Lundi 17 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BUSINESS - Le savoir-faire français à l’honneur au salon In-Cosmetics Asia

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 08/11/2016 à 23:00 | Mis à jour le 09/02/2018 à 08:16

Douze entreprises françaises sont  présentes au salon In-Cosmetics Asia, événement clé pour moyennes entreprises dans le secteur des cosmétiques, avec du côté français un point d’honneur aux produits bio et naturel.

Le salon In-Cosmetics Asia a ouvert ses portes le 8 novembre au Bangkok International Trade and Exhibition Center (BITEC), pour une durée de trois jours. L’événement réunit cette année 400 exposants, issus de vingt-sept pays parmi lesquels la France, l'un des principaux fournisseurs du marché thailandais.

Outre de nombreuses enseignes venues en solo, 12 entreprises françaises sont regroupées au sein du pavillon France aménagé dans les halls 101 et 102 par Business France, agence ayant pour mission d'accompagner le développement international des entreprises et renforcer l'attractivité de la France.

Cette année, cette "équipe de France" a choisi de mettre en avant les produits fabriqués à base d’ingrédients naturels, organiques, d’origine certifiée, et qui placent l’innovation comme l’éthique au cœur de leurs préoccupations. Si certaines sont des habituées de ce salon, d’autres sont fraichement arrivées et viennent tenter leur chance sur le marché thaïlandais.

L’objectif pour les exposants est de présenter leurs innovations aux professionnels présents, mais aussi et surtout, de trouver des distributeurs pour pouvoir s’implanter ou se développer en Thaïlande.

“Le marché thaïlandais au niveau des produits cosmétiques est un secteur important pour la France. A côté des compagnies plus importantes comme LVMH ou encore l’Oréal, il y a de nombreuses entreprises de tailles moyennes avec des qualités qui méritent d’être mise en avant” explique l’Ambassadeur Gilles Garachon.

La France est le premier fournisseur de produits destinés à l’industrie cosmétique en Thaïlande avec une part de marché d’environ 20 % et domine largement le marché des parfums et eaux de toilette importés (près de 70 % de part de marché).

“La Thaïlande est un gros marché pour nous, cela fait déjà une vingtaine d’années que nous travaillons avec la Thaïlande et cette année, nous venons d’ouvrir notre première boutique, une volonté pour nous de prendre notre indépendance par rapport aux distributeurs mais aussi pour attirer les clients” commente Christopher Sabater, le directeur des exportations de Techniflor.

Si Techniflor ne passe pas par un distributeur local, pour d’autres compagnies c’est l’objectif essentiel du salon. “C’est notre cinquième participation à In-Cosmetics, nous avons essayé par le passé de vendre en direct mais c’est difficile en Thaïlande pour des raisons culturelles” précise Pierre Morvan, CEO de Tech Nature.

Pour Chuenrat Mengtrakul, conseillère export de Business France, aider et accompagner les entreprises françaises à trouver un distributeur est l’objectif premier : “L’année dernière, il y avait 14 entreprises françaises et en 2014, il y en avait 16. Pour autant il ne faut pas voir cela comme une baisse d’intérêt. Depuis la création de ce salon, plusieurs entreprises françaises ont trouvé des distributeurs locaux et sont désormais présentes au salon sous l’enseigne de ce distributeur et non plus au sein du pavillon français. En fait, avoir moins d’entreprises françaises prouve que notre rôle d’accompagnement et de mise en relation fonctionne”.

La demande thaïlandaise pour les produits chimiques, les parfums et les cosmétiques représente plus de 13% du total des ventes françaises en ASEAN, selon un rapport sur l’évolution du commerce France-ASEAN publié en 2015 par l’Ambassade de France à Singapour.

Si les craintes d’un éventuel impact économique suite au décès du roi Bhumibol sont palpables, l'affluence de visiteurs pour ce premier jour du salon semblait similaire à celle des années précédentes. Pour Mr Gilles Garachon, le fait que la tenue du salon In-Cosmetic ait été maintenue prouve que l’économie n’est pas affectée. “Qu’il y ait eu un ralentissement économique dans certains secteurs, comme celui de l’automobile, dans les jours qui ont suivi le décès du roi est normal mais au final, il n’y a pas vraiment d’impact négatif et si certains événements ont été annulés suite à la période de deuil, la plupart des événements liés au développement économique sont maintenus, ce qui est bon signe” conclut-il avant de continuer sa visite du salon.

In-Cosmetics Asia 2016 accueille près de 400 exposants dont 85% sociétés étrangères de 27 pays (25% Européens) jusqu’au 10 novembre.

Plus d’informations sur http://www.in-cosmeticsasia.com/

Catherine VANESSE () mercredi 9 novembre 2016
{loadposition 728-2_bangkok-article}

0 Commentaire (s)Réagir