PSYCHO – Dire au revoir, c’est de saison

Le mois de juin est là, et le flot des départs approche. Certains vont perdre sa ou son meilleure ami(e), son groupe de copains, sa maison. Et vient le moment où il va falloir faire les cartons, et se projeter dans une nouvelle vie… C’est une étape pas toujours facile à passer, Anne Liénart évoque dans un billet tout en sensibilité la délicate question d’actualité du départ.

Partir c’est avancer sans effacer le passé. « Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, je vous propose d’essayer la routine… Elle est mortelle » nous dit Paulo Coehlo. Certes un peu rude, cette citation a le pouvoir de voir le côté positif de la situation. L’impression ressentie est parfois de perdre quelque chose en partant, alors que nous ne faisons que continuer le chemin vers de nouvelles aventures. Vous avez choisi l’expatriation, c’est souvent pour le goût de l’aventure et de la recherche de nouvelles expériences culturelles et professionnelles. Mais rien que l’idée de refaire ses cartons, et de se réadapter à une nouvelle vie peuvent nous fatiguer d’avance et nous traumatiser. Et ça, il faut pouvoir le gérer. Ce n’est pas une chose si facile ni anodine, et il est important de bien le prendre en compte.

Face au changement, nous pouvons avoir plusieurs réactions en enfilade, c’est un travail de deuil petit ou grand selon les circonstances, il faut du temps au temps et être capable de voir et laisser défiler ses émotions au fil du temps. Les étapes « classiques » du deuil sont :

  • le déni : après l’annonce de la nouvelle du changement à venir, on reste un peu sidéré, on « avale la nouvelle », et quelque part on n’y croit pas vraiment, on a besoin de temps pour se l’approprier
  • la colère : si la nouvelle ne nous convient pas, il peut y avoir cette phase de colère. Si la colère est là, il est important de ne rien prendre comme décision dans cette phase et de laisser cette colère s’exprimer, puis passer.
  • la tristesse : c’est le début de l’acceptation, on est prêt à fermer un chapitre pour en ouvrir un autre, c’est le moment opportun pour se rendre compte des bons moments passés dans cet endroit, les intégrer dans le cœur car même si on est triste de partir et de laisser ses amis, ces moments ne seront jamais effacés, ils ont été vécus et c’est le moment de les remettre en avant pour mieux les intégrer pour toujours.
  • l’acceptation : c’est le début de la reconstruction, on fait le bilan de ce qu’on a aimé dans cette expérience, et de ce que l’on veut changer ou éviter de reproduire. C’est l’époque des rêves, d’une vie sur mesure, tout est possible !

On peut bien sûr passer par cette trame ou pas, on peut faire des aller-retour dans cette évolution, on peut être très heureux de partir et ne vivre aucun « deuil ».

Mais il est important à chaque changement de prendre le temps de faire ce petit travail d’introspection afin de remettre bien les choses à leur place dans notre biographie. C’est l’époque des mises au point où l’on prend conscience de ce que l’on aime, et de ce qui nous convient afin d’aller vers ce qui nous ressemble le mieux.

Fêtons alors les bons moments, les amis gagnés qu’on retrouvera d’une manière ou d’une autre, les mauvais côtés qu’on laisse en arrière et l’avenir qui reste à découvrir.

Les déménagements restent une source de stress maximum, il est important de faire les choses étapes par étapes, retrousser ses manches, et se projeter dans l’après-déménagement afin de garder un objectif qui nous porte en tête. Ce ne sont que quelques jours, quelques semaines, et finalement une étape pas si énorme au regard d’une vie !

Un proverbe touareg dit « au premier voyage, on découvre, au second on s’enrichit»…. Imaginez au bout de tant de voyages et de changements de lieux de vie, à quel point vous êtes riche ! Symboliquement, il est important de saluer le pays qui vous a accueilli que vous l’ayez aimé ou non, et si vous l’avez particulièrement aimé, emportez-le dans votre cœur, il restera une ressource à vie.

Anne Liénart (www.lepetitjournal.com/jakarta) vendredi 11 août 2017

(Première diffusion mardi 13 juin 2017)

 

SAVOIR VIVRE - 5 conseils pour se sentir à l'aise au quotidien en Indonésie

Ici plus qu’en Europe les traditions restent vivaces et font partie de la vie quotidienne. Même si en raison du grand nombre d’ethnies, de langues, de religions les influences sont très diverses il n’en demeure pas moins que le comportement en société est guidé par des règles et des habitudes que l’expatrié ou le visiteur de passage ne peut ignorer. Afin de respecter les sensibilités de chacun et d’éviter les faux pas voici 5 recommandations qui…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine