Vendredi 20 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

MANIF – Quelques frictions entre les autorités et des manifestants toujours plus provocants

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 07/04/2010 à 00:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 14:45

La tension est montée encore d'un cran hier, alors que des policiers et militaires ont été déployés autour du carrefour Ratchaprasong. Abhisit a annoncé à la télévision son intention de régler le problème avant les vacances de Songkran, tandis que les Chemises rouges promettent d'amplifier encore plus l'étendue de leur mouvement

Les nerfs sont à vif après bientôt un mois de manifestations quasi quotidiennes (Photo Quentin Weinsanto)

Des manifestants anti-gouvernementaux ont eu des altercations avec la police anti-émeute, hier, lorsqu'elle a encerclé les dizaines de milliers de Chemises rouges toujours réunis au carrefour de Ratchaprasong, en plein centre du quartier commerçant chic de Bangkok. Les Chemises rouges ont jeté des bouteilles en plastique et se sont servis de barrières de sécurité pour repousser une centaine de policiers et de soldats, qui se sont ensuite repliés près de la station BTS Ratchadamri. "Nous sommes prêts à combattre et mourir ici ", a averti, poing levé, l'un des leaders du mouvement, Nattawut Saikua. "Le gouvernement fait pression mais nous tenons bon. Maintenant nous allons riposter avec notre propre offensive", a-t-il déclaré, avant d'annoncer son intention de "défaire chaque poste de contrôle dans la capitale". Un autre des dirigeants des Chemises rouges, Weng Tojirakarn, a ordonné à plusieurs gardes de prendre le contrôle de quatre pompes à incendie et d'un Humvee (4x4 Hummer) de l'armée, afin d'éviter que ceux-ci soient utilisés pour disperser les manifestants. Les autorités ont plus tard assuré au public qu'elles ne tenteraient pas d'évacuation de force.

Coup de force à Lumpini et Silom
En tout début d'après-midi, un groupe de Chemises rouges a encore fait monter la tension d'un cran en se déplaçant au parc Lumpini ? zone qui leur est interdite ? forçant une centaine de soldats à se réfugier dans le parc avant d'en bloquer toutes les portes. Les manifestants ont ensuite défilé à moto et en pick-up sur l'avenue Silom et Sathorn. Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement, Panithan Wattanayakorn, a déclaré que le Centre des opérations de maintien de la paix (CAPO) avait approuvé la mise en place de mandats d'arrêts contre les 10 principaux leaders des Chemises rouges. "S'ils sont trouvés, ils seront arrêtés immédiatement car ils ont, par leurs actions, ouvertement commis des infractions", a-t-il précisé.

Abhisit veut en finir avant Songkran
Dans une allocution télévisée en fin d'après-midi, le Premier ministre Abhisit Vejjajiva a promis de "faire respecter la loi et de rétablir la normalité aussi vite que possible", notamment avant les fêtes de Songkran qui démarrent la semaine prochaine. Si la situation ne s'améliore pas d'ici là, Abhisit envisage d'annuler son voyage à Washington prévu le 12 et le 13 pour un sommet sur la sécurité nucléaire, et de réduire sa participation prévue jeudi et vendredi lors d'une réunion des dirigeants de l'Association des Nations d'Asie du Sud-est (Asean), à Hanoi. Jusqu'à présent, les deux camps ont réussi à éviter toute violence, le gouvernement craignant de ne pas se retrouver dans une situation similaire à avril 2009, où des clashs avaient laissé deux morts et des dizaines de blessés. Mais les tensions vont néanmoins crescendo depuis que les manifestants ont envahi samedi l'intersection de Ratchaprasong, dans le but toujours inchangé d'obtenir une dissolution du Parlement. Les Chemises rouges ont annoncé qu'ils allaient encore intensifier le mouvement aujourd'hui, sans pour autant révéler les détails de leurs plans.

(http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html avec AFP) mercredi 7 avril 2010

Voir aussi nos documents vidéo des manifestations dans la rubrique Actu en images

Lire aussi notre article du 6 avril 2010, Les rouges bloquent Lumpini et se dirigent sur Silom
Lire aussi notre article du 6 avril 2010, Les rouges restent au moins jusqu'au 20 avril
Lire aussi notre article du 5 avril 2010, Les manifestants jouent avec le feu
Lire aussi notre article du 4 avril 2010, Les rouges bloquent le centre de Bangkok, la police prête à intervenir
Lire aussi notre article du 31 mars 2010, Les Rouges abandonnent les négociations, nouvelles actions prévues ce week-end
Lire aussi notre article du 30 mars 2010, Les Rouges rejettent l'offre d'Abhisit, possible poursuite des discussions jeudi
Lire aussi notre article du 29 mars 2010, Echec du premier round de négociations entre Abhisit et les Rouges
Lire aussi notre article du 28 mars 2010, Après avoir fait bouger les soldats, les Rouges sous les fenêtres d'Abhisit
Lire aussi notre article du 21 mars 2010 (article et vidéos), Les Rouges satisfaits de leur tour de ville, la situation toujours bloquée
Lire aussi notre article du 20 mars 2010, Plusieurs milliers de Rouges attendus sur les artères de Bangkok aujourd'hui
Lire aussi notre article du 18 mars 2010, Les autorités tendent la main aux rouges pour isoler Thaksin
Lire aussi notre article du 17 mars 2010 (article et vidéos), Le peuple déverse son sang pour dénoncer l'injustice des élites
Lire aussi notre article du 16 mars 2010, Les Rouges remerciés jouent un va-tout morbide
Lire aussi notre article du 14 mars 2010, Près de 100.000 chemises rouges prêts à se déployer dans Bangkok
Lire aussi notre article du 12 mars 2010 (17h20), Les rouges se dispersent après une journée relativement calme
Lire aussi notre article du 12 mars 2010 (14h30), Défilés sporadiques des chemises rouges de Bangkok
Lire aussi notre article du 12 mars 2010, Bangkok privé de carburant jusqu'à nouvel ordre, 50.000 hommes déployés
Lire aussi notre article du 11 mars 2010, Thaksin appelle au rassemblement, les principaux axes routiers protégés

{jcomments off}

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Dublin Appercu

Apple met en cause le « bon sens » de l’UE devant la justice

Apple a dénoncé mardi devant la justice européenne la décision de Bruxelles lui demandant de rembourser à l’Irlande 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux, estimant qu’elle défiait « la réalité et l

Sur le même sujet