Mercredi 20 janvier 2021

L'immunothérapie, un atout puissant contre le cancer du poumon

Par Hôpital Bumrungrad International | Publié le 25/11/2019 à 00:00 | Mis à jour le 25/11/2019 à 02:08
cancer-poumon

Les dernières recherches montrent que l'immunothérapie peut augmenter considérablement le taux de survie des patients atteints d'un cancer du poumon avec métastases. Une avancée considérable dans l'arsenal de la lutte contre le cancer pour les patients et les médecins.

Qu’est-ce que l’immunothérapie ?

L’immunothérapie aide le système immunitaire de votre corps à lutter contre le cancer. Elle existe déjà pour de nombreuses maladies, et des recherches récentes ont montré que l'immunothérapie pouvait considérablement augmenter le taux de survie des patients atteints d'un cancer du poumon métastatique (stade avancé du cancer lorsque les cellules cancéreuses se propagent dans une partie du corps différente de celle où il a commencé). Il s’agit d’un nouvel outil puissant qui vient grossir l’arsenal de la lutte contre le cancer.

Le cancer du poumon touche un grand nombre de personnes dans le monde. Il peut être divisé en deux catégories : le cancer du poumon à petites cellules (SCLC) et le cancer du poumon dit "non à petites cellules" (NSCLC). Ce dernier peut concerner jusqu’à 80% des patients atteints d'un cancer du poumon.

Auparavant, l’immunothérapie reposait uniquement sur des médicaments visant à stimuler le système immunitaire du patient pour qu’il attaque directement les cellules cancéreuses. Mais des recherches récentes ont mis au jour la protéine PD-1 qui contribue à entraver ou à ralentir l’activité du système immunitaire des patients atteints du cancer du poumon, permettant à certaines cellules cancéreuses de survivre à l’attaque.

Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives dans le traitement du cancer du poumon : en plus de stimuler le système immunitaire pour qu'il attaque directement les cellules cancéreuses, il est désormais également possible d’inhiber cette protéine qui l’empêche d’éradiquer complètement ces dernières. Cela libère le système immunitaire et lui permet de s’attaquer sans entrave aux cellules cancéreuses.

Les deux scientifiques derrière cette méthode de traitement -appelée traitement par inhibiteur de point de contrôle immunitaire - se sont vus décerner le prix Nobel de physiologie ou de médecine en 2018. Il s’agit du professeur James Allison de l'Université de Californie à Berkeley et du professeur Tasuku Honjo de l'Université de Kyoto.

Depuis lors, l’Agence des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) a approuvé plusieurs versions de médicaments anti-PD-1 et PD-L1 destinés à être utilisés dans le traitement des points de contrôle de la réponse immunitaire pour soigner diverses formes de cancer, dont le cancer du poumon non à petites cellules : pembrolizumab, nivolumab, atezolizumab et durvalumab.

L’American Cancer Society estime que l'introduction de ces médicaments est tout simplement révolutionnaire pour le traitement du cancer du poumon. Auparavant, à peine cinq pour cent des patients atteints d'un cancer du poumon métastatique vivaient sans maladie cinq ans après le diagnostic. De nos jours, le traitement des points de contrôle de la réponse immunitaire utilisant le pembrolizumab a fait grimper ce taux à 15-20%. Lorsqu'elle est associée à une chimiothérapie ou à d'autres formes de traitement, l'immunothérapie augmente encore davantage les chances de survie des patients.

L'immunothérapie fait désormais autorité dans le cadre du traitement du cancer du poumon non à petites cellules. L'avènement du traitement par inhibiteur de point de contrôle immunitaire constitue une nouvelle référence en termes de qualité de vie et de confort pour les patients, et apporte de plus grands espoirs pour une rémission complète.
 

Hôpital Bumrungrad Bangkok

Hôpital Bumrungrad International

Bumrungrad International est un hôpital accrédité, polyspécialisé, à Bangkok, considéré comme l'un des meilleurs au monde. Il propose des diagnostics et des infrastructures de soins thérapeutiques et intensifs ultramodernes aux normes internationales.
0 Commentaire (s)Réagir