POLITIQUE - La loterie nationale suspectée d’être au cœur d’un complot électoral

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 21/02/2013 à 00:00 | Mis à jour le 21/02/2013 à 05:54

De l'obsession à la théorie du complot, il n'y a qu'un pas allègrement franchi par Krit Suriyaphol, l'un des petits candidats lancés dans la course à l'élection du prochain gouverneur de Bangkok. Krit va jusqu'à demander au gouvernement de suspendre le tirage de la sacro-sainte loterie nationale prévu le 1er mars, soit deux jours avant le scrutin.

La Premier ministre Yingluck Shinawatra de sortie dans le centre commercial Emporium il y a quelques jours pour soutenir le candidat au poste de gouverneur de Bangkok, Pongsapat Pongcharoen en campagne électorale (photo Pierre QUEFFELEC)

Il s'agit de s'assurer que la loterie ne fait pas l'objet d'une manipulation vouée à accroître la popularité du candidat Pongsapat Pongcharoen soutenu par le parti Puea Thai, majoritaire à l'échelle nationale. Un autre candidat a rejoint sa démarche pour solliciter une mesure alternative qui verrait les 25 candidats en lice rejoindre le comité supervisant le tirage.

Afin de faciliter leur identification, tous les candidats sont en effet associés à un numéro. Pongsapat Pongcharoen est représenté par le 9, déjà considéré comme un chiffre porte-bonheur par les Thaïlandais. Et le 16 février dernier, le chiffre gagnant du tirage effectué fut précisément le 09 ! Pire : les deux chiffres permettant de décrocher le Graal du premier prix étaient le 5 et le 7 composant l'âge exact du candidat Puea Thai. La preuve est faite pour Krit Suriyapol qui décrypte en outre un discours électoral du vice ministre du Commerce Nattawut Saikuar. Du haut d'une estrade, ce tribun réputé pour son lyrisme et autres figures de style aurait déclaré que Yingluck ne lui avait donné qu'un seul numéro de loterie chanceux : le 9.

Les plaques d'immatriculation de Yingluck alimentent aussi les fantasmes
Sans doute aussi motivé par une quête de visibilité dans une compétition électorale qui fait la part trop belle aux grands candidats, notre limier pointe par ailleurs une singulière coïncidence : le gouvernement a confié la charge d'imprimer les bulletins de vote au service de la loterie nationale. L'obsession des Thaïlandais pour la loterie est légendaire. De l'interprétation des rêves au pèlerinage dans des lieux sacrés en passant par les anomalies de la nature comme la naissance d'une tortue à six pattes chacun cultive ses martingales pour décrocher le gros lot. Des magazines spécialisés sont aussi voués à la numérologie tandis que la presse généraliste rapporte par exemple les numéros de chambres occupées par des célébrités locales au cours de leurs déplacements. Toujours en quête d'inspiration les aficionados scrutent actuellement les plaques minéralogiques des véhicules utilisés par la Première ministre. Depuis que Yingluck a pris les commandes du gouvernement, ces numéros sont déjà sortis gagnants à l'occasion de sept tirages et les suspicions de manipulation vont là aussi bon train.
E.D. (http://www.lepetitjournal.com/bangkok) jeudi 21 février 2013

Lire aussi :
Notre article du 30 janvier 2013 Le démon thaïlandais de la loterie est en pleine croissance


{loadposition 728-2_bangkok-article}

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale