Mardi 25 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

YASMINA KHADRA - "Je suis exclu de la francophonie"

Par Lepetitjournal Alger | Publié le 11/12/2014 à 23:00 | Mis à jour le 16/12/2014 à 16:04

Alors que son dernier roman "Qu'attendent les singes?" est paru en avril dernier, l'écrivain algérien Yasmina Khadra, auteur de L'Attentat, Ce que le jour doit à la nuit, a fait escale à l'Institut français de Valence. L'occasion d'aborder l'avenir de la francophonie.


Lepetitjournal.com : Vous dites souvent que vos romans sont des passerelles entre les peuples, est-ce le cas de la langue française ?

Yasmina Khadra (photo archives lepetitjournal.com) : La littérature ne relève pas de la langue, elle relève du don de soi. On peut écrire dans n'importe quelle langue si on est sincère et si on est vraiment porté par un élan humain, on ne peut qu'atteindre les gens. La langue française elle est nécessaire car c'est aussi un instrument de communication partagé par plusieurs peuples qui nous permet de nous comprendre. A condition de la défendre. La francophonie, si elle agit uniquement comme une main tendue à la prévarication, ça ne sert à rien. Moi personnellement je suis exclu de la francophonie, vous trouvez ça normal ? Cette institution ne reconnait pas ceux qui font quelque chose pour la langue française. Je suis quand même l'écrivain francophone le plus traduit au monde.. Lire la suite sur notre édition de Valence

lepetitjournal.com Alger

Lepetitjournal Alger

L'édition d'Alger de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Alger

Apprendre la langue du pays d’accueil : au boulot les expats !

Faut-il apprendre la langue de son pays d’accueil ? La question, qui semble rhétorique, cache en réalité de nombreuses subtilités. Des habitués de l’expatriation nous racontent leurs difficultés...

Que faire à Alger ?

Lisbonne Appercu
LITTERATURE

"La dépossession", un roman de Rachid Boudjedra

L´écrivain algérien Rachid Boudjedra renoue avec son univers dans son dernier roman "La dépossession" où il est question de mémoire du colonialisme français, corruption et islamisme.

Sur le même sujet