Bou, l'événement qui l'aura le plus marqué depuis sa prise de fonctions. De par sa position frontalière, Élisabeth Serra-Cauchetiez est amenée à gérer le flux de touristes français qui transitent dans sa zone vers le sud de l'Espagne, avec des pics de population en été.

"Il y a 4000 résidents français environ dans la région de Gérone qui sont inscrits au registre des Français de l'étranger du Consulat Général de Barcelone. Il me semble qu'ils sont en fait 10 000 prenant en compte une population fluctuante de part et d'autre de la frontière. L'été, évidemment, nous pouvons parler d'un million de personnes avec le tourisme des stations balnéaires de la Costa-Brava.

J'ai été proposée à cette fonction par le directeur de l'Alliance Française de Gérone, Monsieur Eric Perez, qui connaissait ma trajectoire professionnelle comme metteur-en-scène de groupes professionnels et amateurs en Catalogne et qui savait que j'aimais m'impliquer dans des projets culturels.

Il me semble que ma bonne connaissance des trois langues que j'utilise tous les jours dans le cadre de mes fonctions est un bon atout. J'ai préparé un D-E-A de philologie catalane et je parle couramment le castillan. J'ai collaboré souvent avec les associations culturelles catalanes. Je connais bien le cadre institutionnel catalan. Et puis, peut-être que le théâtre mène à tout, puisque comme disait Terence, en parlant de l'acteur 'Rien de ce qui est humain ne lui est étranger'. Le théâtre apprend une certaine écoute et l'à propos de l'improvisation. Quand le téléphone de l'Agence consulaire sonne, je ne sais pas ce qu'il va se passer, une démarche ordinaire ou un événement plus dramatique. Il faut savoir réagir.

Le 'métier' de Consule honoraire ou ce 'savoir faire' s'apprend sur le tas, au gré des circonstances, et donc cette première année de fonctionnement m'a appris des notions administratives, de droit, de gestion économique. J'ai malgré tout continué ma thèse et je me suis impliqué dans des initiatives culturelles. Mais, je reconnais que pour être consule honoraire, il faut être disponible.

La région de Gérone est une zone frontalière. La frontière a été longtemps un frein psychologique plus qu'un empêchement  réel, car les communications sont bonnes par la route comme par le train. Mais, peu à peu, les liens se tissent entre le Roussillon et la Région de Gérone, bien plus entre la France du Sud et la Catalogne. Des collaborations se mettent en place, culturelles  mais aussi au niveau des entreprises. Les juridictions, les impositions, les types de contrat sont différents de part et d'autre.

Je cherche à développer les échanges et les collaborations entre la Catalogne et la France. Cela peut-être dans le cadre culturel, comme lors des échanges entre les groupes de théâtre amateurs français et ceux de la région de Gérone, mais aussi pour des entreprises, comme récemment la mise en relation des producteurs d'huile d'olive bio de la région de Perpignan avec un moulin à huile traditionnel de la région de Gérone. Ce sont des contacts très simples, au niveau des gens. Cela permet de rompre quelques préjugés.

Le 'métier' du Consule honoraire est un 'métier' au jour le jour. On est content quand on a débloqué une situation, quand on a rendu fluide une relation.

L'événement le plus marquant est aussi le plus dramatique, lorsque j'ai assisté la famille française victime des incendies de Port-Bou l'été 2012. Il fallait être présent et donner le support psychologique et administratif nécessaire".

***

Pablo Broseta Dupré, 48 ans, entrepreneur en communication
Consul honoraire de France à Valence, depuis le 14 juillet 2010
Quinze mille Français sont inscrits au consulat de Valence, qui dépend de Madrid et dispose de deux employés pour aider le Consul honoraire dans sa tâche quotidienne.

"Ce qui m'a motivé à accepter la mission de consul honoraire, c'est en premier lieu l'honneur de pouvoir servir nos compatriotes. C'est parce que d'autres personnes avant moi l'ont fait, que j'ai pu bénéficier du maintient de ma nationalité française. J'ai été nommé consul honoraire à la relève de madame Cussac, qui a occupé le poste pendant presque 18 ans. Années de dur travail, de service public désintéressé. Quand elle a décidé de'abandonne cette responsabilité, elle a présenté une liste de candidats... Et voici le résultat?

Gérer à la fois les questions consulaires et professionnelles, c'est une simple question de se démultiplier, de se lever tous les matins à 6h30, faire un peu d'exercice et maintenir la tête bien centrée? C'est aussi une question d'agenda, avec de nombreux rendez-vous, et des appuis très professionnels comme le sont Martine et Marie Isabelle Puchades.

Nous avons trois types de responsabilité : l'administrative, la sociale et la représentative. Dans le cas d'un consul honoraire avec un appui logistique comme c'est le cas à Valence, la mission qui requiert le plus de temps est celle liée à la représentation, mais la mission sociale demande beaucoup de temps aussi, spécialement dans cette étape de crise sévère. Beaucoup de nos compatriotes qui se retrouvent dans une situation délicate et requièrent appui et orientation.

