Jeudi 18 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FRENCH TECH THAILANDE – "Fédérer les talents pour leur réussite et celle de la communauté"

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 16/06/2015 à 22:00 | Mis à jour le 08/02/2018 à 14:02

Lancé en 2013 par le gouvernement français pour dynamiser la création de startups et promouvoir le savoir-faire français en matière d’innovation, le mouvement French Tech tisse sa toile en Asie. Des professionnels établis en Thaïlande viennent de lancer un groupe sur les réseaux sociaux destiné à rassembler la communauté française du numérique présente dans le royaume. L’un d’eux, Eric de Ghellinck, nous en dit plus sur French Tech Thaïlande

LEPETITJOURNAL.COM: Vous venez de créer un groupe French Tech Thaïlande sur les réseaux sociaux, en quoi consiste-t-il et quel en est l’objectif?
ERIC DE GHELLINCK: La French Tech Thaïlande est la communauté francophone et francophile des entrepreneurs, des talents et des décideurs du numérique et des industries "high Tech". C’est une communauté d’entraide et de partage portée par les pouvoirs publics et des acteurs privés qui se donne pour but de contribuer à la croissance et au rayonnement des startups du savoir-faire français. Notre groupe sur les réseaux sociaux doit permettre de faire connaître et de faire grandir cette communauté.

Qu’est-ce qui vous a amené à lancer cette initiative?
La Thaïlande est un hub régional dynamique qui attire entrepreneurs, talents et investissements, et cette position se renforcera encore à l’avenir avec l’entrée en fonctionnement de l’AEC [Asean Economic Community,ndlr]. L’écosystème des startups françaises dispose d’un fort potentiel et les cadres des entreprises liées aux nouvelles technologies sont aussi très nombreux. Conscients de tous ces atouts, deux entrepreneurs français, Stephane Lambert (Wishtrend) et moi-même (Pro Active Asean), ont proposé en septembre dernier à Business France, le nouvel opérateur public au service de l’internationalisation de l’économie française, de lancer le mouvement French Tech en Thaïlande et de rassembler la communauté française du numérique autour d’un projet fédérateur.

Qu’est-ce que French Tech entend apporter à ses membres et à l’environnement des affaires dans lequel il s’intègre?
Les talents sont nombreux mais dispersés ; ils doivent se fédérer, partager, s’entraider. Aujourd’hui, la French Tech propose des rendez-vous réguliers et des événements de networking pour rassembler les acteurs du numérique. Demain, elle souhaite proposer à ses membres des projets ambitieux : création d’un incubateur à Bangkok, concours de pitchs de startups devant des investisseurs, forum des talents du numérique pour apparier l’offre et la demande du secteur, etc.

Quel est le lien avec La French Tech initiée par le gouvernement français?
Le label French Tech a été créé par le gouvernement français en 2013 et le mouvement lancé la même année par Fleur Pellerin (alors Ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique), afin de promouvoir l’excellence française dans le domaine des startups et de l’innovation. A l’étranger, Business France est l’opérateur public chargé du développement de l’initiative. La philosophie des pouvoirs publics est très novatrice : "L’initiative French Tech ce n’est pas l’Etat qui encadre, c’est l’Etat qui soutient. C’est une ambition partagée, impulsée par l’Etat mais portée et construite avec tous les acteurs." Cette vision collaboratrice doit permettre renforcer la visibilité et l’attractivité internationale de l’écosystème français des startups. "Nous allumons la flamme, c’est aux acteurs de l’écosystème d’apporter le carburant!", ajoutait Fleur Pellerin en février 2014. La French Tech doit être portée par un réseau d’acteurs emblématiques (entrepreneurs, développeurs, investisseurs, etc.) qui seront ses ambassadeurs.

Quels sont les freins et les atouts pour développer un tel projet de groupement ici?
La soirée de lancement organisée en février dernier par la Chambre de Commerce, Business France et ses partenaires a attiré près de cent vingt personnes. Il faut maintenant faire connaître l’initiative et faire grandir la communauté qui se constitue petit à petit. Nous devons réussir à constituer cette communauté au plus vite afin de nous faire remarquer et d’attirer des investisseurs potentiels susceptibles de soutenir et de développer l’écosystème. Il faut être très vite capable d’obtenir une structure, et au moins un incubateur pour pérenniser cette aventure.   

Est-ce seulement une affaire de jeunes?
Non ! C’est une tournure d’esprit qui mêle entrepreneuriat, innovation et curiosité.

Quelles sont les prochaines étapes du développement, que vous faut-il pour développer French Tech?
La stratégie de Business France et de ses partenaires privés consiste, dans un premier temps, à rassembler et faire croître la communauté francophone du numérique à Bangkok. En proposant dès la soirée de lancement de créer un lieu commun pour entreprendre à Bangkok si les membres le souhaitaient, la French Tech apparaissait ainsi dans sa dimension la plus tangible et la plus utile à ses membres. Elle induit aussi une logique participative indispensable pour augmenter le nombre de ses membres. Dans un second temps, nous déciderons selon les besoins exprimés par les membres de la French Tech quelles réalisations concrètes peuvent être mises en œuvre pour soutenir les entrepreneurs.

Que diriez-vous aux entrepreneurs pour les inciter à rejoindre le groupe? Aux sponsors éventuels?
Les entrepreneurs sont au cœur de notre mouvement depuis son lancement : ils comprennent l’importance de l’entraide et du partage d’informations, notamment face aux difficultés qu’ils rencontrent. Réfléchir à plusieurs, mutualiser des coûts ou créer des synergies sont des défis vitaux que la French Tech va permettre de relever. Les grands groupes et les sponsors, quant à eux, vont pouvoir puiser dans ce vivier très riche de talents et d’idées. Ceux qui nous ont rejoints ont conscience qu’ils doivent se tenir au plus près de l’innovation. Travaillons ensemble pour votre réussite et celle de la communauté.

Retrouvez La French Tech Thailande sur Facebook et sur LinkedIn et aussi sur son site Internet http://lafrenchtechthailande.com/
Propos recueillis par Pierre QUEFFELEC () lundi 15 juin 2015
{loadposition 728-2_bangkok-article}

0 Commentaire (s)Réagir