Portraits

NICOLAS VADOT – Le dessin : un formidable moyen de rappeler aux adultes qu’ils ont été des enfants !

Esprit libre, intellectuel revendiqué et revendicateur, Nicolas Vadot et son trait épuré, inspiré de Hergé, ne laissent pas indifférent. Avec l’aide de ses crayons, il se fait la tête au carré pour faire réfléchir sur les injustices et les absurdités de notre temps. Portrait du dessinateur franco-britannico-australien qui dessine nuit et jour depuis qu’il a quitté les bancs du lycée français de Bruxelles.

« Quand mes parents m’ont annoncé que nous déménagions à Bruxelles, on m’aurait dit Tombouctou, c’était pareil ».  Lorsqu’il arrive en Belgique  à 17 ans, Nicolas Vadot a la dent dure avec la capitale de la Bande dessinée. Il rejoint les bancs du lycée français où il côtoie en Terminale des enfants de diplomates et d’expatriés de nombreux pays. 

Mais très vite, au rythme des fêtes qui jalonnent son année scolaire, le jeune lycéen fait son nid dans cette ville cosmopolite. Il le dit lui même « Bruxelles n’est pas une ville dont on tombe amoureux au premier regard, il faut du temps pour la connaître mais c’est une ville formidable pour tous ceux qui veulent vivre de leur art : on y sent la culture bouillir partout. ». Le cosmopolitisme est depuis cette époque une mission pour Nicolas Vadot car « l’homogénéité rend con ». Ses enfants suivent aujourd’hui ses pas au lycée français de Bruxelles. « L’hétérogénéité permet au contraire de réfléchir sur ses certitudes » nous explique t’il.

« L’homogénéité rend con »

Nicolas Vadot semblait prédestiné au cosmopolitisme.  Sa mère lui a donné la nationalité britannique et son père la française, mais ce n’était pas suffisant pour ce dessinateur qui exècre les nationalismes ! Il s’installe avec son épouse en Australie pendant six ans et demande alors la nationalité. Les mots de l’officier qui lui remet son passeport australien restent dans sa mémoire : tout en l’accueillant dans la communauté nationale australienne, ce dernier enjoint Nicolas Vadot à préserver ses autres identités européennes. 

« Un métier qui relève du miracle permanent »

Nicolas Vadot est un bourreau de travail, « Pour devenir dessinateur, la première chose est de dessiner beaucoup » confie t’il avant d’ajouter : « C’est un métier qui relève du miracle permanent, métier qui ne sert a priori à rien, on ressent parfois un sentiment d’imposture, pour le contrer je travaille toujours plus ». Pour percer et vivre de son art, il a persévéré. Durant six mois, il a amené ses dessins chaque jour au secrétariat du journal Vif/l’Express, jusqu’à avoir la surprise de voir un de ses dessins publié en achetant le journal, puis un autre, puis des autres…

Ce dessinateur à la renommée qui dépasse le plat pays préfère faire de « bons dessins, plutôt que de beaux dessins » et se place dans le sillage  de Plantu, son idole, qui « a réinventé la manière de parler du monde par le dessin ». Les deux dessinateurs provocateurs conçoivent le dessin comme vulgarisateur par le rapport à l’enfance qu’il induit. 

Une mission civique

Aujourd’hui vice-président de Cartooning for Peace, l’association de dessinateurs de presse créée par Kofi Annan et Plantu après « l’affaire des caricatures de Mahomet » en 2005, Nicolas Vadot conçoit son métier comme une mission civique. Il se définit lui-même comme un intellectuel par son amour de la liberté et parce que son « métier le fait réfléchir sur monde qui l’entoure ». Il pose un regard acerbe et caustique sur nos sociétés européennes et occidentales, et pour lui « une société qui s’en prend à ses élites est un société malade ».