Depuis plus d'un an nous réalisons des permanences à Benicassim et à Gandía : de cette façon nous rapprochons nos services administratifs de nos compatriotas qui habitent loin de la capitale. La plupart du temps ce sont des personnes âgées qui ont des problèmes pour se déplacer, ou dans d'autres cas des mineurs qui ne peuvent pas perdre des jours d'école? C'est ce qui s'appelle 'la politique de proximité'.

Avoir réussi à augmenter de plus de 20% le nombre de citoyens inscrits sur notre registre, c'est le meilleur indice permettant de mesurer que nous prêtons un service de qualité, utile et proche de nos compatriotes.

L'événement le plus marquant a sans aucun doute été la célébration de notre fête nationale : le 14 juillet. Nous l'avons convertie en une fête où tout le monde se rencontre et se retrouve. Nous sommes passés de moins d'une centaine de personnes à plus d'un millier. C'est une expérience hautement satisfaisante".

***

Georges Sanchez, 51ans, directeur d'Agence immobilière sur Altea.
Consul honoraire de France à Alicante depuis 2007.
Ces sont près de 13.000 Français qui sont inscrits au Consulat d'Alicante, pour une population totale estimée à 30.000 ressortissants. Un gros morceau de l'expatriation en Espagne, avec "un soleil que l'on peut suivre du matin jusqu'au soir" et "des fins de semaines qui ressemblent à des vacances". Climat, paysages, traditions, infrastructures, gastronomie... "la province d'Alicante est attractive et addictive !", s'exclame Georges Sanchez. "Beaucoup y viennent pour s'y installer en quête d'une qualité de vie exceptionnelle. Ceux qui en partent le regrette et souvent font tout pour y revenir". Moins pénibles au soleil ou pas, les effets de la crise sont indéniables au sein de la communauté française et notre Consul honoraire aura été amené à faire face à des situations souvent difficiles, l'amenant notamment à mettre sur place une société d'entraide. Une conjoncture qui ne l'empêche pas d'aller de l'avant, en s'impliquant dans le rassemblement de la communauté française.

"J'ai toujours été impressionné par l'image que donne la France depuis l'étranger. J'aime les relations humaines, mon pays, mon drapeau. Ma famille et moi sommes redevable à la France. Ma nomination est liée au hasard d'une relation professionnelle, à une époque où le réseau consulaire local se restructurait. Il fallait mettre en place une nouvelle structure avec un consul honoraire ad hoc? La proposition m'a été faite par téléphone. J'ai pris 24heures de réflexion avant de m'engager, pour en parler à ma femme afin de considérer les tenants et aboutissants de cette responsabilité.

La question de la rémunération interpelle beaucoup de gens dans une époque matérialiste et difficile, où le don de soi reste difficilement concevable. Pourtant c'est le terreau essentiel pour accomplir notre mission.

Pas toujours simple d'assurer ses missions en tant que consul honoraire et faire face en même temps aux exigences professionnelles ! On jongle avec nos agendas et nos soirées. J'ai pourtant la chance d'avoir 2 agents qui travaillent au consulat et qui s'occupent de l'interface administrative avec nos ressortissants. Pour ma part, je m'organise pour signer les documents, rencontrer des Français sur RDV, répondre aux invitations protocolaires qui sont une partie importante de mon activité afin de maintenir un lien étroit entre nos ressortissants et l'administration locale. Mais le gros du boulot, n'est pas forcement visible? et c'est celui qui consiste à animer la communauté française, la réunir, la rassembler, lui donner des 'moments de France' de temps en temps. Pour ce, il a fallu convaincre, mettre en place des structures associatives, canaliser les énergies, s'engager personnellement et financièrement pour y parvenir, un véritable job permanent et de tous les instants.

Avec la crise, cette gestion du temps est devenue une problématique pour les consuls honoraires en activité. Nous avons dû redoubler d'effort pour maintenir nos activités professionnelles dans cet ouragan économique et financier. Très souvent nous avons deux journées, une professionnelle et l'autre consulaire, parfois elles se mélangent et il n'est pas toujours facile de mener une négociation lorsque vous venez d'être informé d'un cas social à traiter en urgence.

Notre Province a été particulièrement touchée par la crise et notamment avec l'effondrement de l'activité immobilière et de la construction. Un véritable désastre social mais comme partout en Espagne, limité par la cellule familiale solidaire et effective. De plus je suis admiratif de la dignité dont font preuve les Espagnols durant cette crise. Certains de nos compatriotes ont été embarqués dans cette situation également. Beaucoup sont rentrés, les autres résistent et luttent férocement, d'autres arrivent? La roue continue à tourner.

