A la Une

PORTRAIT – Découvrez Anaïs blogueuse et aventurière

Anaïs a tout plaqué en 2014 : routine, confort, sécurité, dans le but de se retrouver avec elle-même et de s'ouvrir à de nouvelles perspectives. Fondatrice du blog "travellingwheelberries.com", elle y partage ses aventures, recettes et découvertes en bien-être et développement personnel. lepetitjournal.com/Perth a souhaité en savoir plus sur cette jeune française de 31 ans qui a passé 2 ans en Australie dont 4 mois à Perth.

 

Lepetitjournal.com/Perth – Dites-nous en plus sur vous: quel est votre parcours, que faisiez-vous avant de partir?
Anaïs : Avant de partir à l’aventure je vivais le parfait rêve sponsorisé par la société ;-) En effet j’avais un bel appartement bien décoré dans lequel je vivais avec mon compagnon dans le centre de Lyon. Je possédais un tas de chaussures à talons, de sac à mains et une belle voiture bleue. Je travaillais comme décoratrice commerciale chez Fly depuis plus de 3 ans en CDI, avec un salaire qui tombait chaque fin de mois, que je dépensais pour la plupart dans mes abonnements (internet, canal+, salle de sport (à laquelle j’ai dû me rendre 5 fois dans l’année)) en fringues et en sorties à l’aide de mes tickets restos et chèques vacances fournit par mon entreprise… haha vous excuserez mon sarcasme, ma vie était plutôt cool en vrai juste un peu trop routinière à mon goût.


Pourquoi avez-vous ressenti ce besoin de partir et tout laisser derrière vous ?
J’ai été élevée par des parents un peu « Gipsy » sur les bords qui n’ont jamais cessé de bourlinguer, et j’ai toujours eu ce goût du voyage ancré en moi.
La vie m’a entrainé dans ce tourbillon banal qui s’en suit, étude, boulot, vie de couple et routine. Tout s’est enchainé et ce n’était jamais le bon moment pour voyager, je trouvais toujours de bonnes (ou mauvaises) excuses.
Mais ce besoin d’explorer me rongeait doucement de l’intérieur. Parallèlement j’étais, après avoir trop tard compris l’importance de parler une autre langue, très complexée par mon niveau littéralement inexistant en anglais.
Après de longues années de frustration à l’aube de mes 29 ans j’ai enfin pris la décision de tout lâcher et de me lancer, j’arrivais à la fin d’un cycle, c’était le bon moment.
De plus c’était ma dernière chance d’obtenir un visa vacances travail avant mes 30 ans (bon maintenant c’est jusqu'à 35 ans mais ce n’était pas le cas en 2014).
J’ai donc choisi l’Australie, pays dans lequel j’envisageais de venir pour 6 mois afin d’améliorer mon anglais avant de rentrer et reprendre une vie « normale » mais bon tout ne s’est pas passé comme prévu car je ne suis toujours pas rentrée…


Quels sont les pays que vous avez visités ?
Je n’ai pas visité tant de pays que ça car j’ai commencé à voyager tard et aussi parce que j’aime passer du temps et vraiment m’imprégner des pays dans lesquels je me rends. J’ai pas mal voyagé en Europe durant mes vacances, et lorsque j’ai décidé de tout quitter j’ai réalisé mon premier long voyage en partie seule en Chine. Avant l’Australie je me suis arrêtée en Nouvelle Calédonie pour rendre visite à mon père, nous sommes allés ensemble au Vanuatu, j’ai ensuite passé 2 ans en Australie, 1 mois au Philippines, 1 mois en Thaïlande et 5 mois en Nouvelle Zélande… Pour être honnête je n’ai clairement plus envie de m’arrêter…


Que vous ont appris ces voyages ?
Énormément de choses c’est difficile de tout citer… mais je dirais avant tout que le voyage m’a permis de faire une grande introspection et d’apprendre beaucoup sur moi-même, ce qui m’a permis de prendre confiance en moi. J’ai la sensation de savoir qui je suis et aujourd’hui je suis fière de tout ce que j’ai accompli jusqu’ici et de qui je suis devenue. Plus rien ne me fait vraiment peur, tout me semble possible, le voyage donne vraisemblablement des ailes ! Ces 3 années m’ont rendue plus curieuse, tolérante et ouverte d’esprit. J’ai également clairement développé mes capacités de socialisation et d’adaptation.
En parallèle des changements psychologiques j’ai acquis de nombreuses nouvelles compétences professionnelles grâce aux multiples boulots exercés durant mes périples. Et pour finir j’ai atteint mon but premier car je suis désormais fluente en anglais, et ça entre nous ce n’est pas rien, et surtout ça me facilite la vie dans mes nouveaux voyages !


