Varsovie

FESTIVAL INTERNATIONAL DE THEATRE FRANCOPHONE A POZNAN - La langue française à l’honneur à travers le théâtre contemporain

La semaine dernière si vous étiez à Poznan, vous étiez peut-être en train d’écouter un portrait de la nouvelle dramaturgie et du théâtre en Suisse, d’être éclairé sur la situation du 6ème art en France, de vous émouvoir devant la pièce Histoire de l’Homme ou de discuter avec des comédiens du Sud de la France, des auteurs dramatiques francophones ou encore des étudiants d’Europe centrale et de l’Est, pratiquant le théâtre et le français ! Si la 5ème plus grande ville de Pologne est un haut lieu culturel, riche d’une longue tradition dramaturgique, un tel programme est bien exceptionnel et s’inscrivait dans le cadre de la 3ème édition du festival international de théâtre francophone contemporain pour étudiants qui s’est tenue du 25 au 29 avril.

Le théâtre comme vecteur de la langue française

Le théâtre comme outil pour apprendre la langue française, il fallait y penser ! Et c’est ce qu’a fait Jan Nowak, jeune professeur passionné de théâtre, en créant dès 2009 une école devenue centre international de théâtre francophone sous le nom de Drameducation en 2011. Iris Munos, actrice, chanteuse et metteuse en scène, en devient alors co-directrice. L’objectif de l’organisation est double : apprendre le français par le théâtre mais aussi promouvoir le théâtre francophone contemporain. Et pour cela, de nombreuses activités sont imaginées : formation d’acteurs bilingues (français/polonais), animations de stages théâtraux et linguistiques pour jeunes, traductions et publications de pièces contemporaines écrites en français, organisation de tournées de spectacles francophones en Pologne et depuis 2014, l’organisation d’un festival international de théâtre francophone pour étudiants et un autre pour lycéens.

Alors que l’apprentissage de la langue française est en perte de vitesse en Pologne, les organisateurs du festival semblent avoir trouvé le moyen de la promouvoir et de lui rendre tout son attrait. Ainsi, vendredi dernier, 5 troupes de lycéens venant de toute la Pologne, ont présenté des pièces en français écrites spécialement pour eux. Créé selon le principe « 10 sur 10 », le festival requiert de 10 dramaturges francophones qu’ils écrivent une pièce de 10 pages pour 10 comédiens, et pour cette édition, en 10 jours dans une résidence d’artistes en Pologne. Ces pièces ont été publiées dans un recueil intitulé 10 sur 10- pièces francophones à jouer et à lire. 

Et pour ce qui est du festival pour étudiants, ce sont 7 troupes d’Europe centrale et de l’Est (Biélorussie, Ukraine, Albanie, Arménie) qui se sont produites sur scène.  

Ce qui interpelle le spectateur, c’est bien le haut niveau de maîtrise de la langue française ! Le texte théâtral sert de support pour travailler la grammaire et le vocabulaire et surtout, permet de pratiquer la langue. Alors que les jeunes ont souvent peur de s’exprimer dans une langue étrangère, la scène, en les abritant derrière un personnage, leur permet d’oser. Et puisqu’il s’agit uniquement de pièces d’auteurs francophones contemporains, c’est un langage vivant et parlé qui est appris. 

La promotion du théâtre francophone contemporain

Lors de la cérémonie de clôture du festival, Luc Tartar, auteur dramatique français et membre du jury du festival pour lycéens, disait son émotion d’avoir vécu une semaine à Poznan où le français était un bien commun. Mais au-delà de la langue française, ce qui unit tous les participants au festival, c’est avant tout une passion pour le théâtre, qu’ils transmettent avec enthousiasme au public. 

Car le festival est bien sûr aussi le lieu de promotion des textes dramaturgiques francophones contemporains et de leurs auteurs. Qu’ils soient québécois, africains, français, belges ou suisses, des rencontres permettaient de découvrir leur parcours, leur rapport à l’écriture et leur œuvre grâce aux lectures faites par une troupe de comédiens d'Arles. Elles étaient aussi l’occasion d’échanger et de réfléchir sur la dramaturgie francophone contemporaine. Cette dernière semble se caractériser par ses thèmes, profondément ancrés dans le monde contemporain justement. Les pièces présentées par les étudiants et lycéens abordaient ainsi des sujets souvent graves, comme la violence, le rejet de la différence, l’inhumain dans nos sociétés de manière grinçante, ironique, touchante… Le public a pu apprécier des spectacles de qualité, montrant une belle présence scénique, un engagement fort des comédiens ainsi qu’une liberté et une certaine inventivité dans l’interprétation des textes.

            

Un lieu de rencontres et de partage

Enfin, le festival de théâtre francophone de Poznan est une belle aventure humaine, où se créent des liens interculturels et intergénérationnels forts. Lieu de rencontres improbables entre étudiants et lycéens des pays d’Europe centrale et de l’Est et professionnels du théâtre venant des Caraïbes, de France, de Belgique, de Suisse ou d’Afrique, habituellement séparés par des milliers de kilomètres, il est un véritable espace de dialogues entre différents pays et cultures. 

Pour la 3ème année consécutive, le festival international de théâtre francophone contemporain a été une réussite et ce, grâce au travail acharné de ses directeurs, Jan Nowak et Iris Munos. Mais ce rendez-vous unique se produira désormais tous les deux ans avec une durée certainement allongée de quelques jours. Car le couple organisateur ne manque pas d’idées pour pérenniser son succès ! Souhaitant toujours partager l’amour du théâtre et de la langue française avec le plus de monde possible, ils vont jusqu’à projeter d’offrir l’hébergement pour ceux qui voudraient assister au festival et qui n’habitent pas Poznan ! Affaire à suivre… Mais comptez sur le petitjournal.com/Varsovie pour vous tenir informés de toutes les nouveautés concernant la prochaine édition ! 

© Photos : Drameducation, Natalia Gruszka Fotografia (spectacle "Henri" de la troupe "Compagnie du Vendredi" de Gdynia ; spectacle "Histoire de l'Homme, tome 1" de la troupe "Atelier" de Minsk), Hélène Sancey-Dodivers (rencontre sur la nouvelle dramaturgie française avec Michel Bellier, Marie-Thérèse Picard, Luc Tartar, Stéphane Godefroy et Emile Zeizig ; devant le Teatr Polski de Poznan) 

Hélène Sancey-Dodivers (lepetitjournal.com/Varsovie) - Jeudi 5 mai 2016

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook

 

SANS-ABRI – Un combat permanent

Le nombre de sans-abri à Varsovie a fait un bond de 37% depuis 2013, d’après une récente étude. Comment ces personnes sont-elles prises en charge ? Quelle politique adopte le gouvernement à leur…

AGENDA DU WEEK-END- Les bons plans

Ce week-end à Varsovie promet d'être rempli : festival de la glace, fête de la Saint Jean, spectacles de rue, séance de yoga... Il y en a pour tous les goûts pour profiter comme il se doit des…
Une internationale

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

EXPATRIATION – 10 pays pour booster sa carrière

Etats-Unis, Royaume-Uni, Taïwan... Sur la base des réponses apportées par 14.000 personnes expatriées (de toutes nationalités), la dernière enquête publiée par InterNations compile les pays où il faut s’expatrier si l’on veut booster sa carrière. L'Europe est mal classée.

COACHING - Le sacrifice du conjoint suiveur

Selon une enquête récente auprès de la population francophone expatriée, 49% des conjoints suiveurs en recherche d’emploi auraient le sentiment d’avoir sacrifié leur carrière*. Ce chiffre m’a interpellée, car je trouve cela dommage de voir autant de personnes qui voient leur expatriation comme un sacrifice de leur carrière. 
Expat - Politique
Magazine