Lundi 27 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

10 ANS EN THAILANDE – Jean-François Cousin: "les perspectives du coaching sont excellentes"

Par Pierre QUEFFELEC | Publié le 10/02/2016 à 23:00 | Mis à jour le 01/11/2018 à 04:00
coach entreprise thailande

Coach de cadres supérieurs, spécialiste du management et du développement d’entreprise multinationale, Jean-François Cousin a démarré son activité en Thaïlande en 2006 après avoir passé dix ans entre l’Inde, la Chine et la Thaïlande à la tête des antennes du groupe français Lafarge. Durant ces dix dernières années, ce Breton d’origine a prodigué ses conseils pour plusieurs centaines de cadres et quelques dizaines de multinationales en Asie et au Moyen-Orient.

Le fondateur et dirigeant de la société 1-2-Win est connu des chambres de commerce étrangères en Thaïlande (dont la Franco-Thai bien sûr!) pour ses nombreuses interventions lors de séminaires ainsi que pour la conception en 2009 d’un DVD-boite à outils très intéressant intitulé "A Toolbox for Foreigners &Thais to work effectively together" (lire notre article). Plus récemment, il a publié fin 2015 un brillant ouvrage en anglais sur la gestion d’équipes intitulé "Game Changers at the Circus" (lire notre article).

Dans le cadre des dix ans de son édition Bangkok, Lepetitjournal.com a demandé à Jean-François Cousin de faire le point sur l’évolution durant ses dix années de son entreprise, de son secteur d’activité et de lui-même.

LEPETITJOURNAL.COM - Pouvez-vous nous décrire brièvement l’évolution de votre entreprise depuis sa création?
Jean-François Cousin: J’ai créé mon entreprise de coaching de dirigeants "1-2-WIN Co., Ltd." alors que le marché du coaching n’existait pas en Thaïlande… La plupart des patrons qui avaient entendu parler du coaching pensaient alors : "du coaching pour moi ? Non, merci, je réussi très bien, pas besoin et pas le temps. Et puis c’est certainement trop cher pour mes employés".

Heureusement, la chance du débutant a rapidement  récompensé mon acharnement tout juvénile à faire connaître cette manière efficace de développer les talents et de gagner en bien-être.

Quelques dirigeants de grandes sociétés m’ont fait confiance, surtout parce qu’ils me connaissaient en tant qu’ancien patron pour Lafarge ici. Je suis particulièrement reconnaissant à Unilever qui m’a offert la chance de coacher plusieurs dizaines de cadres supérieurs lors de mes deux premières années, puis de travailler à Singapour et en Indonésie.

Le bouche-à-oreilles a ensuite convaincu - beaucoup mieux que mes efforts en marketing !

J’ai eu aussi le plaisir d’être invité à collaborer avec plusieurs entreprises de grand renom en coaching de dirigeants, dont Korn Ferry et The Center for Creative Leadership.

En 10 ans, j’ai eu l’honneur de coacher 600 dirigeants de 50 nationalités différentes –dont près de 200 Thaïs- dans tous les secteurs de l’économie, et d’aller travailler avec certains de mes Clients dans une vingtaine de pays, jusqu’en Amérique Latine et aux Etats-Unis. Ca tombe bien, j’adore toujours autant voyager!

Au demeurant, la principale récompense dans mon métier est celle du ‘voyage’ que mes Clients font au fil des sessions, à la découverte de ressources et talents insoupçonnés en eux-mêmes. L’effet d’entrainement sur leurs équipes est toujours impressionnant. En bref, mes Clients ne cessent de m’épater! Et j’apprends autant d’eux qu’ils apprennent au fil de nos conversations.

Que pouvez-vous nous dire sur l’évolution de votre secteur en Thaïlande ces 10 dernières années?

Voilà 8 ans, avec trois coachs thaïlandais de renom, nous avons décidé de faire connaître le coaching aux entreprises et au grand public en Thaïlande, au fil d’événements, de démonstrations de coaching et de conférences de presse.

Nous pensons que la pratique du coaching peut avoir une influence très positive sur la société Thaïe et –en particulier- favoriser la collaboration, l’agilité et l’innovation dans les entreprises et le secteur gouvernemental. Certains de mes collègues Thaïs coachent d’ailleurs depuis peu quelques personnes particulièrement influentes dans le pays, en toute confidentialité comme toujours. Mes 3 collègues et moi avons également écrit un livre ("Untold stories of Executive Coaching in Thailand", en Thaï).  Et la sauce a pris ! Des écoles de coaching se sont implantées ici au fil des dernières années, dont deux de niveau international.

Cela dit, aujourd’hui, des centaines de personnes se déclarent "coachs", ce qui est possible pour tout amateur puisque la profession n’est pas régulée légalement -hélas. Une bonne nouvelle cependant : l’International Coach Federation vient d’ouvrir un ‘chapitre’ à Bangkok. Cet organisme international indépendant, à but non lucratif, évalue les compétences et l’expérience des coachs au fil de plusieurs examens et délivre trois niveaux d’accréditation validant le professionnalisme des coachs: "ACC" pour les coachs avec plus de 100 heures de pratique, "PCC" (plus de 750 heures) et "MCC" (plus de 2.500 heures).

Je recommande aux personnes intéressées par les services d’un coach d’exiger une telle accréditation, pour s’assurer du professionnalisme et du niveau d’expérience du coach.

Les perspectives de croissance du marché du coaching sont excellentes en Thaïlande, car la plupart des entreprises ont constaté ses bénéfices et a quel point le coaching permet de garder beaucoup plus longtemps les talents au sein de la société. Elles ont également notés le faible impact des formations en leadership pour leurs cadres.

Sur le plan personnel, comment avez-vous vécu ces dix dernières années, où en êtes-vous par rapport à vos débuts en Thaïlande?

J’éprouve de la gratitude pour mon pays d’adoption bien sûr: cela me paraît plus facile d’entreprendre ici que dans certains pays dits ‘développés’, pour autant qu’on ait l’obsession de la satisfaction des clients et le goût du travail!

Je suis autant séduit aujourd’hui qu’il y a 20 ans -lors de mes premiers pas en Asie pour le groupe Lafarge- par l’énergie, la soif d’apprendre, le goût des Asiatiques pour la nouveauté et le développement personnel et professionnel. Quant à la copie assez systématique de mes initiatives, je la considère comme un aiguillon pour constamment améliorer mes propositions de valeur.

Au fil des années, j’intègre -plus ou moins consciemment- de plus en plus d’éléments des sagesses asiatiques dans mon approche du coaching et du leadership, et cela semble faire le plus grand bien autant à mes Clients occidentaux qu’à mes Clients asiatiques. Le livre que je viens d’écrire –"Game Changers at the Circus : how leaders can unleash Greatness in their organizations"- illustre cette approche holistique du leadership.

Pour la prochaine décennie, j’espère simplement davantage de ce même bonheur de servir des leaders remarquables, et de celui -plus nouveau- d’engager en tant que ‘speaker’ des publics de managers sur le chemin de la découverte et du don du meilleur d’eux-mêmes au service de leur entreprise et de la société.

Voir aussi le site Internet www.1-2-win.net
Pour plus d’informations : info@1-2-win.net

Propos recueillis par Pierre QUEFFELEC jeudi 11 février 2016

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir