LOUISE EKLAND – "Le French bashing n’est plus à la mode !"

 

Les Français sont formidables, si ! si ! Et c’est une Anglaise, Louise Ekland, qui le dit ! Journaliste à la télévision et à la radio française, la pétillante jeune femme publie un livre plein d’humour, A moi les petits Français ! où elle croque nos petites manies avec bienveillance

Lepetitjournal.com : Louise, vous avez grandi à Liverpool. Pourquoi avoir traversé la Manche ? 
Louise Ekland : Je suis une saltimbanque, j’ai fait du chant, de la danse, de la comédie. J’ai commencé en faisant des tournées pour des comédies musicales en Angleterre, comme Grease, Saturday night fever.  Je suis venue à Paris en 2001 après avoir réussi un casting de danseuse pour Disneyland Paris pour le spectacle « Tarzan la rencontre ». J’étais amoureuse à l’époque d’un acrobate. Nous étions tous les deux déguisés en ouistitis… Vous imaginez ? Après quelques mois, lui est reparti, et je suis restée. J’ai continué à danser, j’ai joué dans Emilie Jolie, le rôle de l’autruche, ou de la petite fleur triste. On a fait la tournée des zéniths, l’Olympia… Je me suis installée chez vous.

Vous parlez très bien le français, ça n’a pas été trop difficile ?  
Les Français sont souvent complexés pour parler anglais. Dans votre système éducatif, l’écrit semble plus important que l’oral. Vous avez honte de votre accent. Moi je n’ai pas de honte. J’aime la langue française. A l’école, c’était une de mes matières fortes. Je devais travailler beaucoup partout sauf en français, ça me paraissait évident. Lorsque j’ai commencé pour le show, j’étais un peu perdue à cause de la langue. Pour danser avec quelqu’un il faut communiquer, c’est un travail à deux. J’ai appris comme ça à maitriser votre langue.

Finalement vous êtes restée chez nous. Ne sommes-nous pas trop difficiles à vivre ?
On dit les Français arrogants, mais j’ai toujours été très bien accueillie. Les Français sont très accueillants quand tu fais un effort. Il faut faire un pas vers eux. Quand on s’intéresse comme moi  à la richesse culturelle et gastronomique de la France, ils ont envie de partager. Mais je n’ai finalement pas épousé un Français mais un Belge (rire) ! Mais il n’a pas d’accent.

Avez-vous adopté des habitudes bien françaises ? 
Vous avez le culte de la bonne bouffe et le bon vin. Les pauses déjeuner sont longues, il y a un vrai partage autour de la nourriture.  Vous savez comment « bien » vivre.  Je suis maintenant capable de parler avec vous de gastronomie, de terroir, mais je reste mauvaise cuisinière. Et puis je ne mange pas tout : l’andouillette, c’est non ! 
On adore inviter à la maison, et c’est mon mari qui cuisine, heureusement. Moi je ne sais faire que les lasagnes ! Ce n’est pas une habitude anglaise de recevoir chez soi, on se retrouve plutôt au restaurant. Et je me suis habituée à vos débats sans fin, vous n’avez pas de langue de bois, ça me change aussi de mes compatriotes.

Crédit photo Gilles Philippot
Vous êtes aujourd’hui journaliste de télévision et radio, productrice, dans ce milieu vous avez un profil atypique…
J’ai fait des rencontres quand j’étais dans le milieu du spectacle et j’ai commencé à faire de la télévision. J’ai été très bien accueillie alors que je n’ai pas de bagage, je n’ai pas de Bac +15. Je me désole quand je vois d’ailleurs des Bac +6 qui n’ont pas de taf, c’est assez particulier. Vous aimez mettre les gens dans des cases. Chez nous, tout est possible : on peut être à la fois tennisman et trader. Je suis un caméléon, une self-made woman. Je veux faire des choses qui me ressemblent, j’aime l’intimité, les talks, les rencontres. Je ne m’interdis rien, d’ailleurs, je rêve de faire Danse avec les stars 

Votre chronique sur Europe1 « Les Français sont formidables » et votre livre « A moi les petits Français ! » sont de vraies déclarations d’amour !
Des choses m’énervent ici, mais j’aime beaucoup les défauts des Français ! Ce pays m’a offert plein d’opportunités. J’en suis reconnaissante et bienveillante. Sur Europe1, dans ma chronique je choisis un sujet qui peut valoriser la France et ses habitants, et c’est une mine d’or ! Je cherche aussi dans mon livre à apporter un regard positif sur vous, à travers mes expériences. C’est à la fois une autobiographie et une analyse sur la France.

Le french bashing n’est plus à la mode, je veux vous mettre du baume au cœur, sans être lisse. D’ailleurs les Français se marrent quand on les décortique et quand on parle d’eux alors que les Anglais s’en foutent un peu. Les Britanniques sont dans l’autodérision, les Français pas du tout.  On ne rit pas de la même manière.  En parlant de vous et en vous valorisant, je m’éclate. On n’est jamais aussi heureux que quand on conçoit quelque chose qui nous va bien !

Propos recueillis par Marie-Pierre Parlange (www.lepetitjournal.com) vendredi 19 mai 2017

A moi les petits Français !
Louise Ekland, Editions du Rocher

Retrouvez Louise Ekland tous les matin à 9h dans la matinale d’Europe1 pour sa chronique Les Français sont formidables. 

 
Une internationale
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

Un pâtissier français détenu en Chine depuis cinq mois

Un pâtissier français, employé à Shanghaï d'une chaîne de boulangeries fermée pour raisons sanitaires, est en détention depuis cinq mois en Chine, a révélé sa famille qui a lancé une pétition pour sa libération, une situation que le Quai d'Orsay suit "avec la plus grande attention".
Expat - Politique
Magazine
En direct de nos éditions locales