Jakarta

ELECTION DU GOUVERNEUR – Epilogue d’une campagne tumultueuse

Le 19 avril, deux mois après le premier tour, près de 7 millions d’électeurs sont appelés à désigner le futur gouverneur de la capitale indonésienne. Après une campagne marquée par les tensions ethniques et religieuses, Basuki Tjahaja Purnama dit Ahok, le gouverneur sortant, est au coude à coude avec l’ancien ministre Anies Baswedan. 

Ça ne devait pas faire un pli. Fort d’une très large popularité dans la capitale indonésienne, l’homme aux chemises à carreaux était présenté avant la campagne comme archi-favori à sa propre succession. Sur le papier, celui que tous surnomment Ahok avait ainsi toutes les chances de conserver le poste de gouverneur de Jakarta, dont il avait hérité en 2014 de son allié politique Joko Widodo, entre-temps devenu président du pays à majorité musulmane le plus peuplé au monde.

« La plupart des gens s’accordent à dire qu’Ahok a plutôt fait du bon travail à la tête de Jakarta, même ses adversaires le reconnaissent. Mais comme il est également chrétien, les attaques politiques se sont focalisées sur la religion », résume Yohanes Suleiman de l’université Yani de Bandung.

Portées par les islamistes radicaux, les offensives à caractère religieux ont culminé dans les accusations de blasphème à l’encontre du gouverneur sortant d’origine chinoise, occasionnant des manifestations géantes fin 2016 au cœur de la capitale, puis l’ouverture en décembre d’un procès toujours en cours.

Ce climat de confusion autour de l’ex-favori a notamment permis à son principal adversaire, Anies Baswedan, ancien ministre de l’éducation de refaire son retard dans les sondages, jusqu’à talonner Ahok lors du premier tour, avec 40% des suffrages.

Mais malgré le « brouhaha » autour du scrutin, Tobias Basuki du centre des Études internationales et stratégiques (CSIS), n’a pas le sentiment que l’élection d’Anies le musulman ou d’Ahok le chrétien change foncièrement les politiques en cours à Jakarta.

 « Il y a des variations mais pas de différences fondamentales entre les programmes des deux candidats. Tous deux ont des propositions sur l’éducation, la santé, le logement… Ce qui les distingue c’est qu’Ahok, lui, a déjà commencé à les mettre en œuvre avec un certain succès. »

Reste que si cette élection locale a été si âprement disputée, c’est aussi qu’elle comporte une forte dimension nationale, tant l’exposition médiatique du gouverneur de la mégalopole de plus de 10 millions d’habitants est importante. De quoi attiser la convoitise de ceux qui lorgnent vers le palais présidentiel Merdeka et voient en Jakarta un tremplin pour y accéder.

Joël Bronner (www.lepetitjournal.com/jakarta) mercredi 12 avril 2017

 

 
A la Une à Jakarta

FASHION - Rencontre avec le directeur d’ESMOD Jakarta

Le couturier français Yves Saint Laurent sera à l’honneur dans la capitale indonésienne à partir du 29 mars à travers une exposition photographique de sa première collection présentée au Plaza Indonesia. L’occasion pour nous de nous questionner sur la creation de la mode en Indonésie. Nous avons rencontré un ambassadeur du savoir-faire français, Patrice Desilles, directeur de l’école Esmod qui forme depuis 15 ans les stylistes indonésiens de…
Une internationale

FRANÇAIS EN INDONÉSIE - Chanee le protecteur des gibbons

Aurélien Brulé dit Chanee est français et installé en Indonésie depuis 19 ans. Il est le fondateur de la fondation Kalaweit qui recueille les gibbons, ces petits singes à la fourrure laineuse. Au nombre de vues des ses vidéos sur internet, il est également un des principaux défenseurs de la forêt tropicale et de sa faune. Chanee nous raconte son parcours et son combat quotidien face à la déforestation 
Actu internationale
En direct d'Asie Pacifique
Nouvelle-Calédonie - Actualité

CHARLES AZNAVOUR - Il n'est jamais trop tard

Charles Aznavour a accepté de répondre aux questions des éditions de Perth et de Nouvelle-Calédonie, qui ont la joie de vous proposer cette…
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine