Francfort

ON A TESTE POUR VOUS - Les Schrebergärten, ces jardins ouvriers propres à l’Allemagne

Cette semaine, lepetitjournal.com/francfort a testé pour vous les "Schrebergärten" de la ville ! Ceux-ci abondent non seulement à Francfort, mais aussi dans tout le pays. Mais que sont-ils exactement ?

Propres à l’Allemagne, il existe pourtant un équivalent français qui se rapproche des "Schrebergärten" : les jardins ouvriers. Cet article vous propose une rétrospective de leur histoire qui permettra de mieux comprendre pourquoi les Allemands en sont si friands aujourd’hui !

Ils abondent à l’entrée des grandes villes et font le bonheur des citadins... Les Schrebergärten, également appelés Kleingärten, sont des petits jardins qui ne laissent pas les Francfortois indifférents.

Collés les uns aux autres, protégés par des clôtures et arpentés par de petits chemins, ils permettent aux habitants de Francfort de profiter d’un coin de verdure privé. Les Français considèrent les jardins ouvriers comme l’équivalent des Schrebergärten, qui s’en rapprochent en effet ; et pourtant, leur ampleur est bien plus importante en Allemagne. Ces jardins allemands recouvrent 46 OOO hectares du pays et sont au nombre d’un million ! Mais comment sont-ils nés ?


L’origine des Schrebergärten

En 1864, le docteur Ernst Hauschild décide de créer une aire de jeux destinée aux enfants défavorisés. Il lui donne le nom de "Schreberplatz", en hommage à son beau-père le médecin et pédagogue Daniel Schreber, décédé trois ans auparavant. Depuis, le nom de Schreber est resté. Le docteur ajoute des parcelles de terres où les enfants avaient la possibilité de cultiver des légumes. Préférant jouer, les parents prennent rapidement la relève et protègent leurs cultures par des clôtures. C’est le début des Schrebergärten !

Le concept plaît et de plus en plus de jardins apparaissent car ils permettent aux ouvriers aux revenus modestes, n’ayant pas les moyens d’être propriétaire d’une maison avec jardin, de profiter d’un coin de verdure pour se détendre. 

Des règles à respecter

En échange de la possibilité de se détendre, les jardins sont soumis à certaines règles. Tout d’abord, les Schrebergärten se louent  mais ne s’achètent pas. Pour être locataire, il faut devenir membre de l’association qui administre la colonie. La hauteur des haies est réglementée, le choix des plantes parfois aussi. Une cabane de maximum 24 m2 est autorisée mais il est interdit d’y résider. De plus, les bénéficiaires d’un Schrebergarten doivent impérativement consacrer 30% de leur jardin à la culture de fruits et de légumes et faire du compost. La parcelle doit être très bien entretenue. Eh oui, bénéficier d’un coin de détente en plein air a un prix… Mais ces quelques règles à respecter sont essentielles pour favoriser une bonne utilisation de la terre et une bonne entente entre les locataires ! Ceux-ci sont d’ailleurs invités à participer à la vie associative. La plupart du temps, les locataires de Schrebergärten adjacents se connaissent et aiment s’y retrouver pour papoter.

Le Schrebergarten est caractérisé par une certaine "Gemütlichkeit", mot typiquement allemand dont la signification se rapproche du mot français "comfort". En résumé, c’est un endroit où l’on se sent à l’aise et où l’ambiance est chaleureuse !

Susanne et Jean-Marie, des locataires comblés

Lepetitjournal.com a eu le plaisir d’être accueilli dans un Schrebergarten francfortois pour juger par lui-même de ses avantages. Situé au nord de la ville, loin de l’agitation et de la pollution urbaines, ce jardin est un petit coin de paradis pour ses locataires Susanne et Jean-Marie : "Nous y allons très régulièrement, dès que les beaux jours sont là, pour profiter du soleil et de la nature. C’est un endroit apaisant et calme, où nous aimons nous reposer ou inviter des amis". 

Que ce soit allongé dans un transat au milieu d’une végétation florissante, ou assis à une table en sirotant une boisson, le soleil dans le dos, c’est à en oublier que nous sommes bel et bien à Francfort ! Et il n’est pas pour autant laissé à l’abandon pendant la saison froide : "L’hiver aussi, nous aimons nous retrouver dans le jardin, dans la cabane qui est chauffée. Nous y jouons souvent au tarot avec des amis !", rapporte Jean-Marie.

Toutefois, bénéficier d’un Schrebergarten demande du travail, car les locataires plantent et entretiennent souvent eux-mêmes leur jardin. La végétation y est dense et variée, et Susanne et Jean-Marie, comme tout autre locataire, l’entretiennent avec perfection. "Nous avons beaucoup d’arbres fruitiers : un cognassier, un pommier, mais aussi des fraises, des groseilles, de la rhubarbe et différentes herbes qui nous permettent de parfumer nos plats… Nous avons des réserves de fruits pour toute l’année, parfois même plus !"

Tous les Schrebergärten sont organisés de la même façon : "il y a une partie ‘pelouse’, une partie ‘fruits’ et une partie ‘fleurs’", explique Susanne. Jean-Marie ajoute que "les arbres ne doivent pas dépasser une hauteur de 2,50 mètres pour des raisons de sécurité : en cas de tempête, des dégâts matériaux ou un accident peuvent vite arriver".

Par ailleurs, un "Obmann", équivalent d’un surveillant, est chargé de la coordination des jardins ; il vérifie que les parcelles sont bien entretenues et que les règles sont respectées. Mais les relations entre "Obmänner" et locataires sont souvent davantage amicales que formelles.



Une vie associative active

Membres du club, comme tout locataire d’un Schrebergarten, ils assistent à plusieurs rendez-vous au cours de l’année et doivent participer à des tâches communes. Susanne explique : "Il y a deux réunions annuelles avec tous les membres du club et huit heures de travail commun par an. Tous les membres se doivent d’y participer pour entretenir les parties communes, comme les petites allées qui permettent d’accéder à plusieurs jardins. Tout cela se fait dans une ambiance chaleureuse. En cas d’impossibilité, les locataires payent 20 euros par heure de travail non faite. Il existe aussi quelques événements, dont les deux principaux sont la Fête de la récolte ("Erntedankfest") et le carnaval. A l’origine, la Fête de la récolte avait pour but de remercier Dieu pour les bonnes récoltes de l’année écoulée. Aujourd’hui, cette fête est davantage l’occasion de se retrouver tous ensemble dans une ambiance festive. Il en va de même pour la fête du carnaval. Il n’y a aucune obligation pour les membres du club de participer à ces événements : c’est selon nos envies et nos disponibilités !"

Une salle commune, munie d’une grande table, de nombreuses chaises, d’un bar, d’une cuisine et d’une cheminée, permet d’accueillir les membres lors d’événements particuliers. Le "Waldtag", littéralement "Journée de la forêt", fête typiquement francfortoise, est aussi l’occasion de se retrouver autour d’un verre d’"Apfelwein", d’un peu de "Handkäse" et d’autres spécialités de Francfort.

De nombreuses demandes

Bien que propres à ce pays, les Schrebergärten n’attirent pas que les Allemands. "De nombreux jardins sont aussi occupés par des étrangers vivant à Francfort, en particulier des Italiens, des Croates, des Turcs, des Vietnamiens…", raconte Susanne. Les Schrebergärten sont tellement appréciés qu’ils restent très demandés en Allemagne. "Pour ma part, j’ai dû attendre un an et demi avant d’être bénéficiaire de mon jardin. Mais cela en vaut la peine !"

Si vous souhaitez vous aussi bénéficier d’un Schrebergarten, le groupe "die Stadtgruppe Frankfurt der Kleingärtner e. V." http://www.stadtgruppe-frankfurt.de/ ou le "R.V. Kleingärtner Frankfurt/Rhein-Main e.V."Kleingärtner Frankfurt/Rhein-Main e.V." http://www.rv-kleingarten.de/ vous aidera dans votre recherche.

(Photos MJ lepetitjournal.com/francfort)

Maxence Jarriand (www.lepetitjournal.com/francfort), vendredi 19 mai 2017
Rediffusion du mercredi 27 juillet 2016

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter
Suivez-nous sur facebook
Suivez-nous sur twitter

 

 

 

 

 

 
Francfort

LEGISLATIVES 2017 – Frédéric Petit, candidat MoDem/En Marche : "Je suis pour le renouvellement de la société civile"

Dans une semaine, les Français établis hors de France devront reprendre le chemin des bureaux de vote pour élire cette fois leurs députés. A l’étranger, les élections législatives françaises se dérouleront les 4 et 18 juin 2017. Les éditions Allemagne de lepetitjournal.com s’unissent pour présenter à leurs lecteurs, avant le 4 juin, l’ensemble des candidats de la 7ème circonscription qui comprend 16 pays dont l’Allemagne. Frédéric Petit,…
Une internationale

TENDANCE – Le Fidget Spinner, ce jouet qui rend accro

Le Fidget Spinner. Si vous n'avez pas d'enfants vous ignorez peut-être ce que c'est mais dans les cours de récré du monde entier, il fait un vrai ravage. Cette espèce de toupie est devenue en quelques semaines un vrai phénomène de mode et le jouet le plus vendu sur Amazon. De quoi s'agit-il exactement ? Notre édition de Perth vous propose de découvrir tout ce qu'il y a à savoir sur ce mystérieux objet !
Actu internationale
En direct d'Europe
Expat
Expat - Emploi

COACHING - Comment réinventer sa carrière grâce à une non-équivalence des diplômes à l’étranger

Vous êtes psychologue, sage-femme, orthophoniste, juriste, avocate, médecin, pharmacienne….et votre diplôme n’est pas reconnu dans le pays dans lequel vous vivez. Cela fait plusieurs années que vous exerciez ou bien, vous venez juste de terminer votre formation dans le cadre d’une reconversion, vos perspectives sont les mêmes : il est tout à fait possible de réinventer positivement votre carrière. 

COACHING - Avancer sans bouger...

Vous tournez en rond, sans but précis. Vous vous sentez triste, insatisfait, perdu, frustré, bloqué voire inutile ? Dans sa nouvelle rubrique, Nicolas Serres Cousiné vous dévoile la première étape pour avancer sereinement vers une vie qui vous ressemble : commencez par ne plus bouger !
Expat - Politique

REPUBLIQUE EN MARCHE – Qui sont les candidats pour les Français de l’étranger ?

Ils sont inconnus du grand public et pourtant, forts du score important d’Emmanuel Macron à l’étranger, ils pourraient créer la surprise et vous représenter à l’Assemblée nationale. Jeunes ou moins jeunes, issus de la société civile, de la tech ou dans la politique de longue date, on lève le voile sur leurs profils et leurs ambitions
Magazine