 
Quelle(s) expérience(s) vous aura le plus marqué jusqu’ici ?
Alors là c’est dur à dire tant ma vie fut intense ces 3 dernières années, j’ai multiplié les expériences extraordinaires qui m’ont toutes marquées à leur façon! Comment choisir entre : 2 mois passés en mer avec mon père, 5 mois en ferme au sein d’une famille australienne, un raid en 4x4 dans la partie la plus reculée d’Australie, un road trip en vélo avec ma mère en Tasmanie, une semaine immergée au sein d’un famille philippine, un baptême de plongée dans des eaux paradisiaques, une retraite de yoga en Thaïlande, tomber amoureuse et vivre quelques mois avec un bel anglais, voyager pendant 3 jours dans un camion routier au nord de l’Australie, travailler et vivre dans l’un des quartiers branché de Melbourne, sauter en parachute 2 fois de suite dans un des plus beau paysage de Nouvelle Zélande, s’endormir sous un ciel étoilé comme on en a jamais vu, chanter autour du feu sur un son de guitare, passer la nuit sur une ile déserte… et j’en passe tellement la liste est longue…


Où en êtes-vous aujourd’hui ? Où êtes-vous, quels sont vos projets à venir ?
Je suis aujourd’hui pleinement épanouie, je suis reconnaissante de pouvoir vivre tout cela et je remercie la vie de m’offrir tant de surprises et de bonheurs. J’apprécie l’apprentissage que le voyage m’offre je m’enrichis et je grandis chaque jour un peu plus. Pour toutes ces raisons je pense honnêtement que le choix de partir fut la meilleure décision de ma vie !!
Je continue mon chemin et me trouve aujourd’hui en Nouvelle Zélande où je continue d’explorer et d’expérimenter.
Mes projets à venir sont tout aussi excitants car dans quelques mois je vais rejoindre mon père en Nouvelle Calédonie et nous allons voyager en voilier à la découverte d’îles désertes, à en croire les légendes on pourrait même trouver un trésor enfoui depuis des décennies (moi qui adore les aventures de pirates).
Après cela j’envisage un retour en Australie mon pays d’adoption pour lequel je suis considérablement tombée en amour… et pour la suite… et bien je ne suis pas bien sûr encore… mais ce qui est sûr c’est que je ne vais pas rester immobile !

 

Laetitia, www.lepetitjournal.com/perth le 21 mars 2017

Et pour ne rien rater, inscrivez-vous gratuitement à la newsletter du journal et likez la page Facebook de votre édition!

 

Pour découvrir le blog et la page Facebook d'Anaïs:
http://www.travellingwheelberries.com/
https://www.facebook.com/thetravellingwheelberries/

Les articles d'Anaïs concernant son séjour en Australie:
http://www.travellingwheelberries.com/2017/03/mon-extraordinnaire-raid-australien-en.html
http://www.travellingwheelberries.com/2017/01/ma-vie-de-reve-la-ferme-pour-un-second.html
http://www.travellingwheelberries.com/2016/12/la-magie-dun-noel-au-soleil.html
http://www.travellingwheelberries.com/2016/10/la-tasmanie-velo.html

 

VOUS AVEZ AIME CET ARTICLE? PARTAGEZ-LE!

 
Perth

REVUE DE PRESSE - L'actu décalée: quelques infos insolites sur l'Australie

 La revue de presse de l’actu décalée est de retour pour un petit tour d’horizon des informations insolites australiennes qui ont marqué les médias francophones ces dernières semaines. Ce mois-ci les nouvelles se font rares, en cause, la période estivale dans l’hémisphère nord. Une période synonyme de vacances et de ralentissement de l’activité. Mais quand il s’agit de l’Australie, on trouve toujours quelques news incongrues à se mettre sous la…
Actualité Australie

REVUE DE PRESSE - L'actu décalée: quelques infos insolites sur l'Australie

 La revue de presse de l’actu décalée est de retour pour un petit tour d’horizon des informations insolites australiennes qui ont marqué les médias francophones ces dernières semaines. Ce mois-ci les nouvelles se font rares, en cause, la période estivale dans l’hémisphère nord. Une période synonyme de vacances et de ralentissement de l’activité. Mais quand il s’agit de l’Australie, on trouve toujours quelques news incongrues à se mettre sous la « plume ». Au programme : « Y a-t-il un pilote dans l’avion ? », Astérix et les Australiens, Marsupilamis hilares…. 
Une internationale

FRANÇAIS EN INDONÉSIE - Chanee le protecteur des gibbons

Aurélien Brulé dit Chanee est français et installé en Indonésie depuis 19 ans. Il est le fondateur de la fondation Kalaweit qui recueille les gibbons, ces petits singes à la fourrure laineuse. Au nombre de vues des ses vidéos sur internet, il est également un des principaux défenseurs de la forêt tropicale et de sa faune. Chanee nous raconte son parcours et son combat quotidien face à la déforestation 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine