À LA DÉCOUVERTE DES ÎLES MOLUQUES - Les mangroves et les crabes de Kei Kecil

 

Il y a quelque temps, nous vous avons présenté l’initiative de WWF dans le domaine de la pêche durable et de notre décision d’adhérer au programme Seafood Savers. Les audits se sont acheés avec succès et cette semaine, nous signons officiellement l’accord entre Komunal 88 et le WWF, accord qui nous verra joindre les rangs de Seafood Savers.

Justement, afin de préparer les futurs menus, Chef Nicola et moi nous sommes rendus à Kei Island pour y rencontrer une communauté de pêcheurs de crabes au fond des mangroves des Moluques du sud-est (Maluku Tenggara). Contrairement aux idées reçues, en effet, les crabes, homards et crevettes les plus prisés d’Indonésie ne viennent pas de Makassar (qui certes a su les faire cuire avec panache) mais des Moluques ou d’Irian Jaya.

Un des crabes que l’on pêche à nouveau désormais à Kei

Le bureau local du WWF à Kei soutient et anime les efforts d’une petite communauté de pécheurs, un ‘kelompok’ en Indonésien, dont le leader, Pak Bosko a souhaité agir pour protéger les deux espèces de crabes de mangroves dont sa communauté dépend : les crabes terrestres et les crabes aquatiques.  Il se souvient en fait qu’il y a 15 ans, lorsqu’il a commencé à pêcher avec son père, la taille des prises était beaucoup plus grosse que ces dernières années.  Conscient de devoir protéger le futur de leur activité, il a donc œuvré pour convaincre les dix pêcheurs dont il assume la responsabilité de souscrire au code de conduite du WWF pour la pêche durable. Son groupe a alors commencé il y a presque deux ans, début 2016, une pêche durable.


Pak Bosco nous montre comment manipuler un crabe une fois pris

Comment se pratique cette pêche : la communauté tresse des pièges en bambou, matériau local, facilement dégradable et durable.  Ces pièges doivent être particulièrement résistants car les crabes sont gros et puissants.  Ils sont bien entendu faits à la main, suivant des techniques ancestrales qui sont transmises de génération en génération.


Le piège en cours d’élaboration


Une fois fini, de grosses mailles impénétrables


Chaque pêcheur part en pirogue au fond d’un bras de mer recouvert d’une mangrove d’une vigueur remarquable.  Le départ se fait à l’étale de  marée basse car les crabes sont sensibles aux empreintes et aux odeurs.  Les pièges posés la veille sont inspectés, un appât y est remis et ainsi de suite.  Un travail assez dur d’une dizaine d’heures chaque jour. Les  pièges sont posés à la fois dans des zones submergeables et sur les boues hors d’eau pour favoriser la prise des deux espèces qui vivent dans la mangrove.

En quoi cette pêche est-elle durable ? Que font-ils pour s’en assurer? Ils s’imposent deux règles de conduite : d’une part, respecter une taille minimale en dessous de laquelle ils relâchent les prises, d’autre part, une relâche fréquente des femelles (fonction du résultat du jour) mais systématique dans le cas de femelles sur le point de pondre leurs œufs.

Et les résultats sont là. Les crabes, dont la longévité est d’environ quatre ans ont déjà retrouvé une taille considérable et les prises d’animaux dont la carapace excède 20 cm deviennent de plus en plus fréquentes.

La suite des évènements pour nous ?  Nous allons continuer le travail avec ce groupe de pêcheurs pour tenter de faire remonter vers eux une partie de la valeur ajoutée, tentant ainsi de transformer une matière première en produit plus travaillé, prêt à être utilisé par les restaurants.

Affaire à suivre.

(www.lepetitjournal.com/jakarta) mercredi 10 mai 2017

Crédit Photos : JC

Cet article est sponsorisé par Komunal88 qui vous encourage à manger sainement.
Tel (021) 719-4673Komunal 88 est ouvert 
chaque jour de 07h00 à 20h00
le weekend (vendredi, samedi et dimanche) de 07h00 à 22h00
Jl. Ampera Raya NO 5-6 / Pejaten Barat / map http://bit.ly/Komunal-88
Tel (021) 719-4673
 

SAVOIR VIVRE - 5 conseils pour se sentir à l'aise au quotidien en Indonésie

Ici plus qu’en Europe les traditions restent vivaces et font partie de la vie quotidienne. Même si en raison du grand nombre d’ethnies, de langues, de religions les influences sont très diverses il n’en demeure pas moins que le comportement en société est guidé par des règles et des habitudes que l’expatrié ou le visiteur de passage ne peut ignorer. Afin de respecter les sensibilités de chacun et d’éviter les faux pas voici 5 recommandations qui…
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine