Samedi 17 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SANTE – Samitivej sur le point d’ouvrir une deuxième clinique en Birmanie

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 06/10/2015 à 22:00 | Mis à jour le 08/02/2018 à 14:02

Le groupe hospitalier Samitivej a ouvert en 2014 une clinique au sein de l’hôpital Parami de Rangoun, une première pour le groupe thaïlandais en Birmanie qui ambitionne d’y ouvrir son propre établissement en 2016. Nicolas Leloup, directeur du marketing international des hôpitaux Samitivej, nous en dit plus

Lepetitjournal.com - Qu’est-ce qui vous a amené à ouvrir cette clinique au sein de l’hôpital Parami de Rangoun?

Nicolas Leloup - Au départ, nous souhaitions construire notre propre clinique. Heureusement, les méandres administratifs ont retardé notre projet et nous ont obligés à chercher une solution alternative. C’est donc naturellement que nous nous sommes tournés vers notre partenaire, Parami Hospital.

Nous opérons la clinique internationale ainsi que le département des urgences pour le compte de Parami Hospital.

En parallèle, nous continuons toujours la construction de notre propre clinique. Si tout se passe bien, nous pourrons ouvrir début 2016. Suite au succès rencontré par la clinique de Parami Hospital, nous nous voyons opérer à terme ces deux cliniques.

Quelles sont les principales caractéristiques de cette clinique Samitivej ?

La clinique offre ses services autour de nos 4 médecins généralistes : le Dr. Olivier Cattin, interniste avec une longue expérience de l’Asie du sud-est et de la Birmanie en particulier, le Dr. Dolly, qui a travaillé plus de 20 ans pour l’ambassade des USA, le Dr. Mya Thuzar qui travaillait pour les Nations Unies avant de nous rejoindre, et le Dr. Suebpong, chirurgien orthopédique thaïlandais.

Les soins médicaux sont semblables à ceux offerts par un cabinet libéral en Europe. Avec toutefois l’avantage de disposer des infrastructures de Parami Hospital tels qu’un laboratoire pour analyses sanguines, une radio, une IRM, un scanner ou un ultrason 4D pour les échographies.

Le service des urgences est dirigé par le Dr. Tony, un urgentiste birman qui a travaillé plus de 20 ans en services d’urgence aux Etats-Unis.

Cela nous permet d’offrir une continuité de soins 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. A l’image de notre équipe de docteurs, nous avons également des infirmiers aux profils internationaux puisque nous avons 2 infirmiers thaïlandais, 1 infirmière française ainsi qu’un infirmier birman ayant travaillé 5 ans à Singapour.

Samitivej est connu pour ses prestations de soins haut de gamme, quelle est la clientèle de cet établissement?

Nous voyons principalement des familles expatriées et de plus en plus de familles birmanes. Les expatriés font confiance à nos médecins et les patients birmans recherchent cette expertise internationale qui est encore très rare en Birmanie. Une troisième catégorie de patients est celle liée aux OGN et sociétés travaillant dans les différentes provinces. En cas d’accident ou de maladie, nous organisons des évacuations sanitaires sur Rangoun.

Justement, dans ce pays très pauvre, les besoins médicaux sont pour le moins importants, le groupe est-il impliqué dans des programmes d’aide en local, lesquels?

La première cause de décès en Birmanie sont les traumatismes crâniens liés aux accidents de la route et le non port du casque. Or, il n’y a que 6 neurochirurgiens en Birmanie. Il y a donc beaucoup à faire. A notre petite échelle, quatre docteurs actuellement, nous ne pouvons fournir les soins dont le pays a besoin. Mais nous essayons de contribuer au développement local des médecins et des infirmiers. Nous avons mis en place un programme d’échange médical entre Samitijej Hospital et Parami Hospital. Nous avons également étendu à d’autres hôpitaux un programme de formation en partenariat avec Stanford Medical School. 20 urgentistes vont ainsi être formés aux standards américains. Nous avons aussi fait une donation au Ministère de la Santé qui sert à acheter des médicaments pour les victimes des inondations.

Quelles opportunités de développement le groupe voit-il en Birmanie?

Si nous ouvrons notre deuxième clinique en début 2016, que nous continuons à développer notre offre de services ainsi que la qualité des soins offerts à Parami Hospital, tout en développant les équipes médicales locales, nous aurons accompli beaucoup en peu de temps. Bien qu’il y ait beaucoup d’incertitudes en Birmanie, nous souhaitons nous inscrire dans le moyen terme et aider nos partenaires locaux à développer leur expertise médicale.

Lire aussi l'interview du Dr. Olivier Cattin publiée le 05/03/2014

Voir aussi le site du Parami Hospital http://www.paramihospitalygn.com/

Contact
No-60, G-1, New Parami Road, Mayangone Township,
Yangon, Myanmar.
(95-1) 657227, 660083, 657226, 657228, 657230, 657231,
MRI: (95-1)657229    Fax: (95-1) 657223
Hot Line: (95-1) 651674
Phone +95 9 319 11541
E-mail: info@paramihospital.com
Web: www.paramihospitalygn.com
Propos recueillis par David BERNARD () jeudi 8 octobre 2015
{loadposition 728-2_bangkok-article}

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre en Thaïlande

PAROLE D'EXPERT

Attaquez l’asthme avant qu’il n’attaque!

Les études épidémiologiques menées en Thaïlande depuis 1985 ont démontré la prédominance de l’asthme qui a augmenté de 5% à 15% dans les 10 dernières années, particulièrement dans la région de Bangkok