Je cherche à développer toutes les initiatives qui ont pour but de rassembler notre communauté et de la fédérer. C'est ainsi que nous avons su rassembler notre communauté autour d'évènements majeurs comme le sont nos '14 juillet' qui sont passés à la postérité sans pour autant coûter un denier aux contribuables en créant un Comité de Fêtes pour cette occasion. Il y eu aussi "les déjeuners rencontre des Français actifs de la Province d'Alicante" pour étayer les relations entre entrepreneurs français. Sur le plan social, je suis fier d'avoir mis sur pied une association d'entraide efficace et qui est légitimement reconnue pour son dynamisme et ses actions. Je suis également fier de pouvoir compter sur plus de 60 bénévoles qui répondent présent à toutes les sollicitudes pour se mettre au service de la communauté française d'Alicante.
 
J'ai connu une forte expérience sur le plan humain avec un ressortissant atteint de schizophrénie en rupture sanitaire et sociale et en état de clochardisation avancé. Les services sociaux espagnols ne savaient plus comment s'y prendre. J'en ai fait un combat personnel, qui m'a demandé plusieurs mois et nous avons réussi avec l'implication des services du Consulat général, de voisins, de médecins, d'amis espagnols et de ma famille à le remettre sur pied et lui permettre ainsi de réaliser son rêve de retrouver sa famille en France. Nous sommes devenus amis et nous nous voyons de temps en temps. C'était au début de mon mandat et j'ai compris l'importance d'avoir une association d'entraide forte, structurée et efficace".

***

Raphaël Emmanuel Ledesma, 45 ans, avocat.
Consul honoraire de France à Saragosse depuis août 2009.
Région frontalière, connue pour ces enjeux logistiques, l'Aragon compte 1680 Français inscrits au consulat. On estime qu'ils sont au total près de 4000. La présence culturelle  de la France est traditionnellement importante en Aragon. Saragosse dispose d'un Institut Français depuis bientôt un siècle, qui s'autofinance depuis plusieurs années. Depuis les années 1970 Saragosse dispose d'un Lycée français, le Lycée Molière, avec 850 élèves de la Maternelle à la Terminale. Nommé par l'ex Consul général de France de Barcelone, Pascal Brice, Raphael Emmanuel Ledesma assistait déjà de manière très proche son prédécesseur dans le domaine juridique et social. S'il s'attache aujourd'hui à promouvoir le dynamisme économique des intérêts français de sa zone, avec la création notamment d'une chambre de commerce, notre consul honoraire est aussi présent auprès des plus démunis, avec des visites dans les prisons auprès des détenus français par exemple.

"Les Français de Saragosse s'associent entre eux facilement, même si notre communauté, composée en grande partie de couples mixtes et de leurs enfants, est parfaitement intégrée dans le tissu social, et fuit l'endogamie. Outre le Cercle des Français, Midi-Pyrénées Aragón, ou l'association de bienfaisance, un "Círculo económico hispano francés" et une petite "chambre de commerce" débutent aussi leurs activés sous mon impulsion et celle de l'Institut Français de Saragosse. Mon projet aujourd'hui est de renforcer la "diplomatie économique", en soutenant l'action de ces institutions. Je sais que notre Ambassadeur, M. Bonnafont, soutient cette initiative, et n'a pas exclu de venir à Saragosse pour marquer son appui.

Je ne pourrais concilier les exigences de mon métier d'avocat et ma mission de consul honoraire sans le soutien des collaborateurs du cabinet. Ceux qui ne sont pas Français le parlent couramment, et partageant avec moi la disponibilité pour aider la France et les Français. Le soutient de ma famille est important, notamment quand il s'agit d'aider un Français en difficulté le soir, ou un dimanche.

Pratiquement toutes les grandes entreprises françaises sont présentes en Aragon. Région frontalière, nous avons régulièrement à faire aux petites et moyennes entreprises, souvent du Sud-ouest de la France, qui ont recours au consul honoraire pour un conseil, une intervention devant telle ou telle instance locale, ou une introduction. L'agenda d'un consul honoraire est au service de ses compatriotes, aussi en matière économique.

L'organisation des élections de 2012, notamment des premières Législatives des Français de l'étranger, l'accueil de Ministres et personnalités pendant la dernière présidence espagnole de l'Union, ou le fait de faciliter l'implantation à Teruel d'un grand constructeur aéronautique ont été des moments importants de mon action. Mais le principal reste le travail quotidien, l'écoute des compatriotes en difficulté, ou la visite aux Français qui purgent une peine de prison dans ma circonscription."

Propos recueillis par Vincent GARNIER (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mardi 15 octobre 2013
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter


Pour en savoir plus :
Qu'est-ce qu'un Consul Honoraire ?
RDV sur le site de l'Ambassade de France en Espagne : http://www.ambafrance-es.org/france_espagne/spip.php?article1861
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale