Jeudi 22 octobre 2020
Barcelone
Barcelone

SEANCE DE RATTRAPAGE - Que s'est-il passé en Espagne au mois d'août ?

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 03/09/2017 à 22:00 | Mis à jour le 04/09/2017 à 15:23

L'actualité cet été a bien-sûr été sous le signe des attentats qui ont secoué la Catalogne, la deuxième quinzaine d'août, mobilisant tout le pays. Manœuvres et contre-manœuvres en vue d'un referendum d'auto-détermination, grèves à l'aéroport d'El Prat, flux touristiques et transferts footbalistiques mettent encore la Catalogne au centre de l'actualité tout au long de la trêve estivale.


Attentats en Catalogne : le jeudi 17 août deux attaques terroristes sont perpétrées sur les Ramblas de Barcelone et dans la station balnéaire de Cambrils. Dans la capitale catalane, c'est en fin d'après-midi qu'une camionnette blanche fonce sur l'allée emblématique de la cité méditerannéene, avec pour objectif de renverser le plus de personnes possibles. Au final, suite au décès fin août d'une touriste allemande hospitalisée en Catalogne, se sont 16 personnes de 9 nationalités différentes qui trouvent la mort, fauchées par le véhicule. A la fin du mois, 5 personnes étaient toujours en état critique, parmi les plus de cent blessés qui ont été soignés. Parmi eux, on recense 26 Français, dont au moins onze atteints grièvement. Le même jeudi 17 août dans la soirée, à 120 km au sud de Barcelone, à Cambrils, une voiture fonce dans la foule, causant un décès. Les cinq terroristes à l'origine de l'opération sont abattus par la police.
L'Etat islamique a revendiqué les deux attentats, organisés par une même cellule djihadiste, basée à Ripoll, au nord de Barcelone, comme le révèle rapidement l'enquête, qui détermine aussi qu'une attaque de plus grande envergure a vraisemblablement été évitée. L'explosion d'une villa à Alcanar, à 200km au sud de Barcelone, permet en effet de relier les deux attentats entre eux, mais aussi de déterminer que l'endroit servait de base pour la construction d'explosifs, en vue d'actions meurtrières. Suite à une mauvaise manipulation, l'explosion de la villa aurait vraisemblablement poussé les survivants de la cellule terroriste à agir dans l'urgence.
Le 21 août, suite à une traque de 4 jours, Younès Abouyaaqoub est abattu à cinquante kilomètres de Barcelone : c'est lui qui conduisait la comionnette meurtrière sur Les Ramblas. Dans la foulée, quatre suspects encore en vie, trois Marocains et un Espagnol, arrivent mardi 22 août au tribunal de Madrid où ils sont inculpés pour les attentats. L'enquête se centre sur les ramifications de la cellule avec l'étranger, et notamment ses liens avec la France, où l'Audi A3 ayant servi pour l'attentat de Cambrils, a été flashée le 12 août.
Samedi 26 août, un demi-million de personnes se rassemblent dans les rues de Barcelone pour rendre hommage aux victimes et exprimer leur rejet du terrorisme. Le slogan "No tinc Por", "Je n'ai pas peur" en catalan, devient l'emblème de la réaction citoyenne suite au traumatisme subi par les habitants et les touristes. Le Roi Felipe VI, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy et le Président de la Generalitat Carles Puigdemont défilent côte à côte, dans un rare moment d'union.
Dès le 17 août, de nombreuses réactions internationales font suite aux attentats. "L'attaque qui vient de frapper Barcelone, au cœur d'un lieu de vie et de jeunesse, est une nouvelle attaque odieuse contre nos sociétés libres (...) La France exprime sa peine sincère et sa solidarité entière à l'égard de Barcelone et de toute l'Espagne (...) Notre action contre le terrorisme continuera sans relâche. C'est avec une détermination absolue que la France mène ce combat aux côtés de l'Espagne", communique ainsi l'Elysée. Lundi 23 août, le ministre de l'Intérieur espagnol, Juan Ignacio Zoido, rencontre son homologue français Gérard Collomb, à Paris.

Mariano Rajoy à Paris : mardi 29 août a lieu dans la capitale française et à l'invitation d'Emmanuel Macron une réunion de travail entre les chefs d'Etat français, allemand, espagnol, italien, tchadien, nigérien et libyen, portant sur la lutte contre le djihadisme. Le chef du gouvernement espagnol demande à cette occasion plus de coordination policière, se félicite pour la qualité de cette même collaboration, avec le Maroc et la France respectivement, et propose la tenue d'un sommet spécial des responsables des services du renseignement et de la lutte antiterroriste. Mariano Rajoy avance en outre que se tiendra cet automne à Madrid un sommet des leaders européens et africains, centré sur l'immigration illégale.

Referendum d'auto-détermination : le feuilleton concernant la tenue d'une consultation populaire sur l'indépendance catalane continue lors de la première quinzaine d'août, suite à la décision du Tribunal Constitutionnel espagnol de suspendre la réforme du règlement intérieur du Parlement régional catalan, qui permettrait de réaliser un referendum d'autodétermination, le 1er octobre prochain. Gouvernement central et régional interposent différents recours auprès de l'instance, qui maintient le caractère anticonstitutionnel de l'organisation de la consultation. La jurisprudence du TC, relative à la consultation tenue de façon illégale le 9 novembre 2014, laisse d'ailleurs planer peu de doute sur la posture du tribunal en la matière. Le parlement catalan respectera-t-il la décision du Tribunal Constitutionnel ? Existe-t-il un recensement de la population sérieux permettant la tenue du referendum ? Des budgets alloués ? Les urnes permettant la consultation peuvent-elles être disponibles ? Le sont-elles déjà ? L'usage de la force pour empêcher la tenue du referendum sera-t-elle nécessaire ? La crainte de manœuvres secrètes, tramées par les responsables catalans, en dépit du strict contrôle, notamment budgétaire, exercé par Madrid, tient la société espagnole en haleine une bonne partie du mois d'août.
Lundi 28, un projet de loi de transition est présenté au parlement catalan, par la coalition au pouvoir, prévoyant une entrée en vigueur avant la date prévue du référendum. "Une ‘loi express' de rupture [avec le reste de l'Espagne], prévoyant des élections d'ici à six mois ainsi qu'une nouvelle constitution votée à la majorité + 1 au parlement catalan"*, résume El Periodico de Catalunya.

Record du nombre de touristes : fin août l'INE annonce les chiffres du tourisme en Espagne, pour le mois de juillet. Et c'est un nouveau record sur la période, avec le recensement de 10,5 millions de touristes internationaux, 10,1% de plus qu'en 2016. Parmi eux, 1.555.909 Français, la deuxième nationalité représentée dans le pays, après les Anglais et devant les Allemands. Sur les 7 premiers mois de l'année, ce sont près de 46,9 millions de touristes internationaux qui ont visité le pays, un chiffre en hausse de 11,3%. Les professionnels du secteur s'inquiètent cependant de l'impact des attentats de Barcelone sur le maintien de cette dynamique.

Grèves à l'aéroport d'El Prat : depuis plusieurs mois l'insatisfaction gronde parmi les agents de sécurité de l'aéroport, qui réclament à leur employeur, l'entreprise Eulen, une hausse des salaires et effectuent régulièrement des opérations de ralentissement du flux de voyageurs. Les queues aux contrôles de sécurité font depuis le printemps partie du paysage et le débat se cristalise avec l'entrée en grève de ces mêmes agents, au début du mois. En pleine période touristique et en plein pont du 15 août, le chaos et la grogne s'emparent d'El Prat. L'intervention du ministère des Transports ou la médiation d'AENA, gestionnaire des aéroports espagnols, ne permet pas de résoudre le conflit. Parallèlement, les grèves menacent de s'étendre à d'autres aéroports espagnols. L'intervention de la Guardia Civil, puis les attentats du 17 août mettent un terme provisoire aux actions des grévistes. En fin de semaine dernière, l'arbitrage organisé par l'intermédiaire du Gouvernement tranche le débat : Eulen devra s'engager à embaucher des renforts de personnel et payer 200 euros de plus à ses employés. En contrepartie, ces derniers ne pourront plus convoquer de grève.

Transfert de Neymar : le Brésilien créée la surprise début août en annonçant son départ du club azulgrana dont il était un véritable icône. L'attaquant a été acheté par le PSG et c'est le transfert le plus cher de l'histoire : il coûte 222 millions d'euros au club parisien. Les réactions de tous types s'en suivent, concernant notamment la gestion et la présidence du club catalan, les aspects éthiques de l'opération, l'avenir et l'équilibre des forces en jeu au niveau des championnats espagnol et européen. Mi-août, à l'occasion de la finale de la Supercoupe d'Espagne, le Real Madrid, l'éternel rival, s'impose d'ailleurs nettement par deux victoires (3-1 et 2-0) qui lui permettent de remporter le titre et de raviver les craintes des supporters culés. Après 2 victoires sur 2 matches en championnat, le FC Barcelone est premier de la Liga à la fin du mois d'août.

Economie : compte-tenu des bons chiffres de l'économie espagnole, la prévision de croissance 3% de pour 2017 ourrait être revue à la hausse.

Energie : la fermeture de la centrale nucléaire de Garoña (Burgos), est actée début août.

La rédaction (www.lepetitjournal.com - Espagne) lundi 4 septembre 2017
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter

Téléchargez notre application pour téléphone mobile via Itunes ou via Google Play

* Source traduction : Ambassade de France en Espagne

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Madrid Appercu
POLITIQUE

La motion de censure de Vox rejetée au parlement espagnol

La motion de censure présentée par le parti politique Vox contre le président Pedro Sánchez et son gouvernement de coalition a été rejetée au Congrès des députés ce jeudi.