TEMOIGNAGE - A la rencontre des guérilleros des FARC en Colombie

Partie à la découverte de la Colombie amazonienne, j’ai eu la chance de partager le quotidien des guérilleros FARC pendant quelques jours fin avril 2017. Après plus de 52 ans de conflit armé, les accords de paix sont porteurs d’espoir tant pour les combattants FARC que pour la société civile colombienne. Mais la mise en place de ces accords n’en constitueront pas moins un défi important à relever pour les années à venir. 

Travaillant comme volontaire sur un projet de permaculture dans la jungle, tout a commencé avec la rencontre de travailleurs sociaux qui s’occupent d’ateliers de discussions dans le camp des FARC établi à quelques dizaines de kilomètres du lieu du projet. Lorsqu’ils m’ont proposé de les accompagner, j’ai tout d’abord été surprise : ces guérilleros dont j’avais seulement entendu parler dans les médias, ces soldats qui mènent une guerre contre l’Etat colombien depuis des dizaines d’années... Il me serait donc possible de les rencontrer ? Puis la surprise a laissé la place à la peur :  allais-je vivre avec des combattants, des terroristes ?  Et la curiosité l’a finalement emporté - nous n’avons n’a pas tous les jours la chance de découvrir de l’intérieur la plus ancienne guérilla marxiste du monde - et j’ai accepté.

« Bienvenue chez les FARC ! »

Nous partons tôt le matin, en commençant pas traverser le fleuve Putumayo en pirogue. S’ensuivent deux heures de 4X4 sur des routes à peine praticables, qui alternent avec des chemins de terre. Nous croisons quelques hameaux, puis plus que des pâturages et la selva (jungle amazonienne) à perte de vue. Nous devons passer plusieurs postes de l’armée colombienne qui contrôle la route pour éviter tout mouvement des guérilleros (il leur est formellement interdit de sortir du camp). Enfin, on voit apparaitre le drapeau colombien aux armes des FARC qui signale le camp et le check point d’entrée, contrôlé conjointement par l’armée colombienne et les sentinelles de la guérilla.

« Bienvenue chez les FARC ! » me lance-t-on dès mon entrée dans le camp. >> Lire la suite sur notre édition de Bogota

Lire aussi la deuxième partie du témoignage : TEMOIGNAGE - Le quotidien dans un camp des FARC

 
Une internationale

EXPATRIATION – Gérer des vacances “obligatoires”

Passer du temps en famille pendant les vacances en France ? Obligé ! Faire des centaines de kilomètres en quelques jours pour arriver à apercevoir tout le monde ? Obligé ! Frôler la crise de foie ? Obligé ! Vous rêviez de repos, de changer d’itinéraire, de rentrer incognito ? Ce sera pour une autre fois ! Les expatriés sont attendus (au tournant ?) lors de leur passage en France.
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 
Magazine
En direct de nos éditions locales