TEST: 2238

Après Grab taxi, Uber lance les moto-taxis à Bangkok

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 24/02/2016 à 23:00 | Mis à jour le 10/09/2019 à 03:27
Moto-Taxis-250

Uber a lancé à Bangkok mercredi son premier service de moto-taxis, un projet pilote dans la capitale thaïlandaise, où ce moyen de transport est déjà très utilisé, avant un possible développement dans d'autres villes d'Asie.

Dans une ville tentaculaire, très embouteillée, de nombreux habitants optent déjà pour ce moyen de transport qui permet de se faufiler rapidement au milieu des files de voitures.

Les chauffeurs de moto-taxis sont omniprésents à Bangkok -et dans d'autres villes du royaume. Postés à des points clés des petites rues et des grands axes et reconnaissables à leur veste de couleur -souvent orange vif- ils convoient des dizaines de milliers de personnes chaque jour sur des petits et moyens trajets, le plus souvent quelques centaines de mètres. Ils rendent aussi des services au sein des communautés des quartiers où ils opèrent comme livrer des courses, poster des lettres, payer des factures d'électricité ou encore arroser les plantes de riverains partis en vacances.

Uber, qui propose via son application de commander un taxi moto, est le deuxième opérateur à se lancer sur ce secteur et sera donc en compétition avec Grab taxi, une société malaisienne qui propose voitures privées avec chauffeur, taxis classiques et, depuis l'an dernier, des moto-taxis.

Uber et Grab Taxi ont chamboulé l'industrie du taxi à Bangkok, offrant une alternative aux chauffeurs habituels de taxi de la capitale qui refusent très souvent des trajets ou d'utiliser leurs compteurs.

"C'est la première fois que nous nous lançons sur ce secteur. Si cela fonctionne, nous espérons ensuite développer cette offre sur d'autres marchés", a expliqué Douglas Ma, à la tête de la partie développement en Asie de la société américaine.

Uber va d'abord positionner les motos dans trois quartiers commerçants et affirme que les tarifs devraient être moins chers que les taxis réguliers en deux-roues.

Chalerm Changthongmadan, qui est à la tête de l'Association des taxis motos thaïlandaise, s'est dit préoccupé par cette arrivée, craignant des "conflits" avec les chauffeurs qui travaillent déjà dans Bangkok.

Douglas Ma a refusé de préciser combien de conducteurs de deux-roues avaient déjà signé un accord avec Uber mais a précisé qu'ils étaient des "milliers".

A un poste de moto-taxis du quartier commerçant de Chitlom, le chauffeur Winai Bunprueng dit qu'il est peu probable pour lui qu'il rejoigne le service.

"Si je rejoins l'application et que je refuse de prendre une course, ils me réprimanderont ou me licencieront ?mais aujourd'hui, si je ne suis pas d'accord du prix avec le passager, je n'y vais pas", explique l'homme de 37 ans.

Uber se concentre pour l'heure sur la Thaïlande, mais n'écarte pas la possibilité de lancer le même service dans d'autres mégapoles encombrées asiatiques comme Jakarta et Manille.

Uber, présent dans près de 70 pays, est devenue une des start-ups les plus chères au monde, dont la valeur est estimée à 50 milliards de dollars.

La croissance rapide de cette application a souvent entraîné dans les pays où elle est implantée des conflits avec les taxis traditionnels, avec des grèves de chauffeurs qui ont touché plusieurs villes.

Lire aussi Plus de 200 moto-taxis se disent victimes de groupes mafieux

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale