Dimanche 18 avril 2021
Auckland
Auckland

Des expériences de voyages éco-responsables en Nouvelle-Zélande

Par Nicolas Roger | Publié le 08/03/2021 à 03:53 | Mis à jour le 21/03/2021 à 06:35
Photo : Henri Fayolle, en vélo sur les routes de Nouvelle-Zélande.
Henri Fayolle tourisme nouvelle zélande wayfairer

Son amour de la montagne et de la biodiversité est au cœur de son parcours professionnel. À 20 ans, Henri Fayolle co-dirigeait sa première entreprise, Yanature, véritable pionnière dans le tourisme de la randonnée à Maurice. En 2018, il fait le choix de quitter son île natale pour partir explorer le monde, avant de s'installer, deux ans plus tard, en Nouvelle-Zélande. 

Animé par l'envie de développer un tourisme plus vert et responsable, il se lance cette année, à 27 ans, dans sa deuxième aventure entrepreneuriale - thewayfairer.com - une plateforme de réservation en ligne dédiée exclusivement aux expériences de voyages éco-responsables en Nouvelle-Zélande.

Bonjour Henri, où en êtes-vous dans le développement de votre site web ?

À ce stade, le site est opérationnel mais certaines features "clés" sont encore en cours de développement. En septembre, nous avons eu la chance d’obtenir un fond de la part de Tourism New Zealand qui nous a donné accès à des séances de travail avec KPMG pour affiner notre modèle. Mon partenaire et moi avons une vision très claire de nos objectifs à court, moyen et long terme, et avançons avec conviction en attendant la réouverture des frontières.

Peux-tu nous expliquer son fonctionnement ?

TheWayfairer, jeu de mots contractant “Wayfarer”, (une personne voyageant à pied) et “Way fairer” (une façon plus juste), met en avant des expériences de voyages éco-responsables en Nouvelle-Zélande. Pour être référencées sur le site, les activités de nos prestataires ne doivent pas produire de gaz à effet de serre dans de trop grosses quantités. Pour cela, on travaille avec des experts qui nous aident à calculer ce que chaque activité représente comme émission carbone. Le site permet ensuite de voir celles qui sont à proximité car plus on réduit les déplacements, moins on produit de gaz à effet de serre.

 

Henri Fayolle wayfairer tourisme nouvelle zélande
Page d'accueil du site thewayfairer.com

 

Chaque utilisateur peut d'ailleurs suivre toutes ces données, n'est-ce pas ?

Oui, chaque utilisateur peut suivre sur un tableau de bord plusieurs indicateurs quant à l’impact de leurs activités sur l’environnement et la solution qu’apporte Wayfairer. Ils peuvent ainsi connaître la somme totale des émissions en carbone que leur voyage a généré, ou celle de l’ensemble de nos utilisateurs.

Comment avez-vous financé le développement du site ?

Jusqu’ici, le projet a été entièrement "bootstrapper" et développé avec nos compétences personnelles. La prochaine étape requiert plus de moyens, et c’est pourquoi nous avons fait le choix de lancer une campagne de crowdfunding. 

Nous espérons que notre vision du tourisme et la nécessité de trouver des alternatives ainsi que des solutions plus responsables rejoignent le plus grand nombre. 

Quelle est ta vision du tourisme en général, et plus particulièrement en Nouvelle-Zélande ?

Le tourisme pour moi, c’est d’abord et avant tout la rencontre avec les locaux. Ce que je souhaite, c’est pouvoir promouvoir le patrimoine naturel et culturel des destinations dans lesquelles nous opérons, et permettre aux opérateurs de travailler avec des marges suffisantes pour qu’ils puissent avoir une pratique aussi responsable que possible. 

La Nouvelle-Zélande a d’immenses étendues de nature qui semblent intouchables. Il y a beaucoup d’espace. C’est un pays très faiblement peuplé avec un tourisme plutôt responsable dans son ensemble.

Les gens viennent ici pour la nature, voir de beaux paysages, profiter de la mer et de la montagne, bref, pour vivre des expériences simples et ça rejoint vraiment ma vision du tourisme et mon mode de vie en général. C’est pour cela que je suis sensible au fait d’entreprendre ce projet ici, après deux ans seulement, je m’y sens vraiment chez moi. 

 

wayfairer henri fayolle nouvelle zélande
Nicolas & Olivier de All Mountain NZ (au milieu) avec Henri Fayolle (gauche) & Arie McOnie (droite) de Wayfairer

 

Tu as beaucoup voyagé au cours de ces deux dernières années, qu'as-tu appris ?

Après avoir parcouru énormément de kilomètres durant une courte période, je me suis rendu compte, en m’intéressant à ce que cela représentait en terme d’émissions de gaz à effet de serre, que c’était bien au-delà de l’acceptable. D’après l'accord de Paris sur le climat, chaque individu doit limiter sa production de carbone à 2 tonnes par an. Or, un aller-retour Paris/Maurice produit déjà 11 tonnes de carbone !

Cela a-t-il changé ta façon de voyager ?

Le voyage a été tellement enrichissant pour moi que je ne me voyais pas pour autant arrêter de voyager mais cela a complètement changé ma vision du tourisme, oui. Je me suis demandé ce que l’on pouvait faire pour voyager tout en réduisant au maximum l’impact que nos activités et nos déplacements ont sur la planète.

 

Nicolas Roger Le Petit Journal Auckland

Nicolas Roger

Responsable des éditions Australie et Nouvelle-Zélande @ lepetitjournal.com
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Philippines Appercu

200 tonnes de coquillages géants saisies aux Philippines

C’est un bien triste record qui vient d’être battu sur l’archipel de Palawan aux Philippines : 200 tonnes de coquillages géants ont été saisies par les autorités locales

Sur le même sujet