Lundi 23 avril 2018
Auckland
Auckland
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le Haka, bien au-delà du rugby

Par Maé Castellet | Publié le 12/04/2018 à 06:05 | Mis à jour le 14/04/2018 à 00:00
Photo : Le Haka a de nombreuses significations dans la culture maorie
Le Haka, véritable identité culturelle

Le monde entier connait le célèbre Haka réalisé par les All Blacks, mais qu’en est-il de son histoire ? Nous vous embarquons aujourd’hui pour un tour d’horizon du rituel le plus connu de Nouvelle-Zélande.


Qu’est-ce que le Haka ? 


Pour commencer, il faut savoir que le terme « haka » signifie « danse » en maori et n’englobe donc pas que les danses guerrières comme on pourrait le croire. En réalité, il existe plusieurs sortes de Haka et chacune possède ses propres usages et significations. Cette danse est un véritable support de communication, dont le message peut varier. Le destinataire n’est pas nécessairement un adversaire, comme c’est le cas pour le match de rugby mais ce n’est pas non plus obligatoirement un être humain. Le Haka peut véhiculer différentes émotions. En fonction de ses caractéristiques, il peut: symboliser la tribu, son histoire, défier, mettre en garde, mais c’est aussi un moyen de témoigner de son estime, de sa reconnaissance. Comme c’est le cas lors de ce mariage où la famille du marié témoigne de son respect au couple. 

 


Comment est-il né ? 


L’histoire du Haka que l’on connait remonte à 1820, soit 68 ans avant que les joueurs de rugby s’en emparent pour déstabiliser l’adversaire. Le « Ka mate » a été composé par Te Rauparaha, un chef tribal, afin de remercier un autre chef guerrier. Te Wharerangi lui aurait sauvé la vie en l’aidant à fuir des ennemis et en le cachant dans une fosse à patates douces. Le texte retranscrit l’angoisse du chef qui a peur d’être retrouvé par ses assaillants, mais il s’agit au final d’une célébration de la vie ; d’où les paroles : « Ka mate, ka mate, ka ora, ka ora » (C'est la mort, c'est la mort, c'est la vie, c'est la vie). 

 

Te Rauparaha, chef à l'origine du haka ka mate
Te Rauparaha, chef à l'origine du Haka Ka Mate


Quelle est sa signification ? 


Le célèbre Haka des All blacks a d’abord été pratiqué par les peuples océaniens, lors de fêtes de bienvenue, de cérémonies ou même avant de partir en guerre. Effectuer cette danse permettait aux tribus d’asseoir leur réputation, voilà pourquoi la coordination de chaque mouvement est très importante. Le Haka a une signification culturelle particulièrement forte. Certains Haka sont un peu plus violents que d’autres, que ce soit dans les gestes ou dans les paroles. Cela a pour but de prendre un avantage psychologique sur l’ennemi en le déstabilisant. Aujourd’hui, c’est un véritable symbole culturel, principalement en Nouvelle-Zélande. Outre lors des matchs de rugby, il est réalisé à l’armée ou encore dans les écoles et les universités. 

Le Haka au sein du rugby 


Le premier Haka a été réalisé lors d’un match date de 1888, lorsque la première équipe néo-zélandaise financée sur des fonds privés joue le premier match international en terre britannique. Pendant plus d’un siècle, cette représentation était très différente de celle que l’on connait aujourd’hui. Il s’agissait plus d’un divertissement maladroit, accompagné de sourires, bien loin du spectacle subjuguant que nous offre les All Blacks désormais. C’est en 1987, lors de la Coupe du monde de rugby que l'on découvre un Haka beaucoup plus travaillé, à la coordination parfaite. C’est depuis cette représentation que le Haka s’est popularisé et est devenu un des rites sportifs les plus célèbres.


En 2005, le Kapa o Pango fait son apparition lors d’un match contre l’Afrique du Sud. Créé pour les All Blacks par Derek Lardelli, un expert en culture maorie, il correspond parfaitement à l’équipe nationale puisqu’il fait référence aux guerriers vêtus de noir, à la fougère argentée et à la fierté de porter ces symboles. 

 

haka all blacks


Le rituel veut que le Haka ne peut pas être réalisé sans Maori, l’un d’entre eux doit obligatoirement conduire la danse. Il est déjà arrivé qu’un Maori remplaçant soit appelé afin de mener le Haka. Dans cette danse traditionnelle, c’est tout le corps qui s’exprime. On retrouve également ce critère dans les chorégraphies d’avant-match. Chacun des gestes effectués possède un nom spécifique. On note par exemple le « pukana » qui correspond aux yeux exorbités qui se plongent dans le regard de l’adversaire ou encore le « whetero » qui définit le mouvement de la langue.

La psychologue du sport basée à Auckland, Sara Chatwin, a déclaré « en tant que nation, la Nouvelle-Zélande fournit de nombreux joueurs très compétents et le Haka ne fait que renforcer la pression sur les adversaires lors des rencontres ». Ecouter et regarder cette présentation est une preuve de respect, ce que certaines équipes adverses ont parfois du mal à comprendre. Le Haka peut déstabiliser et être perçu comme une communication agressive. Cependant, il reste une façon « polynésienne » d’accueillir l’autre équipe tout en se présentant (tout comme les différentes tribus peuvent le faire). Juste pour le plaisir, nous vous laissons redécouvrir ce troublant spectacle lors du match contre l'équipe de France: 

 


Bien que le Haka que nous connaissons a été mis en lumière grâce au rugby, c’est aujourd’hui plusieurs équipes sportives néo-zélandais qui le pratiquent lors des avant-matchs comme l’équipe de basketball ou celle du rugby en fauteuil roulant. Les Néo-Zélandais ne sont d’ailleurs pas les seuls à avoir recours au Haka, c’est aussi le cas pour les Îles Fidji, les Samoa et les Tonga.


Le Haka réalisé par les All Blacks est donc le reflet d’une véritable identité culturelle qui a évolué dans l’histoire mais qui reste lourd de sens. 
 

Nous vous recommandons

Maé Castellet Le Petit Journal Auckland

Maé Castellet

Étudiante en Journalisme à Lyon 2 et stagiaire au sein de la rédaction Lepetitjournal.com. Je suis passionnée de voyages avec un vif intérêt pour les questions de société.
0 CommentairesRéagir

Que faire à Auckland ?

IDÉE SORTIE

Agenda du 23 au 29 avril

Cette semaine, la découverte est à l’honneur avec la dernière édition de World on the Street, le Wellbeing Market de Mount Eden ou PopUp South qui valorise la créativité du Sud d’Auckland.