SAINT VALENTIN – L’amour à distance un 14 février…

Chaque année c’est la même rengaine avec la St-Valentin. Il y a ceux qui trépignent d’impatience à l’idée de célébrer l’amour dans les bras de leur moitié… Et puis il y a les autres. Ceux qui ont plutôt tendance à fredonner la chanson d’Anaïs : « Ça dégouline d’amour… C’est beau mais c’est insupportable ».

Vous n’y échapperez sans doute pas. Le 14 février, les amoureux du monde entier sont rois. Quand on est en couple c’est formidable, et quand on est célibataire, il faut serrer les dents. Nous avons choisi de nous intéresser à une troisième catégorie : ceux qui forment des couples mixtes et célèbrent la Saint Valentin autrement, et parfois à distance. 

Nous sommes donc partis à la rencontre d’Élodie et de Magali, qui, toutes les deux, ont expérimenté l’amour à distance. La première avec un Américain, originaire de Seattle, et la seconde avec un Coréen vivant à Séoul, qu’elle a rejoint au bout d’un an.

En Corée, une orgie de chocolat !

La Saint Valentin en Corée, « c'est un peu différent de la France, nous explique Magali. Ce sont les femmes qui offrent des chocolats aux hommes, mais pas qu'à leur amoureux : à tous les hommes qu'elles apprécient (patron, amis, collègues...). Mais ces derniers auront des chocolats de supermarché alors que leur copain aura de vrais chocolats, beaucoup plus fancy… Le couple est vraiment un élément important en Corée, et la St Valentin est un des grands moments de l'année. Mais c’est vrai qu’il y a aussi beaucoup d’autres jours en rapport avec l’amour… »

Le White Day par exemple a lieu le 14 mars : « Ce jour là, ce sont les hommes qui offrent des chocolats (blancs du coup...) aux femmes. Le 14 avril c’est le « Black Day ». Ce jour là, les célibataires vont manger des pâtes dont la sauce est noire et leur rappelle la noirceur de leur existence. Et le 11 Novembre il y a le Pepero day aussi. Pepero c'est la marque locale de Mikado. Comme les mikados sont des bâtons, et que les chiffres « 1 » du 11/11, rappelle la forme des bâtons, on achète à cette date des Peperos pour son copain ou sa copine... »

Pour la St- Valentin, pas question de déroger à la tradition nous explique Magali : « Dans un couple installé, je pense que ce serait mal pris de ne rien offrir parce que les Coréens sont très préoccupés par les apparences... Donc si tu n’offres rien à ton petit ami, il ne pourra pas se vanter auprès des autres qu'il a la meilleure copine... »


Avec la différence culturelle, quelle est la chose la plus difficile à surmonter ?

« Sans doute la langue, estime Magali. Ce n’est pas pour rien qu'on dit que les Français sont romantiques. On a quand même un "champ lexical de l'amour" très développé. Les Coréens, à part "je t'aime", n’ont pas vraiment de variations... et il est très facile qu’il y ait des quiproquos parce que tu ne comprends pas bien la langue de l'autre. » 

Pour Élodie, « le plus dur  avec la distance, c’est qu’il est impossible de s’appeler tous les jours à cause du décalage horaire. Du coup, il faut se fixer des moments rituels chaque semaine où chacun puisse être disponible. Ah et surtout il ne faut jamais se coucher fâché !
On reste quand même très connecté et dès que je peux prendre une photo de ce que je suis en train de faire, en train de manger par exemple, je le fais. Comme ça on peut partager les plus de petites choses possibles ». 

La distance, c’est aussi les retrouvailles !

« Les plus beaux moments, ce sont les retrouvailles, quand tu te retrouves à l'aéroport après plusieurs mois et que tu peux simplement serrer l'autre dans tes bras », explique Magali.

« Quand tu revois l’autre, tu profites beaucoup plus de l’instant présent, il y a moins de tension. L’autre avantage c’est la liberté ! Tu sors quand tu veux ! Mais c’est vrai que ça reste un point positif temporaire, qui dure tant qu’on n’est pas encore installé ».

Quelle surprise réservent ces deux jeunes femmes à leurs amoureux ?  « Je suis en train de terminer mes chocolats ! Ils sont maison, j’y ai passé presque 5h ! » dit Magali qui ne fera pas mentir la réputation de gastronome des Français. Quant à Élodie, cette année, elle a offert la Bleu Blanc Box spéciale St-Valentin

 Propos recueillis par Noémie Choimet (www.lepetitjournal.com) Lundi 13 février 2017 

 
Une internationale

FRANÇAIS EN INDONÉSIE - Chanee le protecteur des gibbons

Aurélien Brulé dit Chanee est français et installé en Indonésie depuis 19 ans. Il est le fondateur de la fondation Kalaweit qui recueille les gibbons, ces petits singes à la fourrure laineuse. Au nombre de vues des ses vidéos sur internet, il est également un des principaux défenseurs de la forêt tropicale et de sa faune. Chanee nous raconte son parcours et son combat quotidien face à la déforestation 
 Bleu Blanc Box
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine
En direct de nos éditions locales