Les élections présidentielles françaises ont elles une influence sur l’achat immobilier ?

Influencé par des peurs parfois réelles et souvent infondées, le marché des transactions immobilières connait presque toujours une baisse lors des années électorales. Pourtant, différer une acquisition n’est pas la solution. Explications.

Seul 2002 a jusqu’à maintenant échappé à la règle. Depuis 1974, à cette exception près, toutes les années électorales ont été synonymes d’une baisse de l’évolution des transactions dans l’immobilier ancien. Effrayés par une instabilité fiscale supposée, les acquéreurs préfèrent remettre leurs projets d’investissement à plus tard. Pourtant, quels que soient les gouvernements élus depuis 30 ans, l’immobilier est toujours resté la meilleure forme d’investissement. Pour preuve : le nombre de transactions repart toujours à la hausse l’année suivante.

 

Les programmes immobiliers des principaux candidats

2017 ne fait pas exception. Les différents candidats ont eu l’occasion d’exprimer leur point de vue sur le secteur de l’immobilier. Voici quelques extraits des propositions des principaux candidats.

François Fillon souhaite mettre fin à l’encadrement des loyers. Il propose également la création d’un bail à loyer modéré avec des avantages fiscaux pour les propriétaires et la possibilité d’expulser plus facilement les locataires ne payant pas leur loyer. Côté fiscalité, il souhaite une baisse des droits de mutation à titre onéreux et un retour à l’exonération des plus-values après 15 ans.

Marine Le Pen souhaite également revoir l’encadrement des loyers afin d’éviter que de nombreux propriétaires se tournent vers la location saisonnière et des activités illégales. Elle explique aussi vouloir alléger la fiscalité locale pesant sur le logement et réduire les droits de mutation de 10%.

Emmanuel Macron est lui plus réservé sur l’encadrement des loyers et souhaite « donner du temps au temps » afin de juger des résultats de cette mesure sur une plus longue période. Il ne souhaite pas non plus revenir sur l’exonération des plus values immobilières fixée aujourd’hui à 22 ans. Il est par contre bien décidé à encourager la rénovation énergétique.

Même son de cloche du côté de Benoit Hamon en ce qui concerne la rénovation énergétique. Le candidat socialiste souhaite par contre appliquer la mesure d’encadrement des loyers en Île de France et dans 13 grandes métropoles françaises.

Quant à Jean-Luc Mélenchon, il est bien décidé à étendre l’encadrement des loyers et même à le durcir. Il réfléchit également à une mesure d’encadrement des prix de l’immobilier à la vente et à une augmentation de l’impôt sur les transactions les plus élevées.

 

L’heure n’est pas à l’hésitation, cela reste le meilleur moment pour investir

Même s’il est normal de vouloir anticiper et de prendre en compte une évolution possible de la fiscalité ou des différentes règles régulant le marché locatif, il est important de garder en tête que l’immobilier a toujours été, est et restera un investissement sûr et rentable. Les critères de réussite d’un investissement locatif ne sont pas à chercher dans le programme des candidats, trop hypothétiques et sujets à variation. C’est au contraire sur une somme d’éléments tangibles qu’il faut s’appuyer.

La demande locative à Paris, Lyon ou Bordeaux sera toujours forte quoi qu’il arrive. Le dispositif du déficit foncier, qui vous permet de payer moins d’impôts grâce à la rénovation d’un appartement ancien, relève du droit commun et ne risque pas de disparaître (à la différence du dispositif Pinel, qui concerne les logements neufs et qui est sans cesse remis en cause). De plus, en ce début d’année 2017, vous avez encore la chance de pouvoir emprunter à des taux historiquement bas. Il serait dommage de ne pas profiter de cette occasion en or. Grâce à l’effet de levier, qui que soit notre prochain président, vous améliorez considérablement la rentabilité de votre investissement !

Enfin, si comme lors de chaque année électorale les acheteurs deviennent frileux, la concurrence sera moins forte et les vendeurs recevront moins d’offres. Vous pourrez alors négocier un meilleur prix ! Et si vous transformiez cette année 2017 en opportunité ?

Envie d'en savoir plus sur l'investissement locatif ?

 >> Contactez-nous <<

 

Une internationale

FRANÇAIS EN INDONÉSIE - Chanee le protecteur des gibbons

Aurélien Brulé dit Chanee est français et installé en Indonésie depuis 19 ans. Il est le fondateur de la fondation Kalaweit qui recueille les gibbons, ces petits singes à la fourrure laineuse. Au nombre de vues des ses vidéos sur internet, il est également un des principaux défenseurs de la forêt tropicale et de sa faune. Chanee nous raconte son parcours et son combat quotidien face à la déforestation 
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine
En direct de nos éditions locales