Dimanche 29 novembre 2020

MANIFESTATIONS – De nouvelles actions attendues samedi pour changer un match nul

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 24/03/2010 à 00:00 | Mis à jour le 31/03/2010 à 08:54

Alors que les Chemises rouges prévoient de déferler à nouveau dans les rues de Bangkok samedi prochain, le gouvernement et le Front uni pour la démocratie semblent s'enliser dans une surenchère permanente. Plusieurs experts estiment qu'aucun des deux camps ne gagnera cette bataille, et que le conflit politique est encore loin d'être terminé

(Photo Pierre QUEFFELEC)

Les manifestants anti-gouvernementaux des "Chemises rouges" ont promis de paralyser Bangkok avec une nouvelle parade samedi prochain, défiant le gouvernement du Premier ministre Abhisit Vejjajiva, qui a fait monter la pression en ce début de semaine avec de nouvelles mesures de sécurité. Les Chemises rouges en sont à leur 13ème jour de mobilisation. Ils exigent des élections anticipées pour remplacer un gouvernement qu'ils considèrent illégitime, soutenu par l'élite du royaume. "Samedi nous paralyserons Bangkok et manifesterons dans les mairies provinciales à travers le pays", a annoncé lundi soir Jatuporn Prompan, l'un des leaders des rouges. Ce dernier n'a pas encore donné de détails mais a promis que l'évènement serait beaucoup plus important que celui de samedi dernier, qui avait vu des cortèges rassemblant au moins 65.000 manifestants embarqués dans des voitures, camions, bus et sur des motos défiler dans les rues de la capitale.

Une sécurité renforcée
Les autorités ont intensifié leur réponse, lundi, en affirmant que les soldats chargés de la sécuriser les sites clés de la capitale seraient désormais armés, en réaction à plusieurs attaques mineures à la grenade, notamment hier devant le ministère de la Santé et samedi après les manifestations. "A partir d'aujourd'hui, les militaires déployés aux postes de contrôle, aux bâtiments gouvernementaux et devant les bases militaires seront armés afin d'empêcher les personnes mal intentionnées d'inciter au désordre", a déclaré un des porte-paroles de l'armée, le Colonel Sunsern Kaewkumnerd. Le Vice-premier ministre Suthep Thaugsuban a également annoncé que le gouvernement étendrait d'une semaine la Loi de sécurité intérieure (ISA), qui devait se terminer hier. L'un des leaders des Chemises rouges, Nattawut Saikua, s'est dit surpris par cette escalade de mesures sécuritaires contre un mouvement qui, en dépit des craintes de violences, a défilé sans accrocs ces derniers mois. "Le gouvernement a toujours dit qu'il ne blesserait pas, qu'il n'attaquerait pas le peuple. Pourquoi doivent-ils être armés alors que nous manifestons pacifiquement?", s'est-il exclamé.

Un mouvement qui doit encore mûrir
Mais malgré les nouvelles actions annoncées par les chemises rouges, de nombreux analystes estiment que les manifestations entamées depuis deux semaines n'atteindront pas leur objectif de renverser le pouvoir en place. "Je pense que les manifestations vont finir en eau de boudin", explique notamment Michael Montesano, de l'Institut de recherche sur l'Asie du Sud-est à Singapour. "Je ne pense pas qu'ils ont réussi à mettre à l'épreuve le gouvernement", précise-t-il, ajoutant que le comportement plutôt pacifique des deux camps avait surpassé les attentes. D'autres experts pensent plutôt que le mouvement de contestation n'est pas près de s'éteindre. "Cela va prendre des années à résoudre (le conflit), car Thaksin a été le premier populiste a savoir comment faire appel à la majorité de la population", explique Bob Broadfoot, du cabinet Political and Economic Risk Consultancy. "Même si vous vous débarrassez de lui, la majorité existera toujours. Ils peuvent parfois être illettrés, mais ils ne sont pas stupides et ne vont pas se laisser être victimes de discriminations dans le système", ajoute-t-il. Mais pour d'autres, le mouvement des Chemises rouges doit aller au-delà des simples manifestations dans la rue, et gagner en maturité. "Pour le moment il leur manque une idéologie. Ils ont beaucoup d'autocollants avec des phrases mordantes, mais ils ont besoin de définir exactement ce qu'ils entendent par ces slogans", estime James Klein, de la Fondation Asie.
(http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html avec AFP) mercredi 24 mars 2010

Un dialogue de sourds entre opposants et gouvernement
Depuis le début des manifestations, le gouvernement et les Chemises rouges sont rentrés dans un dialogue de sourds où, malgré les propositions de pourparlers, la surenchère est de mise. D'un côté, le gouvernement a joué la carte de la conciliation en proposant la semaine dernière d'établir un dialogue avec le Front uni pour la démocratie contre la dictature (UDD), à condition que Thaksin Shinawatra en fasse publiquement la demande. Néanmoins, le Premier ministre Abhisit Vejjajiva a expliqué qu'il faut que les leaders des Chemises rouges rencontrent dans un premier temps le ministre de l'Education pour fixer la ligne des discussions. Une option que ces derniers ont fermement rejetée, "Nous ne parlerons qu'à Abhisit Vejjajiva. Il est le seul à pouvoir dissoudre le Parlement, a déclaré Veera Musikapong, un des leaders du mouvement, des élections libres et justes décideront de notre futur et mettront fin au conflit politique". De son côté, Payap Shinawatra, leader des députés Puea Thai dans la région nord-est, a proposé d'être médiateur pour des discussions de "proximité" entre Thaksin, son frère ainé, et Abhisit à condition de laisser l'Ex-premier ministre entrer et sortir de Thaïlande, et de diffuser le débat en direct. Néanmoins, l'avocat de Thaksin a expliqué que son client n'avait rien à voir avec cette offre, et que le conflit opposait l'UDD et le gouvernement.

Q.W. (http://lepetitjournal.com/bangkok.html) mercredi 24 mars 2010

Voir aussi notre article (et vidéos) du dimanche 21 mars 2010, Les Rouges satisfaits de leur tour de ville, la situation toujours bloquée
Samedi 20 mars 2010, Plusieurs milliers de Rouges attendus sur les artères de Bangkok aujourd'hui
Jeudi 18 mars 2010, Les autorités tendent la main aux rouges pour isoler Thaksin
Mercredi 17 mars 2010 (article et vidéos), Le peuple déverse son sang pour dénoncer l'injustice des élites
Mardi 16 mars 2010, Les Rouges remerciés jouent un va-tout morbide
Dimanche 14 mars 2010, Près de 100.000 chemises rouges prêts à se déployer dans Bangkok
Vendredi 12 mars 2010 (17h20), Les rouges se dispersent après une journée relativement calme
Vendredi 12 mars 2010 (14h30), Défilés sporadiques des chemises rouges de Bangkok
Vendredi 12 mars 2010, Bangkok privé de carburant jusqu'à nouvel ordre, 50.000 hommes déployés
Jeudi 11 mars 2010, Thaksin appelle au rassemblement, les principaux axes routiers protégés

{jcomments lock}

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet