VOYAGE – Des guides pour partir hors des sentiers battus, éthiques et durables

Loin des plages aussi paradisiaques que bondées, loin des musées dont on ressort la tête pleine et les jambes lourdes, les Guides Tao invitent les voyageurs à repenser leurs manières de faire du tourisme en proposant des guides originaux et durables, à l’approche écologique et éthique. Interview avec Pascaline DESHAYES, présidente et responsable développement de VIATAO, la maison d’édition des Guides Tao.

Lepetitjournal.com : En quoi les Guides Tao sont-ils « originaux et durables » et « écologiques et éthiques » ?

Pascaline Deshayes : Ils le sont par les adresses qu’on y trouve et les activités très variées qui y sont sélectionnées. Nous proposons ainsi des chambres dans des structures réalisées en éco-construction ou éco-lodge,  mais aussi au sein de gîtes dans des fermes bio, dans des cabanes en bois, ou même du camping.

Concernant le pan éthique de notre démarche,  les chambres d’hôte répertoriées dans nos guides proposent par exemple des cours de peinture, des sorties naturalistes, ou des produits vendus en circuit court. Les Guides Tao mettent aussi en avant les établissements qui développent un discours de sensibilisation et guident les touristes vers de nouvelles expériences durables et éthiques.

En ce qui concerne la restauration, nous privilégions les adresses qui favorisent le circuit court, consomment localement et s’engagent contre le gaspillage par exemple.

Les activités qu’on retrouve dans les Guides Tao correspondent au slow tourism, il s’agit de prendre son temps dans la découverte d’un nouveau lieu. Finis les programmes millimétrés, les journées tellement chargées qu’on en sort exténué. Fini l’impératif de tout voir, tout faire en un minimum de temps, le slow tourism permet d’apprécier chaque lieu de visite en prenant son temps. Il remet fondamentalement en cause la manière actuelle de faire du tourisme.

 

Comment trouvez-vous les auteurs pour chacun de vos guides ?

Chaque guide est rédigé par un auteur local qui habite dans la région ou le pays sur lequel il travaille. L’auteur est formé et il met en branle ses réseaux locaux afin de rédiger le guide le plus original possible. Cette formule, assez flexible, permet d’obtenir un guide qui soit le reflet de la personnalité de chaque auteur. Le Guide Tao sur l’Italie du Nord est ainsi très gourmand, celui sur le Centre-Val de Loire très centré sur la nature, celui sur le Pérou très axé sur le tourisme communautaire et l’immersion au sein des populations locales.

Nos auteurs essaient aussi de valoriser les expériences avec les locaux, ainsi notre Guide Inde du Nord propose une visite expliquée par des élèves indiens qui apprennent l’anglais. Chacun y trouve ainsi son compte, les Guides Tao valorisent la collaboration avec les populations locales. En effet, le touriste n’est pas nécessairement passif une fois arrivé à destination.

Nos guides sont pensés comme des guides alternatifs, on n’y retrouvera pas les incontournables «place to be» ou monuments célèbres. Une fois ces visites réalisées le premier jour du séjour, le Guide Tao révèle tout son intérêt pour les voyageurs qui aimeraient sortir des sentiers battus. Ils s’adressent donc à ceux qui n’ont pas peur de faire des bifurcations dans leurs itinéraires de voyages. 

Quelle est aujourd’hui la diffusion des Guides Tao ? Quelle est leur place sur le marché des guides touristiques ?

Nous vendons environ 3.000 exemplaires de chaque guide, ceux sur la Thaïlande, Bali ou la Corse ont rencontré le plus large succès.

Nous disposons d’assez bons relais dans les magasins bio et les libraires aiment généralement beaucoup les Guides Tao. 80% de nos ventes sont réalisées en Province, on est donc loin du cliché du bobo parisien qui veut passer des vacances «eco-friendly». L’enjeu peut être par exemple la redécouverte de sa région avec les guides consacrés aux régions françaises.

Dans nos guides, l’accent est mis sur la sélectivité et le côté alternatif des lieux et activités proposées. Nous nous voyons ainsi comme des compléments vis-à-vis des guides à destination d’un très grand public.

Quel avenir entrevoyez-vous pour le tourisme durable ?

2017 a été déclaré « année internationale du tourisme durable pour le développement » par les Nations Unies. Cela devrait peut-être nous apporter des bénéfices en terme de communication, l’avenir du tourisme durable ne peut donc être que meilleur, mais en cette année d’élections, il en faudra plus pour sensibiliser le public et l’inciter à s’informer de lui-même.

Beaucoup de gens font du tourisme durable sans pour autant en connaître le nom ! Même si il est difficile de le mesurer, cette pratique est en croissance, parfois sans être même nommée ou conscientisée par les touristes.

Cependant l’avènement d’un tourisme durable à l’échelle de la population mondiale nécessite une évolution en profondeur des mentalités. Il s’agit de privilégier notamment la proximité car chacun se rend compte que collectionner les kilomètres n'est pas synonyme de plaisir. Le tourisme local est ainsi valorisé par les Guides Tao.

La durée des voyages devra aussi être repensée, car elle favorise l'immersion dans une nouvelle culture ou dans une ville et non la mobilité à tout crin.

Propos recueillis par Robin Marteau (www.lepetitjournal.com) mardi 7 février 2017

 

 
Une internationale

JÉRÔME COMMANDEUR – Aux commandes... des César

De Commandeur à commandant il n’y a qu’un pas. Pas étonnant alors qu’on entende souvent l’humoriste répondre "commandant de bord" quand on lui demande ce qu’il aurait aimé faire quand il était petit. Et même s’il n’a pas tout à fait réalisé son rêve d’enfant, que Jérôme Commandeur se rassure… Tout semble lui sourire ces dernières années. De la scène au cinéma en passant par la réalisation, sans oublier l’animation de la 42ème Cérémonie des César…
Votez pour le Prix du Public
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING - "Je porte des habits qui ne me vont plus"

Nicolas Serres Cousiné est un contributeur régulier de la rubrique coaching du site lepetitjournal.com. Ce mois-ci, il répond à l’un de nos lecteurs, Michel, qui ne supporte plus la vie de fou qu’il mène à Londres depuis maintenant 20 ans.
Expat - Politique

BENOIT HAMON - "Je suis plutôt favorable à l’harmonisation fiscale"

Benoît Hamon, candidat de la Belle Alliance Populaire à l’élection présidentielle de 2017 en France, était en visite à Lisbonne. L’occasion pour lui de rencontrer les dirigeants portugais de la gauche au pouvoir, notamment le Premier ministre Antonio Costa. Il était accompagné, lors d'une rencontre avec des ressortissants français installés au Portugal, de Gabrielle Siry, candidate du PS pour la 5ème circonscription pour les prochaines législatives.
Magazine
En direct de nos éditions locales