Dimanche 15 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Dans le sud de la Thaïlande, tu donnes ta photo ou t’as pas de réseau

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 27/06/2019 à 00:00 | Mis à jour le 27/06/2019 à 08:56
Reconnaissance-faciale-mobile-Thailande

Les utilisateurs de téléphones portables dans le sud de la Thaïlande devront bientôt soumettre une photo d'eux pour permettre la reconnaissance faciale. Une mesure destinée selon l’armée thaïlandaise à lutter contre les attentats à la bombe mal perçue par les défenseurs des droits de l’homme qui y voient une restriction de plus des droits de la population à majorité musulmane.

Un porte-parole de l'armée, mercredi, a défendu l’initiative, affirmant que le système d'identification faciale était nécessaire pour mettre fin à l’utilisation par les insurgés de bombes artisanales actionnées par des téléphones portables.

Les trois provinces les plus au sud de la Thaïlande - Yala, Pattani et Narathiwat - sont depuis 2004 en proie à des violences entre des rebelles malais-musulmans et l'État thaïlandais à majorité bouddhiste, qui a annexé la région, un ancien sultanat, il y a environ un siècle.

Ces violences ont coûté la vie à environ 7.000 personnes, principalement des civils, et les forces de sécurité ont par le passé placé en détention, sans mandat d’arrêt, des individus soupçonnés d'être des rebelles séparatistes.

Maintenant, les entreprises de télécommunication exigent que tous les usagers des quelque 1,5 million de numéros de téléphone mobile en service dans la région soumettent une photo d’eux afin d’établir une reconnaissance faciale, suite à un ordre provenant de l’armée - un geste qui suscite colère et indignation au sein des groupes de défense des droits de l’homme à l’approche de l’échéance pour l’enregistrement des photos.

Un porte-parole de l'armée a défendu l’idée mercredi, affirmant qu'il fallait pouvoir identifier ceux qui utilisent la réception cellulaire pour déclencher des bombes artisanales à distance.

"Lorsque des assaillants utilisent une carte SIM pour faire exploser une bombe, nous pouvons localiser l'auteur du crime", a déclaré le colonel Watcharakorn Onngon, porte-parole adjoint de l'armée du Sud.

La procédure d’enregistrement se termine le 31 octobre et toute personne, dans les trois provinces du Sud et dans quatre districts de la province voisine de Songkhla, qui omettra de soumettre sa photo verra le signal de son téléphone portable coupé, a-t-il déclaré.

Le chef de la junte devenu Premier ministre, Prayuth Chan-O-Cha, a également déclaré mardi que cette mesure permettait de fournir des "preuves" de l'identité du véritable propriétaire de chaque carte SIM.

"Les gens du Sud ne se plaignent pas... ils savent que cela contribue vraiment à réduire la violence", a-t-il déclaré.

Le Sud à majorité musulmane et les groupes de défense des droits de l'homme accusent depuis longtemps l'État thaïlandais pour sa politique autoritaire et répressive vis-à-vis de la population.

L'utilisation d'une telle technologie "approximative" de reconnaissance faciale conduit généralement à "un profilage racial et, en conséquence, à des arrestations injustifiées", selon une déclaration mardi de la Cross Culture Foundation.

"Les risques de discrimination raciale pourraient éroder la confiance du public dans le maintien de l'ordre dans la région", a-t-il déclaré.

Bien que le reste de la Thaïlande ne soit pas soumis à la même obligation de produire une photo, le colonel Watcharakorn Onngon a souligné que les détenteurs de cartes SIM non enregistrées se rendant dans les trois provinces n'auront pas accès au réseau téléphonique.

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

youpy mar 02/07/2019 - 18:03

... et un tour de visse supplémentaire, excellent :-)

Répondre