Cartooning for Peace se concentre aujourd’hui sur l’éducation à la liberté d’expression, organise des interventions de dessinateurs dans les écoles. Comme Nicolas Vadot aime à le dire « je préfère parler aux gens de 15 ans maintenant plutôt qu’ils me trouent la peau quand ils en auront 25 ».

Nicolas Vadot produit aussi des albums de bande dessinée comme Maudit Mardi ! Pas toujours politique mais toujours libre, il édite ses projets grâce au crowdfunding ou financement participatif. Après les attentas de Charlie, il reconnaît volontiers que le regard sur les dessinateurs a changé, « on était en première ligne », mais cette période s’est terminée avec les attentas de Paris un an plus tard, « les gens ont alors réalisé que ce qui a été attaqué, c’était la liberté, non pas les dessinateurs ».

Robin Marteau (www.lepetitjournal.com) mardi 7 mars 2017

 
Expat 

FRANÇAIS EN INDONÉSIE - Chanee le protecteur des gibbons

Aurélien Brulé dit Chanee est français et installé en Indonésie depuis 19 ans. Il est le fondateur de la fondation Kalaweit qui recueille les gibbons, ces petits singes à la fourrure laineuse. Au nombre de vues des ses vidéos sur internet, il est également un des principaux défenseurs de la forêt tropicale et de sa faune. Chanee nous raconte son parcours et son combat quotidien face à la déforestation 

ÎLE-DE-FRANCE – Ouverture de 3 lycées internationaux

Jusqu’à l’année dernière l’Ile-de-France ne bénéficiait que d’un seul lycée international public. Mais la région semble aujourd’hui déterminée à remédier à cette situation, souhaitant devenir attirer de plus en plus de talents venus de l’étranger.…

FRANCE RETOUR ACCUEIL – "Ne restez pas seul !"

Vous rentrez en France ? Heureux ou inquiets ? Tout va bien se passer. Françoise et Christine, bénévoles investies au sein de France Retour Accueil, nous parlent des challenges du retour et de la richesse des liens qu’elles ont pu recréer grâce aux…
Une internationale

FRANÇAIS EN INDONÉSIE - Chanee le protecteur des gibbons

Aurélien Brulé dit Chanee est français et installé en Indonésie depuis 19 ans. Il est le fondateur de la fondation Kalaweit qui recueille les gibbons, ces petits singes à la fourrure laineuse. Au nombre de vues des ses vidéos sur internet, il est également un des principaux défenseurs de la forêt tropicale et de sa faune. Chanee nous raconte son parcours et son combat quotidien face à la déforestation 
Actu internationale
Expat
Expat - Emploi

COACHING – L’effet miroir de mes parents

Chaque fois que ses parents viennent lui rendre visite à New-York, Bertrand a comme l’impression de se regarder dans « un miroir déformant ». Il ne se sent pas à l’aise en leur présence, culpabilise et a la désagréable impression d’être un fils indigne… Alors qu’il croyait qu’en fuyant la France il résoudrait son problème, il réalise en fait qu’il doit avant tout se faire face à lui-même. 
Expat - Politique

GESTION DE CRISE – Les consuls face à l’exceptionnel

Peu importe l’endroit ou le pays dans lequel vous pouvez vous trouver dans le monde : en situation de crise, la France par le biais de ses consuls protège ses concitoyens. Cette année, 89 consuls et consuls généraux exercent leurs missions à travers le monde. Mais attention, ils ne doivent pas être confondus avec les ambassadeurs… Petit tour d’horizon de leurs missions et des actions qu’ils peuvent mener en cas de crise. 

TRIBUNE - La marginalisation des Français de l'étranger est En Marche

"Make French People abroad great again !Je me permets d'interpeller officiellement les 10 députés de la République En MARCHE à l'étranger. Dans le discours du President de la Republique à Versailles, comme dans le discours de politique générale du Premier Ministre on ne trouve aucune mention aux Français de l'étranger". Une tribune de Boris Faure, Conseiller consulaire des Français de Belgique
Magazine