Jeudi 22 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Un trafiquant de passeports qui pourrait avoir fourni l’EI capturé

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 22/01/2018 à 00:00 | Mis à jour le 21/01/2018 à 20:52
Photo : Roberto SCHMIDT / AFP -
000_X40YV

Un important trafiquant pakistanais de faux passeports, notamment européens, dont certains pourraient avoir servi à des membres de l’organisation Etat islamique (EI), a été arrêté dans une banlieue de Bangkok, a annoncé vendredi la police thaïlandaise.

Mohammad Iqbal, 52 ans, a été interpellé le 14 janvier dans une banlieue de Bangkok en possession de faux passeports singapouriens et indiens ainsi que de plaques servant à falsifier des visas d’entrée en France, en Italie et en Espagne.

"Cela faisait longtemps qu’il était dans le trafic de documents avec pour base la Thaïlande", a expliqué Suttipong Vongpint, l’un des responsables du bureau de l’immigration lors d’une conférence de presse à Bangkok évoquant ensuite d’une dizaine d’années d’activité.

Cette arrestation est la dernière d’une série d’opérations ciblées contre des faussaires de haut vol en Thaïlande, alors que les craintes concernant la sécurité et l’immigration ont forcé les autorités à s’attaquer à ces activités obscures qui prospèrent dans le royaume depuis de nombreuses années.

Iqbal, qui est soupçonné d’opérer en Thailande depuis plus de dix ans, a été inculpé de falsification de passeports, de visas et de trafic de faux passeports, quelques jours après que la police l’a appréhendé alors qu’il se garait dans son immeuble avec une moto.

Il y a quelques jours, Prawit Wongsuwan, le ministre de la Défense, avait établi un lien entre Mohammad Iqbal et un groupe vendant des passeports au groupe Etat islamique.

"Le suspect a falsifié des visas et passeports pour le groupe Etat Islamique en vue de leur permettre de voyager depuis le Moyen Orient vers la Thaïlande," a-t-il dit, avant de préciser que ce projet n’avait pas réussi.

Mais lors de la conférence de presse vendredi, les officiels ont minimisé les connections avec l’EI.

"D’après notre enquête, il vendait à tout type de groupes, pas particulièrement à l’organisation Etat islamique, il les faisait sur commande", a précisé Suttipong Vongpint.

D’après le bureau de l’immigration, un faux passeport se vend seulement quelques centaines de dollars en Thaïlande.

Le secteur est dominé par des Iraniens et des Pakistanais très doués qui œuvrent pour des clients du Sud-Est asiatique, du Moyen Orient et même plus loin. 

La police de l’immigration a précisé qu’Iqbal était affilié à un maitre iranien de la contrefaçon de documents connu comme "Le Docteur" qui vendait depuis une vingtaine d’années des passeports de très haute qualité à des refugiés, migrants économiques et des criminels depuis un faubourg de Bangkok.

Des inspecteurs avaient annoncé son arrestation en 2016 comme une grande avancée dans la lutte contre le trafic de faux papiers, même si d’autres faussaires l’ont remplacé.

La capitale thaïlandaise est réputée être une plaque tournante de la contrefaçon de passeports et fournir un refuge aux personnes recherchées.

Mais ces derniers mois, la police thaïlandaise a multiplié les raids contre les réseaux de trafiquants qui prospèrent dans le royaume depuis des décennies.

Le rôle de la Thailande comme plaque tournante des faux passeports avait été de nouveau mis en évidence après la disparition du vol MH370 de Malaysia Airlines en mars 2014.

Deux passagers iraniens avec des passeports européens volés puis modifiés en Thaïlande étaient montés à bord de l’avion qui a disparu en vol.

Quatre ans plus tôt, deux Pakistanais et une femme thaïlandaise avaient été arrêtés dans le pays, pour fabrication de faux passeports ayant servi notamment à un groupe lié à Al-Qaïda et responsable des attentats de Madrid en 2004.

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Thaïlande

VIE PRATIQUE

Trois outils pour apprendre le thaï développés par des francophones

Avec son système d’écriture, sa syntaxe et ses tons, la langue thaïlandaise n’est pas l’une des plus faciles à apprendre. Grâce à des outils en ligne, l’apprentissage de cette langue est plus ludique