SMOG – Niveaux record de pollution attendus dans le nord

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 06/12/2015 à 23:00 | Mis à jour le 06/12/2015 à 23:59

La pollution au smog attendue dans le nord ces prochains mois devrait être plus forte que celle des années passées, a prévenu jeudi le Département de Contrôle de la Pollution, alors que la Thaïlande connait l'une des pires sécheresses de ces dernières décennies.

Chaque année entre janvier et mars, les vallées du nord sont encombrées d'une fumée provoquée en bonne partie par la culture traditionnelle sur brûlis, et qui contient de nombreuses micro-particules.

Ces micro-particules inférieures à 10 microns de diamètre, appelées PM10, sont très nocives pour la santé, et peuvent causer des troubles respiratoires et cardiaques.

La concentration dans l'air de micro-particules de moins de 10 microns (PM10) a atteint cette année à Chiang Rai une valeur record de 381 micro-grammes par mètre cube (µg par m3), soit plus de trois fois le niveau autorisé en Thaïlande de 120 µg par m3, a indiqué jeudi la directrice adjointe du Département de Contrôle de la Pollution (PCD), Suwan Nanthasarut, lors d'une conférence de presse.

En 2014, le pic de pollution avait atteint 324 µg par m3.

D'après les relevés du PCD, le nord de la Thaïlande a enregistré 30 jours de pollution au-dessus de la limite en 2015, soit moins qu'en 2014, mais la gravité de la pollution a été plus forte, souligne Suwan Nanthasarut.

Citée par The Nation, elle estime que ?le smog devrait être plus sévère en 2016 à cause de la sécheresse".

"La période la plus critique sera entre la fin janvier et début février, au moment de la récolte de la cane à sucre durant laquelle presque tous les cultivateurs vont bruler des déchets agricoles," affirme-t-elle, précisant que 90% de cette pollution provient de la pratique du brulis.

Le smog est causé par plusieurs facteurs combinés tels que la pratique du brûlis, les feux de forêts favorisés par la saison sèche et l'arrivée des fortes chaleurs, des conditions atmosphériques qui emprisonnent le smog dans les vallées.

Enchâssée entre les vastes étendues boisées du Laos et de la Birmanie, la province de Chiang Mai est victime de son relief.

Lorsque la fumée s'installe dans les vallées, elle se trouve en effet piégée et stagne.

Il arrive parfois que la montagne Doï Suthep qui domine la ville soit invisible pendant plusieurs jours.

Le seul espoir réside dans le balayage par des vents forts et surtout la venue de la pluie pour laver les airs.

Le trafic aérien dans cette région avait été fortement perturbé en mars dernier.

Ces micro-particules inférieures à 10 microns de diamètre, appelées PM10, sont très mauvaises pour la santé, et peuvent causer des troubles respiratoires et cardiaques.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) pointe des risques pour la santé humaine à partir de 50 µg par m3.

Selon la loi, les feux de forêts sont un délit passible d'une amende de 50.000 bahts et jusqu'à 5 ans de prison (100.000 bahts d'amende et 7 ans de prison dans un parc national).

P.C. (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) lundi 7 décembre 2015
{loadposition 728-2_bangkok-article}

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale