TEST: 2238

SECURITE – Un Iranien se blesse avec ses propres explosifs sur Sukhumvit 71

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 15/02/2012 à 00:00 | Mis à jour le 10/09/2019 à 03:41
Photo : Le taxi, qui a subi une forte déflagration, est inspecté par des équipes spéciales des forces de l'ordre (photo Suphang Naraipratan)
explosion_sukhumvit_71_2

Un Iranien s'est fait exploser les deux jambes hier après-midi sur l'avenue Sukhumvit 71 avec une grenade qu'il tentait de jeter sur des policiers qui le pourchassaient. Les forces de l'ordre avaient été alertées par deux autres explosions provoquées dans le quartier par le même homme quelques minutes plus tôt. La police recherche toujours ses deux complices. Israël a accusé Téhéran d'être derrière ce qu'elle considère comme la troisième attaque dans une capitale cette semaine

Un Iranien d'une trentaine d'années, identifié par la police comme se nommant Saeid Moradi, s'est gravement blessé hier après-midi à Bangkok dans le quartier de Phra Khanong, sur l'avenue Sukhumvit 71. L'homme a eu les deux jambes arrachées à cause d'un engin explosif lui appartenant, vraisemblablement une grenade, nous a indiqué la police qui a expliqué qu'une série de trois explosions avaient eu lieu en peu de temps. "J'ai entendu la première explosion vers 14h, nous a raconté un témoin ayant souhaité garder l'anonymat. Puis j'ai vu depuis la fenêtre trois personnes sortir chacune à son tour, à cinq minutes d'intervalles, de la maison 66 du soi 31 de Sukhumvit 71, et marcher en direction de la grande avenue". La dernière personne à sortir serait, selon les forces de l'ordre, Saeid Moradi, locataire de la maison où l'explosion accidentelle aurait eu lieu. L'Iranien aurait alors tenté de prendre un taxi dans le soi 31, mais le chauffeur refusant, il lui aurait lancé une grenade au niveau de son capot. L'explosion a mis le taxi hors d'état de marche et soufflé les vitres des habitations alentour. Le chauffeur n'aurait été que légèrement blessé.

Deux hommes toujours recherchés

"Après avoir rejoint l'avenue Sukhumvit 71 (ndlr : également appelée avenue Pridi Panomyong), l'homme a été pris en chasse par nos hommes, nous a expliqué le Colonel de Police Varavuth. Au niveau de l'école Kasempithaya, il a tenté de leur jeter une autre grenade mais celle-ci a atterri près de lui et lui a arraché les deux jambes." Transporté à l'hôpital Chulalongkorn, il est entré en salle d'opération en début de soirée, nous a indiqué l'établissement. Selon la presse thaïlandaise, trois autres personnes, des passants, auraient été blessés en plus de l'Iranien et du chauffeur de taxi.

Des unités spéciales ont fouillé dans l'après-midi la maison louée par l'homme, sur lequel aucune autre information n'a pour l'instant été communiquée par les autorités, et y ont trouvé du C4 et désamorcé un quatrième engin.

La police a interpelé à l'aéroport un homme soupçonné d'être un des deux complices en fuite, mais n'a pu indiquer avec certitude s'il s'agissait de l'un des fuyards, dont les motivations restent à éclaircir.

Israël accuse l'Iran

Israël n'a néanmoins pas attendu pour accuser l'Iran d'être impliqué dans ces explosions à Bangkok. "La tentative d'attaque à Bangkok prouve une fois de plus que l'Iran et ses affidés continuent d'agir par les moyens du terrorisme, et les derniers attentats en sont un exemple", a réagi le ministre israélien de la Défense Ehud Barak. "L'Iran et le Hezbollah constituent une source intarissable de terrorisme, et sont une menace pour l'équilibre régional et mondial", a ajouté le ministre israélien, en visite à Singapour, après avoir passé quelques heures à Bangkok dimanche.

Les Etats-Unis ont condamné les explosions de Bangkok, exprimant leurs craintes d'une escalade de ce genre de violences. "Nous sommes préoccupés par cela. Certaines (de ces attaques) ont été reliées à l'Iran," a déclaré la porte-parole du Département d'Etat américain, Victoria Nuland.

Le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Ramin Mehmanparast a rejeté les accusations, Cité sur la chaîne de télévision Al-Alam il aurait déclaré que "l'Iran condamnait tout acte de terrorisme".

La Première ministre Yingluck Shinawatra a pour sa part demandé aux Thaïlandais de ne pas tirer de conclusions hâtives et ne pas céder à la panique.

La sécurité a toutefois été relevée autour de cibles potentielles dans Bangkok, notamment l'ambassade d'Israël et le quartier des routards, Khao San Road. L'ambassade de Grande Bretagne a émis un avis de mise en garde sur son site Internet.

Mi-janvier, les forces de l'ordre avaient arrêté Atris Hussein, un Libano-Suédois suspecté d'avoir planifié des attentats à Bangkok et d'appartenir au Hezbollah. Les Etats-Unis, qui considèrent l'organisation comme terroriste, ont laissé depuis, sur le site Internet de leur ambassade en Thaïlande, un message d'alerte prévenant ses citoyens de risques d'attentats terroristes à Bangkok.

Yann FERNANDEZ et Suphang NARAIPRATAN (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html avec AFP) mercredi 15 février 2012

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale